Après 1998, l’histoire va-t-elle se répéter en 2015? Les Comores seront-elles, à terme, prêtes pour organiser les 10es JIOI en 2019? Ce sont en fait les deux questions qui reviennent sur le tapis après le séjour de 48 heures (le week-end dernier) d’une délégation du Conseil International des Jeux (CIJ), composée du président Philippe Hao Thyn Voon, Kaysee Teeroovengadum (Maurice) Antonio Gopal (Seychelles), Jean-François Beaulieu et Alain Lasnier, du CROS de la Réunion.  Une visite qui, selon le président du CIJ, s’est déroulée dans d’excellentes conditions, mais sans oublier les trois points fondamentaux sur lesquels les Comores devaient répondre, voire apporter plus de précision.
Il s’agissait, en effet, (a) des infrastructures sportives, (b) la construction de la piscine et (c) le Village des Jeux. «Notre visite a été essentiellement sur ces trois points. Nous étions principalement à Moroni où se dérouleront presque toutes les compétitions si les 10es Jeux sont confiés aux Comores», a expliqué à Week-End, le président du Conseil International des Jeux, Philippe Hao Thyn Voon.
Mais cette 2e visite dans l’archipel a, semble-t-il, changé diamétralement l’avis des membres du CIJ. Le président du CIJ ne tient pas le même discours et parle cette fois d’«efforts consentis des Comores pour organiser les Jeux de 2019». Selon Philippe Hao Thyn Voon les Comores ont mis les petits plats dans les grands pour séduire les membres du CIJ et ainsi augmenter leur chance d’être confirmées pour l’organisation des 10es JIOI qui leur avait été confiée à la réunion du conseil les 2 et 3 octobre 2013.
Un lycée comme Village des Jeux
Outre les visites qui ont été effectuées sur les sites où seront construits le Stade Olympique,  à Moroni, un gymnase et le Lycée Comorien où sera situé le Village des Jeux. La délégation du CIJ a  aussi été reçue au Palais de la Présidence où le président Ikililou Dhoinine s’est engagé à mettre tout son poids dans la balance pour que son pays puisse être en mesure de respecter ses engagements.
«La situation des Comores nous a rappelé la situation de Maurice en 1985. Le Lycée Comorien, qui peut accueillir quelque 1300 personnes ressemble comme le Collège St Marys où Maurice avait établi le Village des Jeux pour la 2e édition»,
soutient PHTV. Ce dernier explique que le ministre des Sports des Comores, Ali Attoumani, a indiqué que son pays aura le soutien de plusieurs pays, dont la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Inde et la Chine notamment pour la toute nouvelle piscine, le gymnase couvert de l’INJS et d’Intsandra entre autres.«Reste qu’il y aura aussi des gros travaux à faire pour que le Lycée Comorien puisse être adapté comme un Village des Jeux», explique encore le président du CIJ. Avant toute décision finale, qui sera prise le 30 juillet à une réunion du CIJ avant le début des 9es JIOI, le CIJ veut se mettre sur ses gardes. Sans doute les expériences de 1998 obligent, l’instance qui contrôle les JIOI a demandé, dans un courrier, toute une série de conditions, notamment sur les contrats et les appels d’offres que ce soit sur les nouvelles infrastructures ou les infrastructures à réhabiliter.
«Aujourd’hui le sentiment au sein du CIJ est un peu plus favorable à confirmer définitivement l’organisation des 10es Jeux aux Comores. Toutefois, ce ne sera pas à n’importe quel prix. Le CIJ va autant que possible, l’accompagner dans sa démarche, mais les Comores doivent respecter ses engagements», a rappelé le président du CIJ.
Ce qui nous pousse à croire que l’organisation des 10es JIOI sera confiée aux Comores au grand dam de Maurice, qui pourrait avant l’heure retirer sa candidature.