Cela commence sérieusement à devenir une habitude chez le ministre de la Jeunesse et des Sports. A savoir, faire ce qu’il vient de renier. En effet, lors de son point de presse bilan de décembre 2015, Yogida Sawmynaden avait insisté sur le fait qu’il ne comptait pas mettre en place le comité d’organisation pour les 10es Jeux des Iles, du moins jusqu’à la fin de la première réunion du Conseil International des Jeux (CIJ), prévue pour les 17 et 18 février prochain. Question, disait-il, de ne pas entrer dans une embrouille diplomatique avec les Comores, le temps que le CIJ confirme la  décision du 20 octobre 2015 où l’organisation des Jeux avait été confiée à Maurice.
Mais depuis la fin de la semaine dernière, la nouvelle d’une éventuelle nomination d’un COJI Maurice pour les Jeux de 2019 est partie comme une traînée de poudre. Vendredi vers 14h, la nouvelle de la confirmation de Georges Chung comme Chief Executive Officer du COJI Maurice est tombée avec comme président, le ministre des Sports et ils seront associés dans ce comité avec le secrétaire permanent du même ministre, Viren Kumar Daby (1er vice-président), le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon (2e vice-président), l’ex-secrétaire général de la MFA, Sada Vuddamalay (Commissaire des Jeux), la présidente du MSC, Sarah Rawat (secrétaire), le président du Club Maurice Co, Giandev Moteea (trésorier), le secrétaire général du COM, Vivian Gungaram (membre) et le directeur des Sports, Ram Lollchand (membre).
Valeur du jour, seuls les membres ont été nommés et aucune réunion n’est annoncée durant les 10 jours qui viennent. C’est ce que nous a confirmé, hier, celui qui succède 12 ans après à Michael Glover à ce poste. «En effet, les membres de ce comité ont été nommés et comme moi-même, je n’ai pas encore rencontré le ministre des Sports et encore moins prendre connaissance de la tâche qui m’a été confiée. Il sera plus juste que nous nous réunissions qu’une fois tous les détails de ces nominations réglées. Je pense que dans une dizaine de jours, soit après les fêtes du Printemps, nous serons en mesure de tenir notre première réunion avant celle du CIJ»,a expliqué hier matin au téléphone Georges Chung.
Pour ce dernier, c’est avant tout en raison de son patriotisme qu’il a accepté cette proposition. «C’est avant tout par patriotisme que j’ai accepté la proposition du ministre. Pour le pays, il fallait que je m’engage afin que nous fassions quelque chose de bien. Pour y parvenir, nous devons être professionnel jusqu’au bout», indique celui qui est aussi le président et le promoteur du Mauritius Professionnal Football League (MPFL). Dans l’immédiat Georges Chung avoue ne pas trop savoir ce qui  l’attend comme CEO du COJI. «Mais je suis néanmoins conscient que cette tâche ne s’annonce guère facile et qu’il faudra travailler avec des gens qui sont compétents dans une grande équipe»,avance notre interlocuteur.
Du pain sur la planche très vite
Le moins que l’on puisse dire,c’est que le COJI Maurice aura du pain sur la planche très vite en vue de la réunion du CIJ qui se tiendra à l’hôtel Gold Crest. Même si le dossier du projet Maurice va se construire durant les deux prochaines années, avant de tout confirmer 18 mois avant la date des Jeux, il va sans dire que déjà dans 15 jours, il faudra mettre du concret devant les membres du CIJ. Ces derniers qui ne sont pas des enfants de choeur voudra sans doute savoir ce que Maurice propose comme organisation. «Nous avons un travail de trois ans et demi à faire, il nous faudra commencer ce travail très vite pour qu’à la fin, Maurice n’ait pas honte», avoue notre interlocuteur.
Si a priori une partie du choix qui a été fait par le ministre Yogida Sawmynaden pour compter le COJI n’est pas contestable, en attendant de voir comment ils «deliver the goods» une fois la machine organisationnelle en marche. Par contre, le choix de Sada Vuddamalay comme Commissaire des Jeux ou secrétaire des Jeux intrigue au plus haut point. Celui qui sera appelé à remplacer feu Yves Fanchette revient aux affaires au sein du sport mauricien après avoir été forcé à partir sur la pointe des pieds.
C’est le moins que l’on puisse dire. Malgré que Sada Vuddamalay n’avait pas été trouvé coupable d’un quelconque délit par les services de police, il n’a jamais pu retrouver son poste de secrétaire général de la MFA. En effet, on se souviendra que dans le sillage du retour de Vinod Pursunnoo à la tête de la Mauritius Football Association en 2010, le nouveau comité directeur demande  un audit sur les comptes de la fédération, surtout en ce qui concerne ceux ayant trait au projet Goal II et III. Une tâche qui est alors confiée à Insight Forensic de Roshi Bhadain. Ce dernier devenu depuis ministre de la Bonne Gouvernance avait lui-même mené une enquête dont un rapport volumineux en deux Tome avait été déposé en décembre 2011. Puis en août 2012, des membres de la MFA devaient réclamer sa suspension comme secrétaire général et par la suite ils avaient même consigné une déposition à la police contre Sada Vuddamallay.
A  l’Assemblée Nationale en juin 2013, l’ancien Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam avait indiqué en réponse à une question du député Franco Quirin que «depuis le 30 juillet 2012 une accusation d’«embezzlement» sur un montant de Rs 450 000 pèse sur Sada Vuddamalay. C’est le secrétaire de la Mauritius Football Association (MFA), Bhurdwaz Mungur qui a formulé ces accusations contre le secrétaire administratif de la MFA et qu’il a été suspendu le 9 août 2012. A valeur du jour, 12 personnes ont été interrogées par la CCID liées à cette affaire et selon le Premier ministre, le dossier se trouve devant le DPP «for advise», mais ce dernier a demandé à la police «to probe further on certain aspects of the enquiry.»
Après enquête de la police,rien n’avait été retenu contre  Sada Vuddamally. Interrogé sur la présence de Sada Vuddamalay au sein du COJI au poste de Commissaire des Jeux, Georges Chung dira qu’il ne serait pas «fair» de faire des commentaires pour le moment sur cette présence. «Le ministre m’a promis qu’il me donnera la meilleure équipe, donc il est encore trop tôt pour se prononcer», dira encore Georges Chung. Il faut aussi savoir qu’à un certain moment après l’arrivée de Yogida Sawmynaden comme ministre des Sports, le nom de Sada Vuddamalay, ancien Directeur des Sports, fut mentionné comme possible président du MSC.