Le vice-Premier ministre et ministre des Services publics a visité ce matin trois sites dans la zone portuaire : Bain-des-Dames, les anciens Dockers’ Flats et Fort-George. Rashid Beebeejaun était accompagné des techniciens de son ministère et d’autres départements concernés par le développement du secteur énergétique.
L’objectif de cette tournée dans la zone portuaire était d’identifier les lieux possibles pour abriter des projets en termes de production énergétique pouvant répondre aux besoins éventuels, notamment pour le stockage. Sont également à l’étude les énergies provenant de différentes sources de production. 
Une attention particulière a toutefois été accordée à un projet de production d’énergie à partir de Gaz Naturel Liquéfié (GNL – gaz naturel à l’état liquide). Lorsque le gaz naturel est refroidi à une température d’environ -160 °C (ou -260 °F) à la pression atmosphérique, il se transforme en un liquide clair, transparent et inodore.
Le GNL est non corrosif et non toxique. Le procédé de liquéfaction retire l’oxygène, le dioxyde de carbone, les composés sulfurés et l’eau contenus dans le gaz naturel, le transformant ainsi en un mélange composé principalement de méthane et contenant de petites quantités d’autres hydrocarbures et d’azote.
À l’état liquide, le gaz naturel est réduit à 1/600 de son volume original, ce qui rend possible son transport sur de longues distances dans des navires-citernes spécialement conçus pour le stockage, la regazéification et la livraison sur les marchés.
Les lieux visités disposent tous de vastes étendues de terre. Leur proximité avec la mer constitue un avantage certain. Toutefois, les représentants du port lors de la site visit – dont Maurice Allet, le président de la Mauritius Ports Authority (MPA) et Shekar Suntah, le directeur –, ont fait ressortir qu’il faudrait aménager l’espace pouvant accueillir un quelconque projet pour les besoins des services portuaires.
M. Suntah a indiqué par ailleurs que la MPA a financé la construction de maisons à l’intention de squatters, qui occupaient le terrain des anciens appartements des dockers. En ce qui concerne l’ancien Fort George, il est prévu que l’on le démolisse pierre par pierre pour qu’il puisse être reconstruit ailleurs, comme cela a été le cas avec la Ferme du Rhum.