Malgré le calme apparent sur le plan politique avec le prolongement de la trêve pour la fête Maha Shivaratree, les tractations vont bon train avec pour principal intérêt le prochain move de la State House. D’ici le samedi 3 mars, date de la réunion du comité central du MMM avec un vote secret prévu au sujet du Remake 2000 de l’alliance MSM/MMM avec sir Anerood Jugnauth en tant que locomotive électorale, l’attention du président de la République est actuellement braquée sur le document élaboré par son ancien parti, le MSM, portant sur les délimitations des arrondissements urbains en prévision des prochaines élections municipales.
Avec les résultats du vote au sein du comité central du MMM, la pression politique devra s’accentuer sur le président de la République même si jusqu’ici le suspense est de mise quant au « timing of the President’s ultimate move ». Entre-temps, du côté du Parti travailliste, avec l’absence du Premier ministre du pays pendant au moins toute la semaine l’on fait « low profile », même si demain les dirigeants du Labour seront à la municipalité de Port-Louis pour un forum symbolique en vue de marquer le 76e anniversaire de la création du parti.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources autorisées indiquent que dans la conjoncture, la préoccupation à la State House est axée autour de la demande formelle du MSM pour un nouvel exercice de redécoupage des arrondissements dans les cinq villes en prévision des prochaines élections municipales. En sus des explications et des critiques dans le document d’une cinquantaine de pages, la State House est engagée depuis la fin de la semaine dernière dans la recherche d’informations complémentaires sur les délimitations.
Ainsi, le secrétariat de la présidence de la République est actuellement en présence de cartes comparatives des wards urbains, avant l’entrée en vigueur de la Local Government Act 2011 pilotée par le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée et celles des nouvelles délimitations. À ce stade, aucune confirmation n’est disponible quant à une éventuelle démarche de la State House auprès du Clerk de l’Assemblée nationale en vue d’obtenir des copies des correspondances entre la Commission électorale et le ministère des Administrations régionales lors de cet exercice de redécoupage électoral pour les municipales.
Lors des débats parlementaires en vue de l’adoption de la Local Government Act en décembre et face aux attaques de l’opposition au sujet du tripotage électoral, le ministre des Administrations régionales avait fait état de ces consultations avec les instances électorales compétentes. Il avait même été question que des copies de ces documents soient déposées à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Dans les rangs du MMM, l’on soutient que tel n’a pas été le cas jusqu’au début de cette semaine.
Consultations
Dans les milieux proches de la State House, l’on soutient que « toute Informed Decision ne sera entérinée au sujet du redécoupage qu’après une étude approfondie de toutes les pièces de ce dossier et [que] ce processus est actuellement en cours ». Tout porte à croire que des indications sur la démarche qu’adoptera sir Anerood Jugnauth, soit en faveur d’un nouvel exercice de redécoupage, soit privilégiant un retour aux anciennes délimitations des wards et du même coup n’offrant aucun prétexte pour un nouveau report des élections municipales, pourraient être décelées vers la fin de cette semaine.
Entre-temps, le panel de conseils légaux du MSM se penche sur la prise de position du ministre des Administrations régionales concernant les pouvoirs du président de la République pour modifier les délimitations des wards. Pour étayer ses dires, le ministre Aimée, qui a été envoyé en première ligne du combat après les délibérations du conseil des ministres de vendredi, s’appuie sur l’interprétation de l’article 64 (1) de la Constitution par rapport à l’article 9 de la nouvelle Local Government Act.
Le MSM ne semble pas vouloir partager le point de vue affiché par l’hôtel du gouvernement selon lequel le président de la République n’est pas habilité à s’ingérer dans les délimitations des arrondissements des villes. Les consultations sur le plan légal, initiées depuis le début de cette semaine, ont pour objectif de baliser le contentieux en prévision d’une nouvelle offensive face au Ptr si le besoin se fait sentir.
L’autre échéance à l’agenda du président de la République est hors de son contrôle. En effet, le leadership du MMM a confirmé son intention de tenir un Secret Ballot lors de la réunion du comité central du samedi 3 mars sur le projet de Remake 2000. Aux termes de ce scénario politique, sir Anerood Jugnauth pourrait être investi du manteau de leader d’une alliance MSM/MMM pour les prochaines élections.
Que ce soit dans les rangs du MSM et du MMM, la confiance est de mise quant au résultat de ce vote secret. « Nous n’avons aucune appréhension quant à cette étape pour le Remake 2000 », a déclaré au Mauricien un responsable du MSM, alors que le MMM prévoit de voir cette nouvelle alliance électorale avec le MSM à hauteur de 70 %.
À partir de ce samedi 3 mars, la question du « timing » du côté de sir Anerood Jugnauth par rapport à ses responsabilités constitutionnelles se posera. Ceux qui se disent proches du leader historique du MSM avancent que tout développement de ce côté ne devra intervenir qu’après les fêtes nationales du 12 mars prochain pour le 44e anniversaire de l’Indépendance et le 20e de la République.
Tractations
Il va sans dire que la cohabitation au plus haut échelon de l’État amorcera à partir du début de mars une nouvelle étape, un peu à la manière des relations entre la Government House et la State House au lendemain des élections générales du 3 juillet 2005, sauf que la tension devrait être plus visible lors des célébrations de la fête nationale ou encore sur la composition de la liste des prochains décorés de la République.
Du côté du Ptr, en l’absence du leader et Premier ministre Navin Ramgoolam, l’on préfère suivre le cours des événements tout en évitant de faire des commentaires publics. « Nous ne pouvons nous empêcher de replacer en perspective le retour subit du Remake 2000 MSM/MMM avec le refroidissement des consultations politiques entre le Ptr et le MMM au sujet de la réforme électorale. Nous nous demandons si l’annonce de ce vote secret au comité central du 3 mars ne fait pas partie de la guerre psychologique sur le plan politique. Nous ne serons nullement étonnés si jamais la montagne politique accouche d’une souris », avance-t-on au Square Guy Rozemont à la veille du 76e anniversaire du Parti travailliste.
Le retour du Premier ministre après le sommet du Foreign and Commonwealth Office sur la Somalie cette semaine pourrait apporter des éléments susceptibles de relancer les tractations de part et d’autre sur l’échiquier politique. Entre-temps, le Ptr prévoit d’organiser demain à la municipalité de Port-Louis un forum sur la contribution du parti au développement du pays. Le leader adjoint du Labour et Premier ministre par intérim Rashid Beebeejaun, le président du Ptr Patrick Assirvaden, le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree et l’historien Reddy devront intervenir à cette occasion en guise de manifestation politique pour l’anniversaire du Labour.