La tension est montée d’un cran à Rodrigues en fin de campagne électorale dans la nuit de vendredi à samedi. La région N° 1 (La Ferme) a été le théâtre de graves tensions avec des accrochages de nature violente entre militants de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) et des agents du Mouvement Rodriguais (MR). Le bilan : pas moins de quatre véhicules endommagés, dont celui du chef-commissaire sortant, Gaëtan Jhabeemissar, et quatre personnes blessées, dont l’un des proches parents du candidat de l’OPR dans la région N° 1, Justin Tolbize, a reçu des soins pour des blessures à l’oeil. Une arrestation, soit celle de l’auteur des dégâts au véhicule de Gaëtan Jhabeemissar, est intervenue hier matin.
Devant cette poussée de violence dans la région de La Ferme et avec des risques de répétition dans la nuit d’hier à ce matin, la police a pris des dispositions en vue d’assurer une présence dissuasive sur le terrain, afin que l’ouverture des bureaux de vote dans les six régions se déroule dans la sérénité. Le Deputy Commissioner of Police (DCP) Ravine Sooroojebally, qui supervise ce déploiement policier, s’est assuré que des patrouilles régulières sillonnent les endroits considérés comme des hot spots politiques à la veille des élections régionales.
La coordination sur le terrain est assurée par le Chief Officer of Police Ramanund Ramkhelawon, et son adjoint l’ASP Nazir. Le commissaire électoral, Irfan Rahman, et le président de l’Electoral Supervisory Commission (ESC), Me Yousouf Aboobaker, ont eu une séance de travail hier matin avec les responsables de la police dans l’île, pour passer en revue la situation et identifier les moyens à mettre en place en vue de maintenir l’ordre et la paix.
Dans la matinée d’hier, avec la confirmation des incidents à La Ferme, le commissaire électoral et Me Yousouf Aboobaker ont animé une séance de travail avec les dirigeants des partis politiques. La collaboration de ces derniers avait été sollicitée pour calmer le jeu et pour assurer un meilleur contrôle de leurs troupes au cours de la traditionnelle veillée électorale. Jusqu’en début de soirée d’hier, aucun incident grave à signaler, même si la police se tient prête à intervenir au cours de la nuit.
Des versions contradictoires circulent quant à l’origine des violents incidents à La Ferme dans la nuit de vendredi à samedi. La plus plausible porte sur des frictions entre agents de l’OPR et du MR, engagés dans des opérations de donn bagaz (bribe électoral) sous le couvert de porte-à-porte auprès des électeurs dans la région de La Ferme.
Des partisans du MR n’auraient pas apprécié l’attitude du candidat de l’OPR, Justin Tolbize, à leur égard. Ils allèguent qu’un des leurs aurait même été bousculé physiquement, tard dans la soirée de vendredi. Vers 01 h 30 samedi matin, ils avaient pris la décision d’aller essayer de régler le compte du candidat de l’OPR, en se rendant à son domicile. Malgré le fait que Justin Tolbize n’était pas chez lui, sa maison a été lapidée, et un de ses proches parents a été blessé à l’oeil par le jet de pierres.
À partir de ce moment, la situation s’est dégradée sur le terrain. Gaëtan Jhabeemissar, candidat du MR dans la région N° 1, a été informé de ces incidents. Il s’est rendu au poste de police de La Ferme en compagnie d’un proche après un coup de fil vers 02 h 00. La tension était palpable entre les deux groupes.
À un certain moment, le pare-brise du véhicule de Gaëtan Jhabeemissar a été endommagé. D’autres véhicules ont également été visés, alors qu’un cocktail Molotov de fabrication artisanale devait être lancé. Des blessés ont dû recevoir des soins à l’hôpital Queen Elizabeth de Crève-Coeur, avant de rentrer chez eux.
Le chef-commissaire a consigné une déposition à la police, l’auteur des dégâts à sa voiture ayant été identifié par un agent du MR. Le suspect a ainsi été interpellé dans la matinée d’hier, avant d’être interrogé par la police et inculpé pour voie de fait.
Les détails autour de ces incidents ont vite fait le tour de Rodrigues, ajoutant du piment à une campagne électorale qui pourrait déboucher sur un changement dans le paysage politique, si les prévisions se confirment à la proclamation des résultats, dans la journée de demain…