Les courts et les longs-métrages seront à l’affiche lors de la onzième édition du Festival Île Courts, du 9 au 13 octobre. Cet événement annuel est organisé par Porteurs d’Images, avec le retour du réalisateur David Constantin à la présidence de l’association. La prochaine étape du Festival consistera à se réinventer complètement, tout en poursuivant son engagement de développer la culture cinématographique et professionnaliser ce secteur à Maurice et dans les régions avoisinantes.

Cette édition 2018, avec la réalisatrice Chantal Richard comme marraine, se prépare à dérouler des kilomètres de bobines au public mauricien, avec pas moins de 78 films issus de 26 pays, 4 projections Sinema koltar, sans oublier des ateliers professionnels et jeunesse, des Masterclass et le retour du concours Fim zekler. Côté nouveauté, sont annoncés deux rendez-vous off pour prolonger le festival, ainsi qu’une projection spéciale ONG intitulée Zetwal dan lizie.

Île Courts est un festival dédié aux courts et aux longs-métrages. Il se démarque en étant gratuit et accessible à tous. Ce projet est en fait la principale vitrine de l’association Porteurs d’Images qui, depuis sa création en 2006, s’est fixé comme but d’organiser des activités de développement de la culture cinématographique et de professionnalisation du secteur à Maurice et dans l’océan Indien.

Avec cette onzième édition, prévue du 9 au 13 octobre, ce rendez-vous du début d’été indique que le cinéma à Maurice est bien loin du clap de fin et qu’il progresse “petit à petit, mais dans la bonne direction”, rassure David Constantin. Grâce à sa programmation qui s’enrichit chaque année, Île Courts a su attirer plus de 30,000 amateurs de cinéma lors des projections au cours de ces dix dernières années. “Nous pouvons en avoir davantage, surtout du côté des jeunes”, confie le réalisateur et président de Porteurs d’Images.
Cette année encore, le Festival a réuni une belle brochette en termes de créations. Que ce soit en salle ou en plein air, le public découvrira 78 films, qui ont été retenus parmi les 700 films envoyés par de nombreux réalisateurs et distributeurs étrangers, sans compter des sélections préparées par des festivals partenaires. Des créations issues de 26 pays, dont certains seront présents lors du festival : Angélique Muller (France), Julie Jouve (Réunion), Reema Sengupta (Mumbai), Risheeta Agrawal (Inde), Stéphanie Grand (France), Vincent Toi (Mauricien installé au Canada) et Wood Jerry Gabriel (Haïti).

Nouvelles ambitions.

La touche mauricienne sera présente puisque le concours Fim Zekler revient cette année. Les six films retenus sont Gato Pima d’Ashley Ittoo, Insert de Laurent Frederic, Enn zourne laplaz de Thomas Jean-Louis, Lamann de Daniel Appasamy, Souffrance apaisée de Gregory Thiboudois et Duel de Naresh Roodur.

Si le cinéma est définitivement le cœur de ce festival, l’association Porteurs d’Images met surtout un point d’honneur à ce que cet événement soit un lieu de rencontre et de partage. D’où l’organisation d’ateliers et de Masterclass. Même si l’édition 2018 ne propose pas sa Fabrique à Film (programme de soutien à l’écriture et à la production de films courts), il est important de souligner que l’association a produit 36 courts-métrages mauriciens depuis 2009 et qu’ils sont plusieurs talents locaux à voyager hors des frontières grâce à Île Courts.
Le cap des dix ans étant franchi, le Festival tient à montrer ses nouvelles ambitions. Comme le souligne David Constantin, président de l’association Porteurs d’Images, “même si notre but est d’une part de continuer à développer les publics et d’autre part de continuer à soutenir ceux qui veulent créer, il est aussi important à ce stade de faire un bilan plus approfondi et réinventer certaines choses pour que la flamme demeure intense”. C’est dans cet esprit que l’édition 2018 introduit pour la première fois deux rendez-vous off. Il s’agit d’une séance de pitch Adopte un.e réalisateur.trice, le 16 octobre à 19h30 (sur réservations uniquement) et un Apéro-Ciné, le 20 octobre à 19h30 (ouvert à tous), avec en prime une animation musicale à partir de 21h.

