Après seulement deux jours de visite dans l’archipel des Comores, les membres du Conseil International des Jeux (CIJ) des Iles de l’océan Indien affichent déjà une forme de confiance aux dirigeants de cette île en vue de l’organisation des 10es Jeux en 2019. C’est ce qui transpire dans les conversations téléphoniques que Week-End a eues hier en fin d’après-midi avec les membres du CIJ durant leur déjeuner avec le vice-président des Comores sur l’île d’Anjouan. «Nous avons eu deux jours de travail très remplis tant avec le président qu’avec le vice-président de la République des Comores. Ces rencontres qui ont été plus politiques que sportives, nous a néamoins permis de constater l’engagement de l’Etat de cette île pour l’organisation des 10es Jeux», a déclaré hier le président du CIJ, Philippe Hao Thyn Voon.
Ce dernier qui se trouve dans l’île en compagnie du secrétaire général du Comité Olympique Mauricien (COM), Vivian Gungaram et du CIJ, Jean-François Beaulieu, y compris Alain Lasnier du CROS de La Réunion a déjà visité  l’île où les Comoriens se préparent à mettre en place des structures sportives et d’accueil pour les jeux. «Je dois préciser que pour l’heure, nous n’avons eu droit qu’à des discours d’intention. Cependant, je dois aussi dire que les intentions des Comores sont plus que limpides sur leur détermination à être le prochain pays organisateur des JIOI», a tenu à rappelé le président du CIJ.
En effet, pour l’heure comme nous indique également Jean-François Beaulieu, tout est encore au stade des intentions. «Mais les JIOI est une mise en oeuvre énorme qui nécessite une certaine compétence. Ces questions n’ont pas encore été discutées et nous espérons que d’ici lundi à la fin de la visite ,nous sommes à même d’en avoir discuté et voir les dispositions qui doivent être prises au cas où l’organisation est accordée aux Comores. Ce qui n’est pas encore pari gagné», soutient pour sa part Jean-François Beaulieu.
Il faut savoir que le président des Comores, le Dr Ikinilou Dhoinine, a promis aux membres du CIJ que son pays à le soutien de la Chine pour la construction d’une piscine de 50m, d’un stade olympique et d’un Village des Jeux pouvant accueillir quelque 2000 personnes. Si le Village des Jeux, qui sera transformé par la suite en des logements sociaux, peut accueillir 2000 personnes, il va sans dire  que les Comores pourront organiser des JIOI avec au moins un programme de 15 disciplines.
IBA y croit
Mais reste que ce n’est pour l’heure qu’un rêve, même si le président de Comité Olympique des Comores (COC), Ibrahim Ben Ali, Iba pour les intimes, a doublement confiance et surtout de la douleur à renoncer à l’organisation des JIOI. Lui il sait au moins de quoi il en ressort,  puisque en 1988, il était au stade de St-Paul à l’île de La Réunion pour prendre le drapeau du CIJ pour ensuite renoncer une année après. «Cette fois, c’est la bonne. Je peux vous l’assurer. Les politiques se sont engagés les yeux dans les yeux avec le CIJ. La population est très motivée et durant ces deux jours, mes amis du CIJ ont pu constater de visu cet engagement et je suis revenu au comité olympique pour cela. Faites-nous confiance cette fois», a-t-il déclaré d’une voix nouée au téléphone.
Il n’en demeure pas moins vrai que le choix final viendra à l’ensemble des membres du CIJ qui doit se réunir durant le mois de juillet à La Réunion pour prendre une décision. «Nous n’avons pas encore terminé la visite. Nous avons d’autres sites à visiter et discuter sur les questions sportives. Une fois  cette phase terminée et  le débriefing terminé, le CIJ sera en mesure de prendre une décision en toute sérénité», affirme Philippe Hao Thyn Voon.