Depuis 9 h 10 ce matin, une opération de sauvetage en mer s’est déroulée à quelque 155 milles nautiques à l’est de l’île. Cette Search and Rescue Operation était placée sous la supervision de la National Coast Guard et du MRCC. Le Dornier a été dépêché pour un soutien logistique à cette opération. En effet, le capitaine du cargo True Patriot, battant pavillon du Liberia, croisant à l’est de Maurice, a informé le QG de la National Coast Guard aux Salines que des fusées de détresse avaient été tirées en pleine mer.
En effet, le Français Jean-Luc Bernard, âgée de 32 ans,  qui naviguait à bord de son yacht Atlantis, avait dû abandonner son bateau de plaisance vers 1 heure ce matin. L’Atlantis faisait eau. Il avait quitté Rodrigues vendredi à la mi-journée pour rallier la Réunion. Les opérations de sauvetage, coordonnées par la National Coast Guard, ont pris fin vers les 13 h 45 et le rescapé, qui est sain et sauf, sera débarqué à Rodrigues demain vers les 8 heures.
Le navigateur français a fait comprendre que dans la nuit d’hier à ce matin, l’Atlantis avait commencé à prendre eau et que vers 1 heure ce matin, il a préféré mettre le canot de sauvetage en mer car la situation devenait incontrôlable.
Le True Patriot, qui fait route vers Singapour, avait initialement  indiqué que les fusées de détresse émanaient d’un canot de sauvetage en plein océan Indien, ajoutant que le cargo se trouvait à trois milles nautiques du canot en difficulté. Le capitaine du True Patriot avait également pu établir la communication avec le canot de sauvetage, dans lequel se trouvait un seul rescapé. Le cargo fut détourné de sa route pour aller porter secours au canot de sauvetage alors que Le Dornier devait décoller de sa base d’opérations au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport pour se diriger sur les lieux en vue d’aider à l’opération.
À la mi-journée, les autorités mauriciennes étaient dans l’attente des détails au sujet de la présence de ce canot de sauvetage en détresse à quelque 155 milles nautiques à l’est de Maurice, soit littéralement à mi-chemin de Rodrigues. En effet, le QG de la NCG est en communication avec le capitaine du True Patriot en vue d’obtenir une confirmation de la nationalité du rescapé et de connaître les circonstances de cette affaire, d’autant plus que, durant ces derniers jours, aucun signal de détresse en mer n’a été capté par le MRCC.
« Nous attendons que le rescapé soit hissé à bord du True Patriot pour avoir plus de détails. Mais à cette heure, nous n’avons rien reçu du commandement de ce cargo », déclare-t-on à la NCG.