En novembre  2009  M. Anund Neewoor, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, envoie un email à Mme Asha Burrenchobay, alors Permanent Secretary au même ministère. Considérant que  le contenu de l’email est insultant et diffamatoire à son endroit, Mme Burrenchobay a poursuivi M. Neewoor en lui réclamant des dommages. Après trois ans de procédures, le magistrat Patrick Kam Sing a, cette semaine, tranché en faveur de la plaignante.
Dans l’email envoyé le 15 novembre 2009, Anund Neewoor écrivait, entre autres,   à Asha Burrenchobay: « Your mind is sick and unstable. You are a compulsive liar and a trouble maker, that how you have been thrown out of every ministries you were assigned to. » Au départ, Mme Burrenchobay avait réclamé Rs 5 millions de dommages intérêts à M. Neewoor, mais avait ramené la somme à Rs 500,000 pour faire accélérer la procédure en cour.  Dans un long jugement motivé de plus de 20 pages, le magistrat Patrick Kam Sing a donné raison à la plaignante et ordonné au secrétaire du ministère des Affaires étrangères de lui payer la somme de Rs 100,000. Mme Burrenchobay était défendue par Me Jean Claude Bibi et M. Neewoor par Me Siddharth Hawoldar. Ce procès était suivi avec intérêt par les employés de la Fonction Publique où l’on se demande si sa condamnation pour un délit commis dans l’exercice de ses fonctions vaudra au secrétaire des Affaires Etrangères une sanction ou un blâme.