Faisant écho aux récentes récriminations du Muvman Premye Me (MPM) contre le gouvernement lors d’un forum débat organisé au centre Nelson Mandela, à Quatre-Bornes, la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), par la voie de Reeaz Chuttoo et de Jane Ragoo, président et secrétaire de cette confédération syndicale, a elle aussi affirmé que « gouvernman l’Alliance Lepep pa dan kote sitwayen travayer ». Ils ont exhorté les citoyens à se mobiliser pour mieux faire entendre leur voix, invitant les travailleurs à se rendre à la Fet Travayer, le vendredi 1er mai, sur la Place Taxi, à Beau-Bassin.
« Le gouvernement de l’Alliance Lepep a été élu sur la base de ses promesses aux travailleurs, notamment des amendements aux deux lois du travail – l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (EReA) — pour mieux protéger leurs intérêts et l’introduction d’un salaire minimum », a d’emblée rappelé le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo. « Kat mwa ki gouvernman l’Alliance Lepep o pouvwar, travayer ena santiman ki finn trayir-li. Pa finn amenn okenn sanzman dan ERiA ek EReA pou protez lintere travayer. O kontrer, sertin patron pe fer seki zot anvi san ki gouvernma intervenir. Par egzanp, travayer pe kontign perdi plas toulezour dan sekter prive e dan bann kor paraetatik kouma lepor ek Road Development Authority (RDA). Lorla gouvernman finn aret koz saler minimum », a-t-il déploré. « Pourtant, une étude de la CTSP datant de septembre 2013 a révélé que plus de 100 000 travailleurs touchent un salaire mensuel de base de moins de Rs 6 000, dont 85% sont des femmes ! » a rappelé Reeaz Chuttoo.
Selon le président de la CTSP, les travailleurs du pays attendent depuis décembre dernier la révision de pas moins de 14 Remuneration Orders (RO), « dont certains n’ont pas été révisés depuis des décennies », pour une amélioration de leurs salaires et conditions de travail. « Modifier les lois du travail, introduire un salaire minimum et réviser les RO sont des décisions politiques que le gouvernement peut prendre en faveur des travailleurs. Tou sa pa finn fer ziska-ler. Sa demontre ki gouvernman l’Alliance Lepep na pa dan kote sitwayen-travayer », s’est-il indigné. « Durant la campagne électorale, les responsables de l’Alliance Lepep, lors de leur rencontre avec les fédérations syndicales, avaient promis qu’ils pratiqueraient une politique de proximité à notre égard. Nou finn ekrir zot, me let finn res san repons. Ki politik proksimite ar travayer zot pe pratike ? » s’est-il demandé. Il a de ce fait invité les travailleurs à se rendre à la Fet Travayer le vendredi 1er mai sur la Place Taxi. « Sak travayer bizin pran so responsabilite, met li dibout e mobilize ansam avek lezot kamarad pou ki gouvernman e patron konpran ki veritab lafors dan enn pei, se la fors travayer. »
Jane Ragoo, secrétaire de la CTSP, a pour sa part exhorté les travailleuses à se rendre en nombre à ce rassemblement du 1er mai. « Travayer ki gagn mwins ki Rs 6 000 par mwa, se 85% bann madam. Non selma bann madam mal peye, me zot ousi premye pou perdi plas. Se zot ki gagn problem stress parski zot ena pou okip travay, lakaz, mari ek zanfan. Anplis zot gagn maltrete ar patron dan travay. » La secrétaire de la CTSP les invite à participer à un rallye débutant à 9 h 30 au siège social de la fédération syndicale, derrière le marché de Rose-Hill, pour rallier la Fet Travayer. Une animation culturelle, un coin des enfants, une vente de livres, de vêtements, de nourriture et de boissons figurent au programme de cette journée durant laquelle des messages seront délivrés aux travailleurs.