Le Comité pour la promotion de l’unité nationale a soumis hier sa liste de recommandations au ministère de l’Éducation. « Il est impératif de casser les mauvaises habitudes pour un nouveau modèle éducatif », soutient ce comité, qui propose, entre autres, l’introduction de l’éducation civique à l’école.
Cette liste a été élaborée lors d’une rencontre organisée lundi à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants.
Le forum débat du Comité pour la promotion de l’unité nationale, qui avait pour thème « Role of Educators in nation building », a réuni lundi plus d’une centaine de participants de différents établissements secondaires du pays. Cette rencontre leur a permis de réfléchir sur l’importance de leur contribution dans la formation des jeunes en vue de construire la génération de demain et d’évaluer le mode d’enseignement dans les écoles et de voir comment l’améliorer. Ainsi, une liste comprenant treize recommandations pour une meilleure formation des jeunes a été soumise au ministère hier, pour la Journée mondiale des Enseignants. Les participants se sont accordés sur le fait qu’il faut revoir le modèle éducatif mauricien. « Il est impératif de commencer par déconstruire les mauvaises habitudes pour reconstruire un nouveau modèle éducatif », disent-ils. Le Comité propose ainsi l’introduction de l’éducation civique à l’école pour enseigner les valeurs fondamentales telles que l’amour, le respect, le sens de l’honneur et la dignité, l’hygiène de vie, la tolérance et l’écoute, dès le plus jeune âge, et d’accompagner les jeunes tout au long de leur formation par le dialogue.
Le Comité estime qu’il faut aussi encourager la communication pour éviter des dérapages à l’école, d’où l’importance d’organiser des débats, des discussions, des forums sur la violence dans toutes les institutions éducatives. « L’objectif est de comprendre et d’expliquer cette violence afin d’éviter ses conséquences », indique Sheila Desha, la présidente du Comité. Ce dernier propose de donner plus d’importance à l’histoire de Maurice dans les cursus scolaires pour développer l’esprit patriotique et d’unité chez les enfants. « Il faut que l’organisation autour de la célébration du National Day à l’école mette plus l’accent sur une participation des enfants, qui développe l’esprit de tolérance et de respect. Il faut aussi faire participer les parents dans le processus d’éducation civique des enfants », recommande-t-il.
Estimant que notre système éducatif sort progressivement de l’attitude “examination-wise” pour s’orienter vers la formation des citoyens responsables de demain, les éducateurs sont toutefois d’avis qu’il faut développer une stratégie commune pour favoriser une gestion de la classe qui place l’enfant au centre de l’éducation. « Il est important que nos enseignants reçoivent une formation qui fera d’eux des modèles pour les enfants et qu’ils arrivent à faire régner une culture de paix à travers une paix éducative dans l’environnement scolaire vu que cela mène à éradiquer la violence dans la société future », disent les responsables d’établissements. Pour ce qui est du développement individuel de l’enfant, ils proposent l’organisation de plus d’activités extra-scolaires qui permettent aux enfants de développer l’esprit d’équipe et de solidarité pour construire positivement leur avenir.
L’importance d’avoir dans chaque école un psychologue qui soit toujours attaché à l’institution pour mieux suivre la formation psychologique de chaque enfant individuellement a également été évoquée.