Le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill et président de l’Association des Autorités Urbaines (AUA), Philippe Boudou, est un homme heureux. Les Jeux des villes, selon la nouvelle formule – des compétitions sur toute une semaine – et qui prennent aujourd’hui fin, a été une réussite sur toute la ligne. Les objectifs ont été atteints, a-t-il déclaré et pour lui, il n’y a aucun doute : « La régionalisation a bien sa place à Maurice. Pendant une semaine, la ville de BBRH était en fête et rien qu’à voir toute cette ferveur autour de ces Jeux me fait dire que la régionalisation peut aider le sport à progresser davantage. » Pour que ce processus soit une réussite, il est obligatoire, a-t-il ajouté, de passer par les collectivités locales.
Fervent défenseur de la régionalisation depuis le temps qu’il a été président de l’Union Sportive de BBRH, Philippe Boudou se réjouit que les objectifs fixés avant l’organisation de ces Jeux aient été atteints. « En tant que président de l’AUA et maire de BBRH, je suis pleinement satisfait du déroulement de ces Jeux qui se sont tenus dans la discipline, le respect et le fair-play entre autres. L’objectif voulait que ces Jeux soient rassembleurs et ils l’ont été », a-t-il déclaré. Ce qui le rend encore plus heureux, c’est que les cinq villes étaient en fête à BBRH sur toute une semaine. Il souhaite maintenant que ces Jeux prennent plus d’ampleur l’année prochaine avec la participation des villages, cela afin de donner une couleur beaucoup plus nationale à la compétition. Reste, a-t-il souligné, qu’il faudra se pencher sur la formule si jamais les organisateurs vont dans ce sens.
Présence du public
Car sur ce qu’il a vu sur une semaine de compétition, il reste convaincu que la régionalisation a bel et bien sa place à Maurice. « Pour que la régionalisation réussisse, il faut obligatoirement que cela se fasse avec les collectivités locales. La preuve : nous l’avons vu à travers l’implication des cinq municipalités lors de ces Jeux », a-t-il fait remarquer. Philippe Boudou n’est d’ailleurs pas resté insensible à l’engouement généré par les différentes compétitions auprès du public. « Le public était  concerné par leurs villes et il n’y a qu’à voir les stades et gymnases bondés de monde pour se dire que la régionalisation a bien sa place dans le sport local. Les gradins qui étaient généralement vides pendant les années ont, l’espace d’une semaine, retrouvé vie. »
Philippe Boudou s’est dit même agréablement surpris de voir les sites de compétitions faisant le plein même en semaine. « Nous sommes satisfaits d’avoir vu autant de ferveur et d’enthousiasme que ce soit de la part du public, mais des athlètes surtout. Ces derniers ont réalisé des performances de haut niveau et j’ajouterai là que le public y a beaucoup contribué. Je dirai aussi que le comité organisateur, très bien soutenu, s’est donné beaucoup de moyens pour faire de ces Jeux une réussite », a-t-il fait ressortir.
Le président de l’AUA a aussi salué la collaboration de ses quatre collègues mairies et que, sans eux, a-t-il souligné, la compétition n’aurait certes pu se tenir dans d’ aussi bonnes conditions. « La collaboration entre les cinq villes a  été très importante pour la réussite des compétitions et pour la promotion du sport à Maurice », a-t-il expliqué. Philippe Boudou n’a ainsi pas manqué de remercier les cinq maires, aussi bien que le personnel qui s’y sont beaucoup investis. Il a aussi remercié la présidente du comité organisateur, Myrna Lapierre, et ses membres, et les fédérations nationales, qui ont beaucoup aidé au niveau de l’organisation des compétitions.
Les officiers de la mairie de BBRH, aussi bien que tous les employés n’ont pas été oubliés par Philippe Boudou. « Sans toutes ces  personnes, nous n’aurions jamais pu arriver à ce résultat. Je remercie infiniment tout ce monde et aussi ceux qui ont été de près ou de loin impliqués dans l’organisation », a-t-il déclaré.