La participation dans l’épreuve principale en C1/2 de Bobby Bear, lui qui venait de faire la démonstration à ses pairs dans une valeur nettement inférieure, la C4 (56-40), allimentait les conversations ayant trait à la compétition pour cette treizième journée. C’était un pari osé pour Patrick Merven et après un peu plus d’une minute et vingt-et-une secondes, son bel alezan lui donna raison de l’avoir engagé à ce niveau. Car Bobby Bear, portant le light weight 50 kg, sortit un joli coup de reins pour s’imposer de façon convaincante. Bobby Bear était la deuxième d’une série de trois victoires remportée par l’écurie Merven hier, Don’t Say Don’t (Rama) et Bali Mojo (Ségeon) étant les deux autres vainqueurs. Le leader chez les jockeys, Johnny Geroudis, s’offrait lui le doublé grâce à Lord Googol et Druid’s Moon, pour accentuer son avance sur Ségeon. Ce doublé permet à l’écurie Rousset de se rapprocher un peu plus du leader qui a sauvé les meubles grâce à Powerful Gift. Désormais, un peu moins de Rs 300 000 les séparent. What Price et Polar Falcon ont, quant à eux, permis à Serge Henry et Raj Ramdin de tirer leur épingle du jeu.
Auteur d’un parcours exceptionnel cette saison et convaincant vainqueur dans une valeur nettement inférieure à sa dernière tentative, Bobby Bear venait défier des adversaires d’une toute autre trempe dans The Anglo-Mauritius Golden Jubilee Cup qui accueillait les coursiers de C1/2 (60+) sur une distance de 1365m. Doté d’un Rating de 61, il était elligible pour cette confrontation avec un handicap de 52 kg. Egalement entré dans la quatrième épreuve où il aurait pu être piloté par le jockey de l’écurie, l’état major décida de tenter le pari fou en le confiant à l’apprenti Hoolash qui avait mené à bon port leur outsider Catch The Gers une semaine plus tôt et qui bénéficie d’une décharge de 2kg. Avec seulement 50 kg sur le dos et une première ligne dans les stalles, Bobby Bear se montra à la hauteur de cet engagement et sortit son joli finish lorsque son cavalier lui demanda l’effort pour s’imposer de façon convaincante.
Chief Mambo mit à profit son bon pas initial et sa deuxième ligne pour se porter vite en tête. Bobby Bear qui s’élançait à son intérieur fit l’essentiel pour se maintenir dans le dos du meneur et surtout pas céder la place à Captain’s Cheer qu’il condamna à son extérieur. Mr Black Tom fut sollicité dans la première courbe pour contourner ces deux chevaux. On pensait qu’il allait se placer tranquillement côté corde devant Bobby Bear, mais il fut remis en one off sur l’arrière main du meneur qui assura une bonne allure comme à son habitude. Ce qui permit au favori de se rapprocher sur les barres au bas de la descente et de recoller au meneur. Captain’s Cheer faisait l’extérieur de Exclaim’n’exclude et précédait The Cardinal et Capitaine, tandis que Major Storm et Profit Report étaient décrochés. Chief Mambo durcit l’allure à partir de la route et était toujours en main à 400 mètres de l’arrivée alors que Mr Black Tom, Exclaim’N’Exclude et the Cardinal était déjà mis sous pression. Hoolash prit la sage décision de déboîter sa monture une centaine de mètres plus loin, évitant à coup sur de se retrouver enfermé au démarrage. Chief Mambo se montra très accrocheur, mais à mi-ligne droite, Joorawon se rendit à l’évidence qu’il n’allait pas pouvoir longtemps contenir Bobby Bear qui s’étendait avec plus d’aisance avec son poids plume. Accompagné comme il se doit par l’apprenti Hoolash, l’alezan de l’écurie Merven donna un joli coup de reins pour finir et laisser sur place Chief Mambo. Captain’s Cheer s’accrocha à la troisième place devant Capitaine. Profit Report se rapprocha vivement sur le tard en épaisseur pour terminer cinquième devant Exclaim’n’exclude qui manqua de punch tout comme The Cardinal qui effectuait sa reprise.
Après Catch The Gers la semaine dernière, l’écurie Merven a frappé avec un autre outsider hier, en l’occurrence, Don’t Say Don’t, confié à Rama, qui confirma qu’il n’était pas dénué de qualités. On dut toutefois avoir recours à la photographie afin de désigner le gagnant de cette deuxième course, car deux chevaux franchirent le but dans la même foulée. Sky Link fut sollicité au départ et ce n’est qu’après environ 350 mètres qu’il put trouver la position tête et corde devant Jack Sparrow. Les favoris Pero Valiente et Il Magnifico occupaient les troisième et quatrième places. Sniper améliora sa position dans la descente pour se porter sur l’arrière-main de Jack Sparow. Don’t Say Don’t se rapprocha dans son dos et déborda Pero Valiente avant la route. Saziwayo et Pardon Me Boy étaient lancés de loin en épaisseur, mais ne furent pas en mesure de prolonger leurs efforts jusqu’au bout. Sky Link aborda la ligne droite sous la menace de Sniper. Ce dernier laissait penser qu’il pourrait forcer la différence à n’importe quel moment, mais il donna l’impression de verser à l’intérieur et de ne pouvoir être accompagné comme il se doit. Il Magnifico qui fut libéré dans la ligne droite demeura sans accélération tout comme Pero Valiente. Don’t Say Don’t s’amenait, lui, dangereusement au milieu de la piste. Malgré les efforts fournis en début de course, Sky Link se montra très accrocheur. Cependant, Don’t say Don’t se montra plus percutant pour lui souffler la victoire dans les dernières foulées.
