Depuis pas mal d’années, le Mauritius College of the Air (MCA) nous offre des émissions à la télévision nationale destinées aux élèves des cycles primaire et secondaire ainsi qu’au grand public.
Voyons de plus près ces émissions qui, pour la plupart sont d’une médiocrité incroyable, déconcertante même. Les mêmes émissions repassent sur l’antenne nationale. Certaines sont dépassées. D’autres comportent des fautes grossières de grammaire, de prononciation, de structures de phrases pour ne mentionner que cela.
Un des plusieurs manquements du MCA, c’est cette tendance à sombrer dans la facilité, l’indifférence même, avec des émissions “koz kozé” et sur le plateau des invités qui souvent manquent de conviction dans leurs propos. Certains présentateurs de l’institution, mais en particulier des freelances, ne font que poser quelques questions ; les pauvres invités, qui parfois peinent à répondre, convainquent rarement. Certaines émissions sont réalisées à la va-vite et ne valent pas grand-chose. Si c’est cela l’audiovisuel formel et non-formel du 21 siècle, alors le MCA se conforte dans l’acceptation de 35% d’échec au CPE et de la piètre performance au niveau de la SC et du HSC ; d’un taux de diabète qui prend des proportions alarmantes ; de la prolifération de l’alcoolisme, du mercantilisme, de la destruction de l’environnement… Des fléaux que le MCA aurait pu et aurait dû faire mieux comprendre à la population et aider à combattre avec le concours de différents ministères. Or, beaucoup d’émissions de ce corps para-étatique, qui bouffent des millions de roupies du budget du ministère de l’Education, donc l’argent des contribuables, ratent le coche très souvent. Si l’on se plaît à réaliser des émissions Koz Kozé dans le studio du MCA, pourquoi ne pas opter pour une chaîne radio 24 h sur 24h pour donner libre cours à une diarrhée verbale ? Au moins, on aurait économisé quelques millions de nos ressources financières si rares ces jours-ci car la radio coûte bien moins chère que la télévision.
A un moment où le ministère de l’Education planche sur un autre registre, une autre façon d’éduquer, l’institution publique qu’est le MCA doit impérativement répondre aux exigences et aux défis de notre ère. Le MCA aurait dû être partie prenante du “Enhancement Programme” avec des émissions valables et convaincantes pour meubler le temps additionnel que passent les élèves à l’école.
Quelques questions au MCA pour cette première réflexion :
A quand des documentaires recherchés, valables et enrichissants au plan intellectuel ?
A quand des émissions pour ces milliers d’élèves qui suivent des cours à distance ?
A quand un meilleur éclairage, des décors novateurs et des prises de vue moins blessantes pour les yeux ?
A quand la mise au rencart de bon nombre d’émissions et leur remplacement par d’autres, conçues selon la nouvelle dynamique des idées ?
A quand… ?
A bientôt pour une deuxième réflexion.