Louis Billy Quirin et son oncle Bruno James Hortense se sont présentés hier devant la magistrate Renuka Dabee siégeant en cour intermédiaire. Ils ont été respectivement jugés coupables d’évasion et d’hébergement d’un évadé de prison. La vice-présidente de l’instance criminelle de la cour intermédiaire a statué que « ignorance of the law is no excuse ».
Louis Billy Quirin est accusé de escaping from lawful custody sous l’article 61 (3) (a) (5) de la Reforms Institutions Act et Bruno James Hortense d’avoir hébergé un évadé sous l’article 172 (1) du Code criminel. Le premier nommé a plaidé coupable et le second non coupable lors de leur comparution hier devant la magistrate Renuka Dabee en cour intermédiaire. La vice-présidente de l’instance criminelle les a reconnus coupables.
Dans sa déclaration du banc des accusés, Billy Quirin a expliqué que son oncle Bruno Hortense n’était pas au courant de son évasion de la prison et qu’il prenait le thé chez ce dernier lorsque la police est arrivée. Enfermé durant cinq ans, l’évadé a ajouté qu’il s’était rendu compte de son erreur.
Quant à Bruno Hortense, il a précisé qu’il était en détention préventive depuis le 11 novembre 2010. L’oncle a par ailleurs déclaré à la police qu’il était en bons termes avec son neveu. L’accusé n° 2 a toutefois soutenu que son neveu devait retrouver la liberté en 2012.
C’est le 10 novembre 2010 que Bruno Hortense a appris que Billy Quirin s’était évadé de la prison de Petit Verger alors que des personnes s’étaient regroupées devant la maison de sa soeur Christiane. Celle-ci lui aurait informé que la police avait perquisitionné son domicile. Son neveu est venu chez lui le lendemain matin. L’oncle a précisé qu’il ne savait pas d’où il venait.  
Bruno Hortense aurait demandé des explications à Billy Quirin. Ce dernier lui aurait alors parlé de son évasion de la prison de Petit Verger. L’oncle lui a alors offert une tasse de thé et de la nourriture. C’est à ce moment que les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) ont débarqué pour les arrêter.
L’accusé N° 2 a déclaré qu’il ne savait pas qu’il commettait un délit en accueillant son neveu. Bruno Hortense a présenté ses excuses à la police. Il a aussi expliqué qu’il n’a pu informer les forces de l’ordre lorsque son neveu est venu chez lui.
La magistrate Renuka Dabee a déclaré qu’il était difficile de croire que Bruno Hortense n’était pas au courant qu’il enfreignait la loi. « True it is that he stated that he was not aware that he was committing an offence but ignorance of the law is no excuse », a soutenu la vice-présidente de l’instance criminelle de la cour intermédiaire. Elle a ajouté que le prévenu savait que son neveu était recherché par la police, mais qu’il lui a quand même permis de rester chez lui pendant une heure.