Depuis hier à la tombée de la nuit, les clameurs électorales se sont tues à Rodrigues. La tradition dans l’île est qu’à la veille de tout scrutin, les partis politiques se gardent de gros déploiements de force sur le terrain en termes de défilés ou de meetings. Les dernières salves ont été tirées, hier après-midi, avec le Mouvement Rodriguais (MR) de Nicolas Von Mally sortant la grosse artillerie avec un nouveau défilé pour son ultime rassemblement de la campagne à Terre-Borne dans la région No 1, La Ferme. L’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) de Serge Clair évoluait dans son fief de la région No 6 (Grande-Montagne) avec un meeting à côté du Centre de Jeunesse. Dans les deux principaux camps, la confiance dans la victoire finale est de mise. Pour sa part, la Commission électorale, qui a mis au point les derniers détails logistiques de ces troisièmes élections régionales, prévoit que les premiers résultats partiels du scrutin de demain devront être connus à partir de 11 heures lundi.
À partir de là, les résultats partiels aussi bien que les premières proclamations devraient s’ensuivre à un rythme accéléré dépendant dans une certaine mesure du taux de participation de l’électorat. Compte tenu de la mobilisation notée au cours de la campagne depuis le début de cette année, les observateurs politiques avancent que les élections régionales de demain ne dérogeront nullement à la tendance connue d’un plus qu’honorable taux de participation.
En attendant l’exercice de dépouillement dans les six régions de Rodrigues, les urnes contenant les quelque 30 000 bulletins de vote ont été sécurisées dès hier matin dans deux postes de police, soit celui de La Ferme, pour les centres de vote des régions Nos 1 et 2, et celui de Camp-du-Roi, pour les quatre autres régions. Cet exercice s’est déroulé sous forte escorte policière avec le Deputy Commissioner of Police, DCP Ravine Sooroojebally, faisant le déplacement dans l’île pour la supervision du bon déroulement de la fin de la campagne et du jour du scrutin et après.
Les membres de l’Electoral Supervisory Commission se sont réunis à deux reprises sous la présidence de Me Yousouf Aboobaker pour passer en revue les dernières dispositions en matière de sécurité et de confidentialité de l’exercice démocratique. Le commissaire électoral, Irfan Rahman, a animé un Briefing à l’intention des six Returning Officers. Une séance de travail avait été également prévue avec le Chief of Police de Rodrigues et de son adjoint au sujet du déploiement des forces de l’ordre sur le terrain durant ce long week-end électoral.
« Nous sommes fin prêts pour dimanche. Nous sommes sûrs que nous pourrons compter sur le sens de la discipline des Rodriguais pour que tout se passe dans l’ordre », a déclaré hier après-midi au téléphone au Mauricien le commissaire électoral.
Sur le plan politique, la confiance règne dans les deux principaux camps, en l’occurrence le MR et l’OPR, avec le Front Patriotique Rodriguais de Johnson Roussety affichant un optimisme mesuré quant à la possibilité de faire élire des représentants à l’Assemblée Régionale de Rodrigues au niveau des régions aussi bien que sur la base de la proportionnelle.
Le leader du MR et ministre de Rodrigues, Nicolas Von Mally, qui joue gros avec ces élections régionales, est plus que convaincu que son parti assurera de nouveau à partir de lundi prochain les rênes du pouvoir à l’Assemblée Régionale. « Les partisans du MR sont plus que motivés pour ces consultations régionales. Je constate que nous enregistrons un très bon response dans les six régions. Ce qui augure que le MR s’achemine vers une belle victoire et cela malgré le tapage et les critiques de nos adversaires », affirme-t-il, alors qu’il participait au défilé d’hier après-midi.
Le MR renvoie d’un revers de la main toute la campagne de ses adversaires en ce qui concerne les pratiques de « donn bagaz » (bribe électoral). « L’Administration de Rodrigues a fourni tous les renseignements sollicités par la Commission électorale au sujet des allégations relatives à la distribution de matériaux de construction aux plus démunis. Ces décisions, qui ont été prises bien avant le démarrage de la campagne électorale, méritent au moins qu’elles soient mises à exécution », souligne-t-on au sein de l’état-major du MR, davantage préoccupé à partir à l’offensive pour convaincre les hésitants.
