Passer de la parole aux actes. C’est dans cette optique que le Central Electricity Board (CEB) a choisi comme «preferred bidder» le consortium  SUZLON-PADGREEN — sur un  total de 11 soumissionnaires —  pour l’installation d’un parc éoliens de 14 «Wind Turbine» pour la production de 29.4 mégawatt d’électricité après un concours international depuis avril 2011. Cette ferme éolienne qui devrait être opérationnelle d’ici 2014, après deux années de travaux, sera située à Plaine Sophie au coût de Rs 2 milliards. En effet, il n’est un secret pour personne que tout les moyens sont actuellement mis en oeuvre pour que le concept MID (Maurice Ile Durable) ne soit pas un mythe voire même une utopie. Un engagement personnel du Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui dans  son intervention lors du «21st Century Energy Agenda Africa» avait pris l’engagement que Maurice s’engagera dans la mise en place des parc éoliens. Le Premier ministre avait même parlé de deux parcs qui verront le jour.
Le premier du genre sera de ce fait installer à Plaine Sophie sur un terrain que le CEB allouera au  consortium SUZLON-PADGREEN une fois le contrat signé entre les deux parties. Mais c’est définitif que le CEB s’engage dans une politique de production d’électivité à partir des énergies renouvelables, à savoir le vent. La lettre «of intent» a déjà été tirée au nom du consortium SUZLON-PADGREEN depuis quelques semaines déjà. Avec une vitesse de vent de l’ordre de 6 mètres par seconde, Plaine Sophie selon les renseignements  dispose de toutes les conditions nécessaires pour la production des quelque 30 MW d’électricité demandée.
Mais avant que cette production devienne une réalité, le consortium SUZLON-PADGREEN aura presque deux ans de travaux à faire pour installer les 14 turbines éolienne de 80 mètres de hauteur avec des «blades» de 43m. «C’est un transfert de technologie important et qui nécessite toute un encadrement technique important», a-t-on expliqué au Mauricien un des responsables du projet chez PADGREEN, qui est une compagnie subsidiaire de PAD&CO. En effet, il n’y pas que l’installation des éoliens pour commencer la production d’électricité. Sans compter qu’il faudra aussi respecter la distance de 600m entre chaque éolien et tout la connexion nécessaire avec la central du CEB situé à Tamarin Falls où sera installé le compteur du CEB pour contrôler toute la production.
Les éoliens qui sont un production de SUZLON — No 3 mondiale dans la production des équipements pour l’énergie verte — sont fabriqués tant en Allemagne qu’en Inde. SUZLON qui détient tout le technologie de production d’électricité à travers ce qu’on appel le «Wind Turbine» assurer l’installation de toutes les structures de cette toute première ferme éolienne à Maurice.  SUZLON  est une compagnie qui a fait ses preuves dans ce domaine précis. Cette firme a aussi travaillé sur d’autres projet liés à la production d’électricité à Maurice. SUZLON a également fait ses preuves dans plus de 32 pays dans monde, sur 6 continents. Et pour important projet d’envergure qui nécessite des investissements de quelque Rs 2 milliards il est plus que nécessaire pour PADGREEN se s’associer avec une compagnie qui a un track record important sur la scène international. Pour l’heure les discussions sont toujours en cours entre le CEB et le consortium sur les détails techniques, notamment sur le prix de la vente d’électricité. Une fois les discussions terminées et que l’ESP (Energy and Sales Purchase Agreement) soit signé entre les parties concernées les travaux vont pouvoir débuter. Des travaux qui vont durer deux ans, mais le contrat entre le CEB et le consortium SUZLON-PADGREEN, lui, sera d’une durée de 20 ans et pourrait employer quelque 20 personnes pour surveiller toute la production.
En s’engageant dans cette voie il va sans dire que Maurice se met sur la petite liste des pays, comme l’Inde ou le Danemark (qui produise 8% de leur consommation totale) dans la production de l’électricité avec des sources renouvelables.