Pour la cinquième année consécutive, l’Association mauricienne de Boxe (AMB) est arrivée en tête du Week-End Hit Parade des fédérations. Cette année, la fédération présidée par Rajiv Rajcoomar a frôlé la « perfection » avec 9.5 points sur 10. L’AMB s’est ,semble-t-il, installée de manière durable à cette place très enviable mais ce n’est pas le fruit du hasard. Car derrière les bons résultats enregistrés par les boxeurs, il y a un travail énorme qui est abattu par les membres du comité directeur et le staff technique.
Pour Rajiv Rajcoomar, pour diriger une fédération vers de bons résultats, il faut de l’abnégation, de l’inspiration et le soutien de tout son entourage. « Je tiens à remercier le Tout-Puissant qui m’a guidé vers la réussite. Diriger une fédération vers le succès demande de l’abnégation, de l’inspiration et du soutien. J’ai pu compter sur l’entière collaboration des membres de mon comité et des techniciens. Si nous sommes arrivés là, c’est aussi grâce à nos partenaires que sont le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité Olympique Mauricien, le Mauritius Sports Council, le Trust Fund for Excellence in Sports, les sponsors personnels de Bruno Julie, la State Bank Of Mauritius et de Richarno Colin, Phoenix Beverages Ltd, Pad Co qui emploient pas mal de boxeurs et la presse. J’ai aussi une pensée spéciale pour mon épouse et mes deux enfants qui m’ont soutenu contre vents et marées afin que je mène le bateau à bon port. Je dirai même merci à ceux qui ne m’ont pas soutenu », a confié Rajiv Rajcoomar.
Le président de l’AMB dira aussi qu’il est de ceux qui croient dans l’innovation. « Cela fait cinq ans que la boxe se porte mieux après avoir connu un passage à vide. J’ai pour principe d’utiliser le passé pour bâtir l’avenir. Et je suis très optimiste quant à l’avenir car je suis convaincu que la boxe peut encore apporter de très beaux moments au sport mauricien. Nous avons placé un boxeur sur un podium olympique en 2008 et je crois dur comme fer que nous pouvons rééditer cet exploit en 2012 », dira Rajcoomar.
Toutefois, pour ce faire, il faudra des moyens, indique le président de l’AMB. « Il faut qu’entre janvier et la dernière phase qualificative des JO prévue du 27 avril au 10 mai, les moyens nécessaires soient mis à notre disposition », lance notre interlocuteur.
L’AMB a prévu un stage avec les Réunionnais fin janvier au centre national de boxe à Vacoas. Il débutera le 25 janvier pour prendre fin le 5 février. Tout juste après, l’équipe mauricienne mettra le cap sur la Hongrie pour participer au Bocskai István Memorial qui se tiendra dans la ville de Debrecen.
« Au mois de mars, il faudra trouver une compétition pour les boxeurs avant qu’ils ne partent pour leur stage pré-olympique », précise Rajcoomar.
Concernant ce stage final, l’AMB a deux options que sont l’Inde et l’Angleterre. « Toutefois, l’option anglaise nous coûtera beaucoup plus cher. Tout dépendra donc du budget qui sera mis à notre disposition », renchérit le président de l’AMB.
A la dernière phase qualificative pour les JO prévue donc du 27 avril au 10 mai, l’AMB compte déléguer huit pugilistes. « Sur les huit boxeurs que nous enverrons à cette compétition, nous pensons pouvoir en qualifier quatre pour les JO. Si tous les atouts sont de notre côté, cet objectif est parfaitement réalisable », affirme avec détermination le président de l’AMB.
Toutefois, Rajiv Rajcoomar reconnaît qu’il y a eu des moments durs et des déceptions au cours de l’année écoulée. Il mentionnera ainsi l’épisode des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI). « Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie mais la compétition de boxe des JIOI n’a pas été organisée selon les recommendations de la fédération internationale. L’AIBA avait pourtant fait ses recommendations au COJI et à la fédération seychelloise. En 2003, quand les JIOI avaient eu lieu à Maurice le COJI, alors dirigé par Michael Glover, avait invité des arbitres neutres venant d’Inde. Nous avions connu les mêmes problèmes en 2007 à Madagascar. Mais après les JIOI aux Seychelles, j’avais dit que nous allions bien faire aux Jeux d’Afrique et les résultats m’ont donné raison. Alors que certains nous ont tourné en dérision et même dit que notre capitaine courage, Bruno Julie, était fini. Il a prouvé le contraire », indique Rajiv Rajcoomar.
Le président de l’AMB regrette qu’il n’ait pu être présent aux Seychelles pour soutenir ses boxeurs et son staff technique pendant les JIOI. « Mais mes obligations professionnelles ne m’ont permis de faire le déplacement malheureusement », regrette-t-il.
L’autre déception de Rajiv Rajcoomar est que Richarno Colin et Kennedy St Pierre n’aient pas accepté de tenter leur chance dans le World Series of Boxing. « Je m’étais personnellement investi pour obtenir ces deux places pour Richarno et Kennedy mais ils n’ont pas voulu tenter l’aventure. Je respecte leur choix mais cette expérience aurait été très positive pour eux », fait ressortir le président de l’AMB.
Autre mauvaise nouvelle, celle de l’indisponibilité de Ludovic Bactora. Le boxeur de la catégorie des moins de 52 kg, qui s’était blessé au pied, est toujours en convalescence. Il demeure incertain pour la dernière phase des qualificatifs olympiques. « L’état de Ludovic Bactora m’attriste énormément. Mais dans la carrière d’un sportif, il n’y a pas que des bons moments et c’est dans les mauvais qu’il a le plus besoin de soutien. J’espère que les autorités ne lui retireront pas sa bourse de haut niveau », déclare Rajcoomar.
Le président de l’AMB, philosophe, préfère mettre de côté les regrets et regarder vers l’avenir. « Car ce n’est qu’ainsi que l’on peut avancer », dira-t-il.
Le sage a parlé…