Le diocèse de Port-Louis a choisi l’église Saint Sacrement à Cassis pour la messe traditionnelle marquant la Fête du Travail. Il n’y aura pas de thème spécifique cette année mais les organisateurs s’attarderont sur les divers sujets qui préoccupent les travailleurs et leurs familles, tels la vie chère, le logement et l’emploi précaire.
« Ce que vit le travailleur a forcément des répercussions sur sa vie personnelle et sur celle de sa famille. La messe va faire porter l’attention sur les réalités de vie des travailleurs et de leur entourage proche. Nous allons éveiller l’attention sur ce qui les préoccupe le plus aujourd’hui », indique le Père Jean-Maurice Labour, vicaire général et aumônier du Centre diocésain du monde ouvrier (CDMO), organisateur de cette messe. Ce dernier se demande si les difficultés du travailleur seront à l’agenda des discours politiques en raison, dit-il, des tractations politiques qui dominent l’actualité locale depuis plusieurs semaines. « Dieu est attentif au quotidien de chaque travailleur et l’Église a un message pour ce 1er mai », poursuit le vicaire général.
La messe se tiendra à Cassis, soit dans un milieu qui comprend en majorité des ouvriers et des travailleurs au bas de l’échelle salariale. La cérémonie débutera à 8 h 30 et sera présidée par Mgr Piat. Les sujets qui seront évoqués à travers les témoignages prévus sont liés à l’éducation/formation professionnelle, la pression au travail, le surendettement, la vie chère, la perte des valeurs familiales, l’overtime, les faibles salaires et la qualité de vie, la drogue et la prolifération d’autres problèmes sociaux, le logement, la société de consommation, la précarité de l’emploi.
La CDMO regroupe quatre associations diocésaines : la Ligue Ouvrière d’Action Catholique, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, l’Action Catholique de l’Enfance et le Groupement Féminin Ouvrier.