L’idée de la démission de sir Anerood Jugnauth de la présidence de la République ne souffre d’aucune contestation. Le seul unknown de la nouvelle équation politique demeure la date de ce départ. Toutefois, en marge des préparatifs du MMM et du MSM pour la Fête du Travail, le 1er mai prochain, devant la municipalité de Port-Louis, il est quasiment confirmé que sir Anerood Jugnauth devrait effectuer sa première sortie publique ce jour-là dans le cadre de son come-back « pou sauve ek redresse le pays kuma en 1982 et 2000 ». Entre-temps, les dirigeants du MMM et du MSM se réuniront de nouveau en début d’après-midi pour mettre au point la stratégie de mobilisation en vue du rassemblement du 1er-Mai et de la rentrée parlementaire du 16 avril prochain. Au sein du Parti travailliste, l’on souligne qu’« il n’y pas de changement à l’agenda du parti sauf que l’accent sera mis sur la perversion des institutions par le président de la République pour sauver la peau de son fils ».
Lors des délibérations du bureau politique du MMM d’hier, la déclaration du président de la République à la Hindu House, dimanche soir, et les séquelles sur l’échiquier politique ont été à l’ordre du jour. « Nous constatons que ces commentaires venant du président de la République ont causé un véritable choc électrique au sein du gouvernement, pris de court par la tournure des événements. Plus grave encore pour le gouvernement est que les sujets abordés par sir Anerood Jugnauth sont très terre à terre et font partie des préoccupations quotidiennes de la population », fait-on ressortir après la réunion hebdomadaire de cette instance du MMM.
Le prochain rendez-vous majeur du MMM dans la perspective du Remake 2000 est l’assemblée des délégués du samedi 14 avril à partir de 15 h à la salle municipale de Belle-Rose. Cette réunion de quelque 500 délégués sera présidée par Arianne Navarre-Marie et aura pour intervenants Paul Bérenger, Alan Ganoo, Rajesh Bhagwan et Steve Obeegadoo. Ensuite interviendra le vote des délégués sur le nouvel accord électoral MMM/MSM en vue des prochaines élections générales.
Avec le résultat de ce vote des délégués, la voie menant à la démission de sir Anerood Jugnauth de la présidence de la République devra être complètement dégagée. C’est du moins ce qu’affirment des sources proches du Sun Trust, qui ne cessent de répéter que « sir Anerood Jugnauth se jettera dans l’arène politique une fois que les instances du MMM, dont l’assemblée des délégués, auront avalisé le Remake 2000 ».
Mais d’autres milieux au sein de l’opposition soutiennent qu’il ne faut pas écarter la possibilité que le jeu politique connaisse une accélération dans les jours à venir et que le 29 mars, date d’anniversaire de sir Anerood Jugnauth, puisse compter dans le compte à rebours politique. Néanmoins, la certitude dans la conjoncture est que le star speaker au meeting conjoint MMM/MSM devant la municipalité de Port-Louis pour la fête du Travail ne sera autre que le leader annoncé du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth. La liste des orateurs des deux partis devra également faire l’objet de discussions cet après-midi.
Mot d’ordre
Les détails de ce rassemblement politique majeur de l’opposition feront l’objet de discussions cet après-midi lors de la rencontre des états-majors des deux partis. L’une des questions qui devra être tranchée concerne la campagne de mobilisation pour le 1er-Mai. Avec le calendrier de congrès et de meetings déjà dressé par le MMM, dont le coup d’envoi interviendra à Port-Louis le mardi 10 avril, les dirigeants seront appelés à se pencher sur l’éventualité de campagnes conjointes de mobilisation ou non.
La rentrée parlementaire du 16 avril, dont entre autres les seatings arrangements dans l’hémicycle, sera également évoquée lors des discussions du jour. Tout semble indiquer que les parlementaires du MMM et du MSM pourraient privilégier un boycott de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire avec la lecture du nouveau discours-programme du gouvernement Ptr/PMSD par la vice-présidente de la République Monique Ohsan-Bellepeau, dans l’éventualité de la démission de sir Anerood Jugnauth.
Au sein du Parti travailliste, le mot d’ordre est d’« accentuer la pression politique pour acculer sir Anerood Jugnauth à la porte de sortie du Réduit ». C’est ce que confirme le président du parti, Patrick Assirvaden, qui ajoute que « le gouvernement de Navin Ramgoolam ne sera pas mis en minorité avant le 16 avril ».
« Pour le gouvernement, la première échéance est le 16 avril avec la présentation du discours-programme à l’Assemblée nationale et ensuite le rassemblement politique du 1er-Mai. Nous ne comptons nullement apporter de changements à notre agenda politique. Nous allons continuer à réunir nos membres, à assurer la mobilisation sur le terrain pour alimenter la campagne d’explications sur les événements politiques. Nous allons nous appesantir sur le fait que sir Anerood Jugnauth est engagé dans une opération de perversion des institutions dans le seul but de sap so garson. Il n’y a que l’intérêt du clan familial qui prime dans le jeu politique du MSM et les faits sont têtus », soutient le président du Ptr.