Antonio Gopal, Président du CIJ
  • Aux dernières nouvelles, deux premiers cas de la maladie détectés hier soir dans l’archipel
  • La mise en place d’un secrétariat permanent sérieusement envisagée

La première réunion du Conseil international des Jeux des Iles (CIJ), programmée en marge des Jeux de 2023 aux Maldives, n’est pas prévue de sitôt après un premier renvoi. Avec la crise sanitaire mondiale liée au coronavirus, le président du CIJ, le Seychellois Antonio Gopal, et ses membres préfèrent, pour le moment s’abstenir, le temps de voir d’abord l’évolution de la situation. Sauf que selon les dernières informations, deux ressortissants étrangers, employés dans un hôtel des Maldives, ont été testés positifs hier au coronavirus.

Les Maldives devaient accueillir les membres du CIJ (21 au 23 février dernier) pour une première réunion après les 10es Jeux des Iles de l’Océan Indien, tenus en juillet de l’année dernière à Maurice. Malheureusement, tel n’a pas été le cas en raison de la propagation du coronavirus à travers le monde. «Nous n’avons pas voulu prendre le risque et nous avons décidé de reporter cette première session de travail. Avec nos membres, nous suivons la situation de près. Aussitôt une amélioration constatée, nous prendrons la décision qu’il faut. Pour l’heure donc, il m’est impossible de dire exactement quand le CIJ se réunira», expliquait Antonio Gopal en milieu de semaine. Avec ces premiers cas détectés aux Maldives, la tenue de cette première réunion risque de se faire attendre encore longtemps.

Ce qui est sûr cependant, ajoute le dirigeant seychellois, c’est que tous les membres du CIJ auront bientôt l’occasion d’avoir une idée des Maldives et de ses infrastructures, après la visite qu’il a effectuée, l’année dernière, avant les JIOI 2019. « J’ai eu l’occasion de visiter les Maldives en compagnie d’Hedley Han et d’Aldophe Pépin de Maurice et de La Réunion, respectivement. Tout s’était bien passé. Il va falloir maintenant que tout le monde s’y rende pour un constat des lieux et voir ce que les Maldives proposent en vue de l’organisation des Jeux de 2023 », avance-t-il.
Les disciplines des JIOI

D’autre part, Antonio Gopal a évoqué la mise en place d’un secrétariat permanent pour le CIJ et éventuellement de la nomination d’un secrétaire. Cela, a-t-il précisé, afin de rendre la communication encore plus fluide au sein de l’organisme. « Rien n’est décidé pour l’heure. C’est une proposition qui sera discutée lors de notre première réunion », fait-il remarquer. Au cas où la proposition est adoptée, Antonio Gopal affirme que le secrétariat ne posera aucun problème avec celui mis en place dans le cadre des JIOI.
Autre point important qui sera discuté demeure sans conteste la liste des disciplines participantes aux Jeux de 2023. Et là, il va sans dire que les discussions seront assez animées étant donné que la boxe et l’haltérophilie ne font pas partie de la liste initiale. Quand on sait que ces deux disciplines sont de gros pourvoyeurs de médailles, notamment pour Maurice, il est à penser que les dirigeants mauriciens mettront tout leur poids lors des discussions pour faire pencher la balance. Sans oublier que ces deux disciplines sont aussi très suivies du public de l’océan Indien.

Rappelons également que Maurice devra déposer le bilan des derniers Jeux au cours de cette première réunion. Selon Antonio Gopal, ce sera l’occasion de bâtir sur les acquis, mais également voir s’il y a eu des manquements pour faire en sorte d’aider les Maldives à s’améliorer. « La rencontre des Maldives sera très importante et ce, à plusieurs niveaux. Ce qui est aussi bon de savoir, c’est que nous voulons désormais prendre le temps de résoudre tous nos petits soucis avant d’en arriver à la période des Jeux. Car très souvent, nous avons eu à discuter longuement pendant les Jeux pour essayer de trouver des solutions à un problème. Nous espérons donc aplanir tout cela, afin que les Jeux puissent se dérouler dans des conditions optimales et sportives», conclut le président du CIJ.