« L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu, mais de s’être bien battu », disait Pierre de Coubertin (réformateur des JO et du CIO) et sans doute le président du Comité Olympique et Sportif des Iles Comores (COSIC) a fait sien ce dicton dans sa quête pour obtenir l’organisation des 10es Jeux des Iles de 2019. Selon les informations de Week-End, il se confirme, en effet, que la réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) qui se tiendra à Maurice les 17 et 18 octobre ne sera pas de tout repos. Les Comores ayant fait de ce dossier, une affaire d’État a trouvé en Ibrahim Ben Ali son bras armé qui viendra réclamer que les 10es JIOI retournent aux Comores.
Il va sans dire que l’agenda des premières heures de la réunion du CIJ risque fort bien de connaître un changement important et risque fort bien d’être houleuse. «Je viens à Maurice pour demander l’examen de la lettre de contestation que j’ai adressée au CIJ depuis le 20 novembre 2015. De toutes les façons, dans cette affaire, il n’y a pas midi à 14h. Ou on nous respecte [les Jeux retournent aux Comores] ou on s’en va», a insisté vendredi soir à Week-End le président du COSIC.
En effet, Ibrahim ben Ali est un homme remonté et il n’arrête pas de parler de complot contre son pays. Depuis octobre 2015, les dirigeants du COSIC, tout comme les officiels du gouvernement, n’ont pas cessé d’attaquer sur tous les fronts, allant même jusqu’à jouer sur un terrain contraire à l’esprit olympique en qualifiant les Jeux des Iles comme les «Jeux des Créoles ». Allez comprendre tous les sous- entendus et les préjugés de cette remarque.
Reste qu’à valeur du jour, la question que nous nous posions: en 1998, ce moment lorsque le drapeau des Jeux avait été remis aux Comores lors de l’organisation des 6es Jeux est-il plus que jamais d’actualité? A savoir peut-on encore confier cette organisation aux Comores ? Loin de nous l’idée de se placer dans un patriotisme sans bornes dans l’argumentaire pour répondre à cette question, car il est vrai que les éléments de 1998 ne sont pas les mêmes en 2016 et qu’entre-temps les Comores ont organisé les Jeux de la CJSOI.
Ni jackpot ni roulette russe