Évoquant le nouveau plan directeur du Morne Heritage Trust Fund en voie d’être approuvé par le Conseil des ministres avant qu’il ne soit soumis à l’UNESCO, le Premier ministre, Navin Ramgoolam a déclaré, hier matin, que son gouvernement veut assurer, « dans le respect de l’environnement », le développement du site historique du Morne, classé au patrimoine mondial de l’Humanité depuis juillet 2008. C’était à l’occasion de la cérémonie officielle marquant le 179e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage à Maurice. Cérémonie perturbée par une manifestation d’une vingtaine de membres de la communauté rasta protestant contre le fait que leur demande auprès du bureau du Pm, pour qu’il leur soit autorisé de fumer du gandia, est jusqu’ici restée sans réponse (voir plus loin). À noter que le leader de l’Opposition, Paul Bérenger n’a assisté qu’à la partie la plus protocolaire du programme, s’éclipsant juste après le dépôt de gerbes au pied du Monument de la Route des Esclaves, et n’assistant pas au discours officiel du chef du gouvernement.
Lors de son discours de circonstance, le Pm s’est voulu imperturbable, feignant d’ignorer la vingtaine de rastas qui manifestaient juste à côté de l’immense marquise où les invités à la cérémonie officielle marquant le 179e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage à Maurice avaient pris place. Pour lui, les esclaves marrons auront été les premiers « freedom fighters » de l’Histoire.
Le chef du gouvernement soutient que c’est au terme de la présentation d’un dossier « solide » constitué par son gouvernement que le site historique du Morne a été officiellement décrété, le 7 juillet 2008, par l’UNESCO, patrimoine mondial de l’Humanité. Évoquant le nouveau plan directeur du Morne Heritage Trust Fund, il avance que son gouvernement veut assurer le développement de ce site historique « dans le respect de l’environnement. »
Reprenant à son compte l’adage qui veut que « Rome n’a pas été bâtie en un jour », Navin Ramgoolam indique que l’un des thèmes abordés au récent Sommet de Davos auquel il a participé portait sur l’écart des richesses et la lutte contre la pauvreté dans le monde. Il soutient qu’aucun précédent gouvernement n’a pris autant de mesures que le sien en vue d’assurer des chances égales à tous les citoyens.
Navin Ramgoolam évoque, à ce propos, d’une part, la mise en place de l’Equal Opportunities Commission (EOC); de l’autre, la création du ministère de l’Intégration sociale. Toutefois, pour lui, l’autonomisation économique des personnes démunies implique que ces derniers consentent, réciproquement, à faire leur part d’effort. Le Pm cite, sous ce rapport, l’exemple du jeune Warren Jasmin, élève de l’école de la Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP) Emmanuel Anquetil, de Roche-Bois, qui en consentant sa part d’effort a pu trouver une place au Collège Royal de Port-Louis.
Le chef du gouvernement, qui soutient que le problème de la pauvreté touche la plupart des communautés et non une seule « comme veulent le faire accroire certains », se dit confiant qu’une majorité de Mauriciens veulent vivre dans l’unité en vue du progrès du pays. Rappelant, par ailleurs, le rôle joué par le père Jacques Désiré Laval auprès des esclaves nouvellement affranchis, Navin Ramgoolam  explique que si son gouvernement a consenti à contribuer une somme de Rs 10 millions pour la restauration du tombeau du bienheureux apôtre, c’est en raison du fait que ce sanctuaire fait partie du patrimoine religieux du pays tout entier.
Précédemment, plusieurs personnalités dont le président de la République Kailash Purryag, le Pm Navin Ramgoolam, le leader de l’Opposition Paul Bérenger, le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee, ainsi que le doyen du corps diplomatique Nicholas Leake, Haut commissaire de la Grande-Bretagne, ont procédé à des dépôts de gerbes au Monument de la Route des Esclaves, au pied du rocher emblématique du Morne.
Toujours au Monument de la Route des Esclaves, le chef du gouvernement devait, par la suite, procéder au dévoilement d’une sculpture de l’artiste sénégalias Ndary Lo. Après ces deux cérémonies, le leader de l’Opposition s’est éclipsé sans assister au reste du programme, dont le discours du Pm. Néanmoins, les autres députés de l’Opposition MMM qui étaient présents sur place, notamment le leader-adjoint de ce parti, Alan Ganoo, sont restés jusqu’à la fin du programme. L’on aura, par ailleurs, noté, hier au Morne, l’absence de tout représentant de l’autre parti de l’Opposition, le MSM.
La cérémonie s’est poursuivie par un spectacle ainsi qu’une remise de tablettes tactiles à douze élèves de Le Morne Government School qui ont réussi aux derniers examens du Certificate of Primary Education (CPE). Le président de la République et le Pm ainsi que d’autres personnalités se sont, par la suite, rendus dans le village du Morne pour visiter une exposition au Macaque Village: une reconstitution de l’art de vivre des esclaves à l’époque de l’esclavage.