Chantal Richard, une invitée très spéciale

Depuis 2012, le Festival Île Courts invite un(e) réalisateur(rice) indépendant(e) à être le parrain/la marraine du Festival. L’occasion pour les cinéastes et les cinéphiles de Maurice d’affiner leurs représentations sur le cinéma, en rencontrant des cinéastes majeurs. Après le Sénégalais Moussa Touré, l’Indien Anurag Kashyap, le Nigérian Newton Aduala, l’Indienne Ruchika Oberoi ou le Mozambicain Licinio Azevedo, c’est au tour de la Française Chantal Richard de partager sa vision du cinéma et du documentaire avec les Mauriciens. David Constantin confie : “C’est une invitée très spéciale parce qu’elle connaît très bien Île Courts pour avoir été là au début de l’aventure. Elle a déjà apporté sa contribution lors des ateliers avant de revenir cette année dans son rôle de marraine.”

La réalisatrice présentera son long-métrage documentaire Ce dont mon cœur a besoin, le samedi 13 octobre, de 15h30 à 17h30. Une discussion ouverte entre la marraine et le public présent s’ensuivra. Les festivaliers auront également l’opportunité d’approfondir leurs connaissances sur le cinéma à travers une Masterclass avec cette invitée principale, le jeudi 11 octobre à 18h à l’Institut Français de Maurice (Rose-Hill).

Le cinéma près de chez vous

Les Sinema Koltar, proposés par le Festival Île Courts depuis ses débuts, réunissent les Mauriciens sur une place publique en plein air. L’occasion pour eux de partager des expériences cinématographiques uniques lors de projections à ciel ouvert. Gratuites, ouvertes à tous et organisées à travers plusieurs endroits de l’île, ces projections nomades permettent à un large public de découvrir sous les étoiles des courts-métrages de genres différents et venus du monde entier.

Dates et horaires

Mercredi 10 octobre à 19h – Aventure du Sucre (Beau Plan)
Concert de Rasinn Karré, suivi des projections suivants : Tungrus de Rishi Chandna (Inde); My mama is bossie de Naomi Van Niekerk (Afrique du Sud); Arthur Rambo de Levil Guillaume (La Réunion); Enjoying songs de Sitraka Raheriarivony (Madagascar); Vev la/La veuve de Wood Jerry Gabriel (Haïti); Naughty Amelia Jane de Risheeta Agrawal (Inde); Mirelande de Philippe Passon (Guyane Française); Car park blues de Khomthong Rungsawang (Thaïlande).

Jeudi 11 octobre à 19h – Plaza (Rose-Hill)
Projections de : Boogaloo & Graham de Michael Lennox (Royaume-Uni); Wednesday with Goddard de Nicolas Menard (Royaume-Uni); Bonobo de Zoel Aeschbacher (Suisse); Negative space de Max Porter et Ru Kuwahata (France); Les Indes galantes de Clément Cogitore (France); Boomerang de David Bouttin (France); Vihta de François Bierry (France, Belgique); Drôle de poisson de Krishna Chandran A. Nair (France, Suisse).

Vendredi 12 octobre à 19h – Plage publique de Tamarin
Concert de Sylvain Donnice, suivi de la remise des prix du concours Fim Zekler et les projections suivantes :
Pour tous publics
By the Ocean de Jenae Hall (Australie); Boogaloo & Graham de Michael Lennox (Royaume-Uni); Le lion et le singe de Benoît Feroumont (Belgique); Les Indes galantes de Clément Cogitore (France); La mort, père et fils de Vincent Paronnaud et Denis Walgenwitz (France).
Pour public averti
Tangente de Julie Jouve et Rida Belghiat (La Réunion); Alone de Scott Reed et Marc Echstein (Maurice); Counterfeit kunkoo de Reema Sengupta (Inde); The crying conch de Vincent Toi (Haïti, Canada); Goodperson de Khomthong Rungsawang (Thaïlande); Leprosy d’Eghbaldar Alimohammad (Iran).

Samedi 13 octobre à 19h – Mahebourg Waterfront
Projection de : Run Rostam run de Hossein Molayemi (Iran); Doubout de Malleon Sarah et Pierre Le Gall (Martinique); Are you volleyball ? de Mohammad Bakhshi (Iran); Probably de Madan Gaurav (Inde); Speaking daggers de Sally McLean (Australie); Anandrano de Nantenaina Fifaliana (Madagascar); Goodperson de Khomthong Rungsawang (Thaïlande).