Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo ont transformé le sable mozambicain en or. Ces deux athlètes qui ont été irréprochables tout au long de la compétition, ont ramené une médaille d’or historique à Maurice car c’est la première fois que le beach volley est au programme des Jeux d’Afrique. En finale, elles ont dominé une paire Sud-Africaine en deux sets (21-13 et 21-12). Un succès logique et mérité.
Les Mauriciennes n’ont pas fait dans la dentelle sur le sable de Costa Del Sol face aux Sud-Africaines Palesa Sekhenyana et Randy Wiliams en finale mercredi matin. Les beach-volleyeuses, étonnantes de maîtrise et de savoir-faire, ont dominé leur sujet après 25 minutes de jeu. « Nous étions au point physiquement et confiante de remporter la victoire car ce n’est pas la première fois que nous affrontons cette équipe. Elles étaient vraiment très fortes mais nous étions bien préparées et nous avions envie de décrocher cette médaille d’or. Nous sommes venues pour la gagne », a indiqué à Week-End, Élodie Li Yuk Lo, toute émue. En effet, c’est le quatrième revers subis par les Sud-Africaines face au duo mauricien. C’est l’aboutissement d’un travail de longue haleine pour ces joueuses qui jusqu’à l’heure, ont évolué dans une relative sérénité.
Nul doute que ce sacre aidera à ce qu’elles soient connues à leur juste valeur désormais. Il ne faut pas oublier que les deux médaillées d’or avaient dû débourser de leurs poches pour leur préparation, même si elles ont bénéficié du soutien du Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et de la Fédération Mauricienne de Volley-Ball. « Je tiens à remercier tous ceux qui ont cru en nous et qui nous ont soutenues. Je pense tout particulièrement à la communauté du volley-ball, à Réza Itoola et Marjorie Nadal, qui nous ont très bien encadrées en terre mozambicaine, à l’équipe masculine de beach volley qui nous a été d’un grand soutien, au président de la fédération, Kayseeven Teeroovengadum, au MJS, au Club Maurice, au Comité Olympique Mauricien (COM) et à nos parents », a déclaré avec beaucoup d’enthousiasme, Natacha Rigobert.
Les deux volleyeuses baignaient encore dans l’euphorie quand Week-End les a contactées au téléphone jeudi matin. « Nous ne réalisons toujours pas que nous avons décroché le Graal. Nous avons fait tellement de sacrifices pour arriver jusque là. Nous sommes maintenant récompensées de notre dur labeur et nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin », lance avec beaucoup de détermination Élodie Li Yuk Lo.  » Rien n’est encore joué. Les Jeux d’Afrique constituaient une étape dans notre préparation mais l’objectif demeure bien évidemment la qualification pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. Il faudra qu’on confirme notre statut de championne d’Afrique lors du deuxième tour de la phase qualificative pour la Coupe Continentale en octobre au Nigeria, pour se qualifier pour la phase finale où se jouera notre qualification olympique », a fait savoir Rigobert.
Reza Itoola, ancien capitaine du Racing Club de Maurice, était lui aussi aux anges, lui qui croyait dur comme fer que les filles allaient obtenir le plus précieux métal. « C’est avant tout une reconnaissance pour cette discipline. Nous avons fait beaucoup d’efforts et de sacrifices pour la promotion du beach volley, Marjorie Nadal et moi-même et je tiens à féliciter ces deux joueuses, qui ont été exemplaires tout au long du tournoi », a fait ressortir Itoola, accompagnateur de la délégation mauricienne de beach volley. Il est à noter que c’est le Kenya qui s’est approprié la médaille de bronze en prenant la mesure du Nigeria en deux sets (21-15 et 21-12). Natasha Rigobert et Elodie Li Yuk Lo sont des joueuses complémentaires, ayant roulé leurs bosses un peu partout sur le circuit européen, notamment au Swatch-FIVB Beach Volley World Tour. « Ces deux-là jouent ensemble depuis longtemps. Elles ont beaucoup d’expérience du haut niveau et ont beaucoup gagné en maturité au fil des compétitions. Je suis sûr et certain qu’elles donneront le maximum pour accrocher une qualification olympique », dit Itoola.
En masculin, David Carcasse et Pascal Ava ont été éliminé dès le premier tour du tournoi, se faisant battre à deux reprises. C’est l’Afrique du Sud qui a été sacrée en masculin,et qui l’ont emporté devant l’Angola. Fortune Chiya et Grant Goldschmidt ont ainsi été les heureux gagnants. La médaille de bronze est revenue au Ghana, qui a pris la mesure du Kenya. Il est à noter que la délégation de beach volley est rentrée au pays hier dans les alentours de 19h30 après un transit à Johannesburg. Ils ont été accueillis comme il se doit par tous ceux présents pour ce succès historique qui restera à n’en point douter dans les annales. Nul doute que Natasha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo feront très certainement parler d’elles dans les compétitions à venir. Elles ont encore beaucoup à donner pour le beach-volley mauricien, étant actuellement au summum de leur art.