La campagne électorale des nouveaux membres de l’Union des étudiants de l’Université de technologie de Maurice a débuté lundi. La fièvre des élections a déjà gagné les étudiants, qui ont affiché des banderoles et posters partout sur le campus de Pointe-aux-Sables. Une fois de plus, les deux groupes en lice sont United Student et Campus Student Movement, qui promettent, entre autres, une amélioration de la vie des jeunes de l’établissement.
L’élection d’une nouvelle instance pour représenter les étudiants est considérée comme un événement important par ceux qui aspirent vraiment à apporter du changement sur le campus. D’autres sont simplement d’avis que cet exercice est « un gaspillage de l’argent des étudiants. De plus, de grandes promesses faites ne sont jamais respectées car après les élections, c’est chacun pour soi ». Pourtant, sur le campus de l’Université de Technologie (UTM), chaque année les votes de quelque 2 200 étudiants sont attendus. À la dernière minute, ils se laisseront convaincre par les messages des candidats et accompliront leur devoir en se rendant aux urnes les 21 et 22 septembre.
Le Nomination Day était lundi et les deux partis comptent chacun 12 candidats. Ces derniers seront appelés à assurer les fonctions de Office Bearers et de représentants des diverses facultés.
En attendant le Jour J, une atmosphère particulière et une certaine excitation règnent parmi les groupes en lice et les étudiants. Le campus est envahi d’affiches géantes aux couleurs de United Student et de banderoles de Campus Student Movement ; celles-ci déployées sur les façades des bâtiments, interpellant les passants.
Le parti sortant, le Campus Student Movement, se dit satisfait de son mandat d’un an. « Nous avons eu l’occasion de tenir nos promesses et si le étudiants le souhaitent, nous pourrons apporter encore plus cette année », souligne le groupe.
Certains étudiants que Le Mauricien a rencontrés hier indiquent pourtant que depuis que le Campus Student Movement est au pouvoir, « nous pouvons compter sur les doigts le nombre de fois qu’ils ont été vus en train d’oeuvrer pour nous sur le campus ». Chaque année, c’est la guerre entre les deux partis et cette année encore, les étudiants aspirent au changement. Rappelons qu’en 2010, les candidats de United Student ont fait un walk-out car ils reprochaient à « Campus Movement de s’être adonné à des pratiques malhonnêtes sur le campus pour obtenir des votes ». Ce groupe avait alors été conduit au pouvoir automatiquement avec un score de 14-0.
Le vice-président de United Student et également candidat à cette élection Tashanand Yudish Pahladi souligne que cette fois « nous avons une équipe solide ». « L’année dernière en solidarité avec notre président, qui avait eu un problème avec l’administration de l’université, nous avons fait un walk-out, mais cette année nous revenons en force. »
L’étudiant en 2e année de Banking and International Finance veut « recréer l’image de l’Union des étudiants aux yeux de ces derniers afin que tout le monde nous reconnaisse ». « Nous organisons souvent des activités pour les jeunes sur le campus et en dehors, nous avons encore plein de projets communautaires pour les aider à leur épanouissement. »
Les chargés de cours de l’UTM, qui se disent souvent « dérangés » par ces campagnes, soulignent quant à eux l’importance des responsabilités de l’Union des étudiants. « Toute la campagne est bien, c’est une autre atmosphère sur le campus. Mais l’élection de l’union des étudiants n’est pas uniquement des campagnes, le gros du travail vient après. L’union doit vraiment pouvoir représenter la voix des étudiants. C’est à elle de saisir l’opportunité qui lui est donnée pour faire ses preuves. »