Les malheurs de City Of Choice
Avec City Of Choice qui faisait figure d’épouvantail dans la septième épreuve, l’écurie Merven semblait capable de réaliser le triplé, mais contre toute attente ce fils de What A Prospect s’élança des stalles avec plusieurs longueurs de retard et ce, sans son cavalier. Les commissaires des courses devaient faire retentir la sirène pour ouvrir une enquête sur le départ qui conclut que City Of Choice avait obtenu toutes les chances. Au cours de l’enquête, il fut établi que le cheval s’affaissa juste au moment où le départ fut donné. Le malheur de City Of Choice allait faire le bonheur d’un autre, car le favori hors du coup, la course était plus ouverte. Umhlanga n’eut pas de mal à se porter aux avant-postes devant Golden Sheik. Powerful Gift, moins véloce, ne fut pas bousculé et progressa graduellement pour prendre le relais dans la descente. Made Of Steel se retrouva sur l’arrière-main d’Umhlanga et précéda Golden Sheik accompagné de Juan Belmonte devant Pacman, Firebolt, Desolation Row et Mdansi. Made Of Steel se rapprocha quelque peu à partir de la route, mais abusa de la largeur de la piste. Powerful Gift aborda la dernière ligne droite avec de solides prétentions. Mdansi termina le plus fort, mais il se contenta de la deuxième place devant Umhlanga. Il fut constaté après la course que Pacman avait saigné. City Of Choice devra, lui, se soumettre à un essai aux stalles à la satisfaction des commissaires des courses avant d’avoir le droit de recourir.
Malheureux sur City Of Choice, Cédric Ségeon sa racheta sur Bali Mojo dans l’épreuve de clôture où Altelekker s’était fait le plus de partisans. Le jockey de l’écurie Merven n’eut aucune peine à prendre la direction des opérations. Il fut rejoint sur son arrière-main par Baynesfield qui se contenta de cette position. Nullement inquiété, Bali Mojo imprima un train relativement lent. Ce qui explique que Royal Ransom qui était parmi les derniers dans les premières encablures, ait pu se rapprocher en troisième épaisseur dans la descente sans trop d’effort. Au poteau des 600m il était déjà quatrième derrière Beat That et précédait alors Zip It, Highland Jet, Altelekker, Electric Lightning, Salvador Dali et Anti-Freeze. Le rythme s’endurcit à la route lorsque Baynesfield mit la pression sur le meneur. Le représentant de l’établissement Foo Kune ne put prolonger son effort dans la ligne d’arrivée où Highland Jet et Beat That furent lancés à l’intérieur. Le favori était plus en retrait et il était évident qu’il n’allait pouvoir disputer la gagne. Bali Mojo pencha sur sa droite, incommodant au passage Beat That, et dès qu’il trouva appui sur les barres, il accéléra à nouveau pour résister avec assurance aux assauts de ses rivaux.
La 99e de Geroudis
L’histoire retiendra que la première épreuve de 2100m du calendrier 2012 a été remportée par Druid’s Moon. Grâce à un temps de 2.09.77, ce bel alezan de l’écurie Rousset réalisa surtout l’exploit d’effacer le nom d’Altaturk qui figurait sur les tablettes des records depuis 10 ans – cet ancien élève de Shailesh Ramdin avait réalisé le chrono exceptionnel de 2.10.05 le 5 octobre 2002 . Druid’s Moon, il faut le dire, avait le gabarit d’un tel engagement. Du reste, son unique tentative sur le parcours du jour s’était soldée par une troisième place à 1.85L de Schecado. Il était aussi déjà entré dans le Winters Stakes prévu pour la quinzième journée et qui accueillera les coursiers détenant un rating de 60 ou plus sur le même parcours. Pour l’entourage de Druid’s Moon, il était impératif qu’il se retrouve à l’avant, position dans laquelle il était plus efficace. Druid’s Moon surmonta le handicap de sa septième ligne sans grand effort pour se porter en tête devant Sharks Bay. Club Victor fut quelque peu sollicité dans la courbe pour se rapprocher du meneur en espérant sans doute lui disputer le commandement, mais Geroudis ne lui en donna jamais l’occasion en demandant un effort à sa monture après le premier passage du but. Le coursier de l’écurie Perdrau demeura dans ses basques, tandis que le troisième, Sports Factor, comptait déjà environ 3L de retard au Tombeau Malartic. Al’s Deputy évoluait en one off devant Sports Factor, La Foce et Iwannadance respectivement. Geroudis laissa souffler Druid’s Moon dans la descente avant de remettre une couche à 600 mètres de l’arrivée et lorsqu’il le sollicita franchement dans la ligne d’arrivée, le coursier de l’écurie Rousset déposa ses rivaux pour l’emporter dans un fauteuil. C’était la 99e victoire de Geroudis au Champ de Mars.
