Le traditionnel rassemblement  des sportifs en vue des 11es jeux d’Afrique qui se dérouleront du 4 au 19 septembre prochain à Brazzaville en République du Congo, a eu lieu vendredi dernier au restaurant Dix-Neuf à Tamarina Golf Estate. Lors de cet évènement, les athlètes ont eu un sacré coup de pouce de la part de ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) Yogida Sawmynaden, leur rappelant de leurs exploits accomplis aux 9es Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI). Voilà ce qui devrait les motiver et encourager  à briller sur le continent  africain et en même temps, confirmer « le déclic du sport mauricien ».
« Maintenant il n’est plus question d’affronter des Réunionnais, des Malgaches ou des Mahorais et d’autres athlètes de l’océan Indien. Désormais, c’est la crème du sport africain que vous allez côtoyer », a fait ressortir Yogida Sawmynaden dans son discours. En effet, en établissant un nouveau record des médailles aux JIOI de La Réunion, Le Club Maurice a suscité des attentes nottament celle de briller à un autre niveau, soit à ces 11es jeux d’Afrique.
En seront-ils capables? En tout cas, le ministre y croit dur comme fer en ces athlètes qui n’ont cessé de l’impressionner depuis le dernier rendez-vous indianocéanique.
 « Je n’ai aucun doute, je connais votre niveau ainsi que votre potentiel. Il ne tient qu’à vous de pérenniser le feel-good factor éveillé depuis La Réunion. Ayez foi en vous comme le MJS en a eue avant que vous ne partiez déjouer toutes les pronostiques à l’île soeur. Sans cet élément qu’est la confiance, on n’aurait pas autant investi en vous », avance-t-il avant d’ajouter qu’on est plus qu’heureux de vous soutenir et de vous donner les meilleures conditions d’entraînement et de préparation.
À ce sujet, après avoir raflé 21 médailles d’or aux JIOI, les haltérophiles n’ont pas perdu de temps en vue de se préparer pour Brazzaville. Ces derniers, avec le Directeur technique national Urdass Constantin, sont en Roumanie pour un stage intensif jusqu’à la fin du mois d’août avant de mettre le cap directement sur Congo. Après leur razzia aux JIOI, le badminton est l’une des disciplines qui sont les mieux affûtées pour ce rendez-vous. Et ce n’est pas Yeldi Louison, désignée capitaine de la délégation féminine, qui nous dira le contraire.
 « Nous avons gardé le rythme des JIOI avec des entraînements intensifs au quotidien ». Parlant du capitanat, cette dernière admet que c’est avec fierté qu’elle relève le défi : « C’est une très grande responsabilité qui m’est donnée pour mes premiers jeux d’Afrique. Cependant, je suis fière de pouvoir le faire. Le ministre a placé sa confiance en Guillaume Thierry et moi, on fera de notre mieux pour faire honneur au pays en essayant de remporter le plus de médailles possibles », admet Louison.
Un avis qui est également partagé par le Décathlonien Thierry Guillaume.  « C’est un honneur d’être le capitaine de l’équipe masculine pour ma deuxième participation à ces jeux africains après ceux de Maputo en 2011 ou j’avais décroché la médaille d’argent. Cette année, l’objectif est définitivement de faire un podium. Mais la compétition sera d’un niveau très élevé avec la présence d’autres athlètes venus de l’Afrique du Sud et du Maroc qui tournent dans les 8 000 points, soit 500 de plus que moi ».
Pour rappel, les jeux d’Afrique reviennent dans la capitale congolaise après 50 ans.  « La République du Congo nous a assuré que les infrastructures sont prêtes pour accueillir 8 000 athlètes venant de 50 pays du continent africain. Je reconnais la valeur de toutes les médailles, je serai de tout coeur avec vous pour vous encourager dans vos épreuves respectives », a déclaré pour sa part Philippe Hao Thyn Voon, troisième vice-président de  L’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), représenté par Richard Papie, vice-président du Comité Olympique Mauricien (COM).