Dans la matinée d’hier, le MR a fait un ultime forcing auprès des jeunes de la région No 5, soit le chef-lieu de Port-Mathurin, où la Deputy Chief-Commissioner, Marie-Thérèse Clair-Brault et le commissaire Angeline Perrine sont candidats face à un populaire Ismaël Valimamode de l’OPR.
Du côté de l’OPR, le Body Language du leader historique de l’autonomie, Serge Clair, traduit dans une grande mesure le mood de la victoire des militants. « Lundi, nous célébrerons la victoire de la vérité sur le mensonge et les intimidations. Nos adversaires ont mené une campagne de frayeur contre la population. Ils ont cru pouvoir exploiter l’ignorance des Rodriguais. Mais lundi, cette démarche leur explosera à la figure car il ne fait aucun doute que l’heure de l’espoir, de la libération du Rodriguais et de la victoire sonnera », affirme le leader de l’OPR.
En passant, Serge Clair n’a pu s’empêcher de donner un coup de patte aux alliés collatéraux de la majorité sortante, le MR. « J’accuse la MBC d’être partie prenante de la campagne d’attaques personnelles du MR. Sinon comment expliquer que lors des émissions politiques à la radio et à la télévision, ils parlent de “Bolom-là” en parlant de moi. Aucun respect pour la dignité de la personne. La MBC s’est rendue complice de ce jeu infect », avance-t-il.
Le leader de l’OPR s’interroge sur la police en raison de l’absence d’actions suite à des plaintes contre des membres du MR, qui se croient tout permis. « Nous n’avons pas constaté de progrès dans l’enquête suite à ces actes de vandalisme contre le véhicule de Michel Roussety alors qu’il ramenait ses employés chez eux mardi à Baladirou. Qu’en est-il de l’enquête de la police suite à la déposition de Francisco François dénonçant les détournements de propos des dirigeants de l’OPR par le MR ? Tout cela est du domaine public mais les décisions se font attendre », poursuit-il.
Les autres principales dénonciations de l’OPR durant la campagne sont le traitement de deux poids deux mesures en matière de politique de logements car les maisons construites pour le compte du Trust Fund à Rodrigues ne sont pas dotées des mêmes facilités qu’à Maurice, l’engagement du budget 2012 à hauteur de Rs 255 millions contre une enveloppe de Rs 360 millions ou la détérioration de la situation de l’eau.
« Les Rodriguais savent que pour éviter que leur île ne s’enfonce davantage, ils n’ont d’autre choix que de faire élire l’OPR de manière décisive dimanche et ils vont le faire sans équivoque. Rodrigues a déjà trop reculé », a conclu Serge Clair.
Le leader du FPR, qui se félicite du succès du rassemblement du 1er anniversaire du parti mercredi à Anse-aux-Anglais, se consacre à des exercices de porte-à-porte, pour les dernières 48 heures de la campagne électorale. C’est ce qu’il faisait hier après-midi quand il partageait au téléphone au Mauricien ses dernières impressions sur la campagne.
« Je dois dire que c’est une campagne électorale relativement tranquille qui s’achève. Je n’ai aucune raison de ne pas croire que le FPR réalisera la performance de faire élire des candidats à l’Assemblée Régionale que ce soit au niveau des régions aussi bien que sur la liste des proportionnelles. Mais la plus importante leçon de ces élections régionales est que la politique dominère et d’intimidations du MR arrivera à terme », soutient avec force Johnson Roussety, le seul leader politique inscrit sur la liste des proportionnelles.
« Ce qui est triste c’est qu’avec des moyens sans égal venant de Maurice, le MR a tenté d’acheter ces élections. La proclamation des résultats lundi viendra prouver que ce parti a échoué lamentablement comme il a échoué à la tête de l’Assemblée Régionale au cours de ces 12 derniers mois, » a soutenu le leader du FPR.