Auparavant, le Sud-Africain se signala sur Lord Googol avec lequel il comptait 7 victoires et 6 accessits en 13 associations locales et sud-africaines. Aujourd’hui, pratiquement toutes les conditions étaient contre lui : il retrouvait la compétition après deux mois suite à un gros problème au jaret, son lourd handicap et sa ligne extérieure. Ce qui explique qu’il était délaissé. Mais Lord Googol surmonta tous ces obstacles pour inscrire sa huitième victoire sur notre turf. Cypress Express fut le plus rapide à l’ouverture des boîtes, mais Bongo Beat et Beach Club insistèrent à son intérieur avant de le laisser trouver la position tête et corde après environ 300 mètres de course. Wolf On The Fold suivait à l’extérieur de l’éventuel vainqueur qui précéda High Accolade et Liberty Eagle. Ce dernier fut gêné aux abords des 1100m par Lord Googol. Geeroudis plaida coupable auprès des Racing Stewards de careless riding et il écopa d’une amende de Rs 25 000 pour cette faute. Parti sur des bases relativement élevées, Faucon laissa souffler Cypress Express à mi-course, et ce, jusqu’à l’entrée de l’ultime ligne droite où il se mit en évidence. Beach Club et Lord Googol étaient déjà en position d’attaque après avoir progressé à la corde, tandis qu’Al Masri était lancé au milieu de la piste. La lutte fut brève. Lord Googol sortit un joli coup de reins pour combler son retard sur le leader en quelques foulées et il se détacha irrésistiblement par la suite pour l’emporter par deux longueurs devant Al Masri auteur d’une fin de course honorable.
Pick up ride gagnant pour Daby
Appelé à remplacer Mark Neisius souffrant, Preetam Daby n’a pas laissé passer sa chance sur Polar Falcon qui en profita pour renouer avec le succès après 11 mois. On pensait voir Accelero, qui revenait après castration, aux commandes, mais face à l’insistance de Always A Pleasure, Burke se contenta de suivre dans le dos du coursier de l’écurie R. Gujadhur. Prince Paseo fut condamné à l’extérieur du favori, et on savait qu’il allait payer son manque de tenue. Alvaro suivait en quatrième position à l’intérieur de Cult Status devant Polar Falcon. On était sous l’impression que ce dernier avait perdu son mors aux environs du poteau des 600m, car il était déjà sollicité par son cavalier. Après avoir patienté en queue du peloton, Uly fut lancé timidement en épaisseur dans la dernière courbe. Always A Pleasure aborda la ligne droite sous la double menace de Alvaro et Accelero. Polar Falcon s’amena à leur extérieur et lorsque Daby sortit le bâton, il accéléra à nouveau pour prendre la mesure de ses adversaires. Bayard qui avait longtemps patienté parmi les derniers, se rapprocha vivement à son intérieur, mais il ne put combler tout son retard et échoua à un peu plus d’une demi-longueur.
L’épreuve d’ouverture a servi les desseins de Serge Henry et Donavan Mansour grâce à What Price, coursier de 9 ans, qui renoua avec le succès après presque deux années. Il y eut lutte pour le commandement. Don’t Tell Mama tira profit de sa ligne intérieure pour s’installer en tête, mais  il fut débordé dans le premier tournant par Even Chance. Blue Reef et Sherbrooke continuèrent leur progression en épaisseur aux environs du Tombeau Malartic avant que la monture de Joorawon ne prenne le relais à la tête dans la descente. Mobschief faisait l’extérieur de Rulerofmyheart qui précéda Optima Maximo, What Price, Double Grip et Forest Shelter respectivement. Le meneur imprima une allure régulière, mais montrait déjà des signes de faiblesse dans le dernier tournant où il fut accroché par un rideau de chevaux. What Price transperça le peloton en l’espace de quelques foulées. Il y eut une bousculade entre Don’t Tell Mama et Mobschief à 200m de l’arrivée et les deux chevaux furent débalancés. Lorsqu’il se mit sur ses jambes, le coursier de l’écurie Gujadhur se rapprocha quelque peu de What Price sans toutefois pouvoir l’inquéter pour la victoire. La monture de Mansour versa sur sa gauche à quelques dizaines de mètres, contraignant Burke à reprendre Mobschief à l’intérieur. Le jockey de l’établissement Gujadhur demanda à visionner le film avant de loger une objection contre le gagnant. Cependant, au cours de l’enquête, il demanda la permission aux commissaires des courses de retirer son objection.