Le Collège Père Laval, qui célèbre cette année ses 15 ans d’existence, cristallise la politique de l’Éducation catholique en faveur d’une éducation inclusive et tenant  compte du kreol morisien. Une démarche qui correspond à l’appel de l’Unesco. D’où le choix des responsables de l’Institut Cardinal Jean Margéot de convier ses invités à l’établissement de Ste-Croix mardi dernier pour célébrer, avec la communauté scolaire, la  Journée internationale de la langue maternelle. Cet événement a été marqué par le lancement de trois nouveaux manuels bilingues (kreol / anglais) destiné aux élèves du Prevok-bek.
Quinze ans après l’ouverture du Collège Père Laval dans des conditions très ardues, la communauté scolaire constate avec satisfaction, et un brin d’émotion, le chemin parcouru. Au bout de 15 ans d’existence, le collège est bien ancré dans le paysage secondaire du pays. Un 15e anniversaire célébré en toute simplicité en ce début d’année. Mais mardi dernier au collège de Ste-Croix, en présence de quelques personnalités, il était principalement  question de la célébration du kreol morisien. D’autant que le thème choisi par l’Unesco pour cette dernière  Journée de la langue maternelle 2012 (« Multilingual education based on mother tongue  and inclusive education ») correspond à la politique adoptée par l’Éducation catholique pour son projet éducatif. Les 300 élèves du Collège Père Laval – le  premier établissement  catholique à admettre les élèves sur une base régionale dans les années 90 –  sont bénéficiaires de cette politique linguistique. Kadress Pillay (président de National Empowerment Foundation et témoin privilégié des débuts du Collège Père Laval) ainsi que Mme Vanessa Harper, responsable des Relations publiques à  l’ambassade américaine, étaient parmi les invités.
Le kreol morisien a fait son entrée à l’école primaire par la grande porte en ce début d’année. Mais l’Éducation catholique a une belle avancée dans ce domaine. Depuis 2005, le BEC propose dans la filière Prevocational Education (PVE) de ses collèges, un programme d’études bilingues anglais – kreol morisien, connu sous l’appellation Prevok-Bek. C’est non sans un brin de  fierté que Jimmy Harmon, Head of Department Applied Pedagogy à l’ICJM, et Gilberte Chung, directrice du BEC, ont souligné le travail de pionnier entrepris par l’éducation catholique dans ce domaine depuis 2004. Ce projet éducatif, qui allie enseignement / apprentissage à la recherche, a permis aux responsables du dossier « kreol morisien » dans le secteur catholique,  d’avoir rassemblé jusqu’ici une bonne base de données. « Se parski nou finn kroir ladan e se gras a dinamism bann profeser ki nou finn avanse tipa-tipa e resi fer kreol rant dan lekol », a dit Gilberte Chung.
L’ICJM estime que le Prevok-bek a été un élément catalyseur dans la décision du gouvernement d’introduire le kreol à l’école, et que ce projet a montré la voie dans la manière de procéder. Pour sa part, Jimmy Harmon considère la langue maternelle comme une « fundamental ressource » pour « l’empowerment » de l’individu. Et d’insister sur cette notion auprès des collégiens mardi dernier en souhaitant ardemment qu’ils prennent conscience de l’importance de cette langue dans l’apprentissage. Le  président de la National Empowerment Foundation ne le contredira pas : « The supreme empowerment is to give somebody his right to speak his mother tongue », a ajouté Kadress Pillay.
La  représentante de l’ambassade américaine a été bien applaudie par les jeunes pour son « bonzour ki manier ? » lancé au début de son intervention et pour les quelques autres mots en kreol glissés dans son discours. Vanessa Harper a exprimé sa crainte par rapport aux 538 langues identifiées par l’Unesco comme étant des langues aujourd’hui en danger, car non utilisées, et menacées de disparition certaine. « Sak langaz li presie. Kan nou perdi enn langaz, nou perdi diversite, nou perdi identite e osi nou perdi nou bann droi antan ki imin », a-t-il dit aux collégiens.
Mis à part les discours de mardi dernier,  l’ICJM et le BEC témoignent de leur volonté et de leur enthousiasme à consolider le savoir-faire du secteur catholique dans une éducation basée sur le multilinguisme en lançant trois autres manuels bilingues pour les mathématiques, l’anglais et le kreol morisien. Ces manuels, présentés au Collège Père Laval, ont été réalisés par de jeunes enseignants du Prevok-Bek.