La création artistique Madogs of Diego, version anglaise de la pièce Les Chiommes de Gaston Valayden, a été primée au San Francisco Fringe Festival où elle a été présentée en cette fin de septembre.
La nouvelle est tombée en début d’après-midi aujourd’hui. L’artiste et dramaturge mauricien Gaston Valayden et les comédiens de son équipe qui ont fait le déplacement sur la côte ouest américain depuis le début du mois ont vu The Madogs of Diego recevoir le prix de la meilleure pièce au San Francisco Fringe Festival.
Écrit et mis en scène par Gaston Valayden, qui interprète également un rôle dans la pièce, The Madogs of Diego est joué par la Trup Sapsiway, qui comprend Marsel Poinen, Christopher Ratsizaonen et Aarti Tacouri. L’ingénieur son et lumières est Lorven Vydelingum et la musique est de Lindley Jean.
Pour rappel, l’an dernier, quand Gaston Valayden avait inscrit The Madogs of Diego au San Francisco Fringe Festival et qu’il avait été sélectionné par le comité organisateur américain, l’artiste s’était vu contraint de ne pas présenter sa création, faute de parrainage national. Ce qui a soulevé une grosse polémique dans le pays et vit même Gaston Valayden rendre sa décoration à la State House. Par la suite, le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee devait reconnaître que « mon ministère a failli ». Gaston Valayden et sa troupe ont alors obtenu la promesse qu’en 2011, leur création serait présentée à San Francisco.
Selon le blog d’un Mauricien habitant dans les environs, « les représentations de la pièce ont été saluées par tous. Il est très rare que nous ayons l’occasion de voir des artistes mauriciens se produire ici. De surcroît, la pièce de Gaston Valayden est très pertinente sur la manière dont Diego Garcia a été “traded” aux Britanniques en retour de l’indépendance de Maurice ». L’auteur ajoute aussi que des représentations de Madogs of Diego ont été jouées « à guichets fermés ».
Le mot “Madogs” est la contraction de “Mad” et “Dogs”, tout comme dans la version française, le mot “Chiommes” est celle des mots “chiens” et “hommes”.