Cela fera exactement 160 ans demain que le Diocèse anglican de Maurice a été fondé. L’événement est de taille et sera marqué par une messe d’action de grâces à la Cathédrale St James à 10 h en présence des évêques de la Province de l’Océan Indien et de Mgr Eliud Wabukala, archevêque du diocèse du Kenya, l’inviteur d’honneur, qui prononcera l’homélie.
Mgr Ian Ernest, l’Évêque de Maurice, lance une invitation large aux Mauriciens de toutes confessions religieuses pour se joindre à la communauté anglicane demain pour célébrer cet anniversaire. « L’Église anglicane fait partie du paysage religieux de Maurice mais elle est aussi bien ancrée dans la société mauricienne ; quand il y a une célébration cela rejaillit sur tout le monde », dit Mgr Ernest au sujet de cette invitation lancée à la population.
Petite note historique : l’anglicanisme à Maurice date de l’arrivée des Anglais en 1810 mais c’est quarante ans plus tard, plus précisément le 30 novembre 1854, que le diocèse a pris naissance. Le premier Évêque de Maurice fut Vicent Ryan. À son arrivée dans l’île, ce dernier connaissait déjà les réalités mauriciennes et comprenait quelques mots de kreol puisqu’il avait de la famille à Maurice. Après lui, quatorze évêques se sont succédé dont Mgr Rex Donat (à la retraite depuis plusieurs années) et Mgr Ian Ernest qui est en poste depuis 2001. Soulignons que l’exposition « A Journey of Faith » retraçant les 160 ans de ce diocèse, qui se tient à la Cathédrale depuis juillet, durera pour quelques mois encore.
Le calendrier d’activités pour marquer ce 160e anniversaire, placé sous le thème « Unis dans la foi pour servir », a débuté l’année dernière à la même époque et prendra fin demain avec la grande cérémonie à la Cathédrale St James. Une célébration que le comité organisateur prépare depuis plusieurs mois. Selon Mgr Ernest, cet anniversaire a révélé « beaucoup de bonnes surprises ». « Je suis heureux et reconnaissant car j’ai découvert que notre présence et notre contribution ne passe pas inaperçue », dit l’Évêque de Maurice lorsqu’on lui demande comment il a vécu cette année de célébrations. « Au creux de cette diversité religieuse qui enrichit notre patrimoine culturel, il y a une reconnaissance mutuelle de l’autre et un respect profond à son égard. La contribution de notre église depuis 1812 est fortement appréciée et nous devons être conscients de notre responsabilité de continuer, par la grâce de Dieu, à être sel à la terre et lumière au monde », poursuit-il. Un des moments forts de cette période de fêtes a été la visite de Mgr Justin Welby, Archevêque de Canterbury et chef de la Communion anglicane, qui était à Maurice du 4 au 7 juillet derniers.
Fort de cette reconnaissance de la population mauricienne, le Diocèse anglican s’attellera après les célébrations de cet anniversaire à concrétiser les divers projets annoncés et qui visent à accentuer sa contribution dans le domaine social et éducatif. « Ces projets ont été discutés au dernier Synode du diocèse qui a eu lieu le mois dernier et des décisions ont été prises pour les réaliser », affirme Mgr Ernest. Le projet de construction d’un centre résidentiel pour les personnes souffrant de maladies mentales est très attendu dans les familles ayant à leur charge des personnes vivant avec cette maladie. Rappelons que la pose de la première pierre de ce centre spécialisé qui aura pour nom Haven Residential Care Home a eu lieu durant le passage de Mgr Welby. « Ce projet est en bonne voie. Nous sommes arrivés au stade pour lancer un appel à la générosité des Mauriciens afin de récolter les fonds pour la construction du bâtiment », indique l’Évêque de Maurice. En revanche, le projet d’avoir des départements du Collège St Andrew’s dans d’autres régions de l’île est toujours à l’étude. Dans le domaine de la formation, le Centre de Formation du Diocèse anglican lancera au début de l’année prochaine un cours en counselling destiné aux enseignants et aux parents.
Par ailleurs, les Églises presbytérienne, anglicane et protestante évangélique discutent de la possibilité d’un partenariat pour la création d’un Institut d’Études Théologiques à l’intention des candidats à l’ordination ou au pastorat.