Le ministre de l’Énergie, Rashid Beebeejaun, a déclaré au Mauricien que Maurice prend les dispositions nécessaires pour diminuer sa dépendance au pétrole importé afin de pouvoir produire sa propre énergie. C’était ce matin au Domaine les Pailles lors de l’ouverture d’un atelier de travail à l’intention de spécialistes et d’auditeurs qui seront impliqués dans la gestion de l’énergie dans le secteur du bâtiment.
« Le Premier ministre a donné le ton, il y a trois ans, pour que Maurice développe sa propre énergie renouvelable. Nous travaillons dans cette direction avec l’énergie éolienne, solaire et aussi la réduction de la demande », a déclaré Rashid Beebeejaun.
S’agissant de l’atelier de travail, le ministre de l’Énergie a indiqué que les spécialistes et auditeurs formés pourront ensuite mener des audits et conseiller les utilisateurs d’électricité sur les équipements consommant moins d’énergie à introduire pour qu’ils soient efficients. « Ce qui devrait réduire la demande en énergie et l’importation du pétrole », a-t-il ajouté.
Le président du Energy Efficiency Management Office (EEMO), le Dr Khalil Elahee, a pour sa part soutenu que le secteur résidentiel n’est pas concerné par cet audit. « Nous comptons auditer au cours de cette année une cinquantaine de bâtiments publics et privés, de gros consommateurs d’énergie, et éventuellement quelques centaines autres lors d’un programme qui durera trois à quatre ans », explique-t-il.
Le but de l’audit, a ajouté le Dr Khalil Elahee, est de savoir à quel point ces bâtiments sont en ligne avec les normes concernant la consommation de l’énergie. « C’est un exercice essentiel pour qu’on puisse optimiser l’utilisation de l’énergie. »
Après la formation des spécialistes et auditeurs concernés, indique le président du EEMO, il y aura un processus de certification et finalement les ingénieurs et architectes deviendront des auditeurs certifiés dans le domaine. L’EEMO, a souligné M. Elahee, est responsable de la coordination et du suivi de ces activités et du programme, du financement et de l’adoption des mesures concernant la gestion de l’énergie, qui devront prendre forme après l’exercice des audits.