C’est donc le Seychellois Antonio Gopal qui a succédé au Mauricien Philippe Hao Thyn Voon à la présidence du Conseil International des Jeux (Cij). L’élection tenue hier en cours d’après-midi lors de la première journée des travaux de cet organisme à l’hôtel Gold Crest à Quatre-Bornes a ainsi permis au président du comité olympique seychellois de retrouver un poste qu’il avait occupé de 2004 à 2008, avant de le céder au Réunionnais Jean-François Beaulieu. Les travaux ont repris ce matin, avec comme items principaux une action commune avec la Commission Jeunesse et Sports de l’océan Indien et un échéancier de réunion de diverses commissions.
Au bout du compte, Antonio Gopal a été élu à l’unanimité du fait que le Réunionnais Thierry Grimaud s’était désisté. Au sein du nouveau bureau, les postes de vice-présidents sont revenus dans l’ordre au Malgache Sitheny Randrianasoloniato, au Maldivien Masooq Ahmed et à Thierry Grimaud. Celui de secrétaire général sera occupé par le Mauricien Vivian Gungaram, alors que la fonction de trésorier sera détenue par Philippe Hao Thyn Voon. Ce dernier a été élu président d’honneur au même titre que Jean-François Beaulieu. Par contre, le poste de 4e vice-président n’a pas été attribué, dépendant sans doute de la position qu’adopteront les Comores.
Conscient de pouvoir travailler avec une équipe expérimentée, Antonio Gopal compte tout entreprendre pour la pérennité des Jeux des îles et une révision des règlements de la Charte. Le nouveau président souhaite également que les dirigeants comoriens reviennent à de meilleurs sentiments après leur walk-out effectué au cours de la cérémonie d’ouverture hier matin et leur retour précipité dans leur pays hier soir. Une façon selon lui de consolider les liens de fraternité entre les différentes îles, tout en militant pour la reconnaissance de cette manifestation par le Comité international olympique (CIO).
L’autre item d’importance lors de la première session des travaux aura été le choix porté sur les disciplines qui devraient figurer aux prochains JIOI (voir hors-texte). Comparativement à la dernière édition tenue l’année dernière, le football féminin, le tennis, le handball et la voile n’ont cette fois pas été retenus. Somme toute, une énorme déception pour les dirigeants de ces disciplines, surtout pour le tennis, qui n’avait pas été retenu lors de l’édition 2011 aux Seychelles, avant d’effectuer un retour quatre ans plus tard, et pour le handball, qui n’a jusqu’ici effectué que deux apparitions aux JIOI.
Étant donné qu’il est maintenant définitivement confirmé que Maurice abritera la 10e édition des JIOI, ce sera au comité organisateur, placé sous la présidence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, de s’atteler à la tâche. Si les membres ont été présentés hier matin, la première réunion de travail devrait se dérouler avant la fin de ce mois.