La plateforme GWF-JNP-PLMEA-UBIW-CARES et Rezistans ek Alternativ organisent leur rassemblement du 1er mai à Pointe Canon, Mahébourg. Il s’agira d’une journée de réflexion et de partage, où les principaux dirigeants livreront leurs messages. Une animation musicale et des activités artistiques sont aussi prévues. Outre les revendications syndicales, ce rassemblement vise aussi à replacer des valeurs fondamentales comme la vie et la nature, ainsi que la démocratie au centre des décisions importantes.
La General Workers’ Federation (GWF) et ses collaborateurs ont voulu, cette année, décentraliser la Fête du travail en optant pour une mobilisation à Mahébourg. C’est l’amphithéâtre de Pointe Canon qui a été choisi pour cela. Le rassemblement est prévu à 9h30. Outre les organisations syndicales, des mouvements écologistes et des artistes seront aussi de la partie. Plusieurs activités artistiques autour du combat des travailleurs – passé, présent, à venir – seront organisées. L’événement étant organisé dans un cadre naturel, en bord de mer, les travailleurs sont invités à venir en famille.
La présente Fête du travail s’annonce également comme une date « décisive pour la GWF après une vague d’attaques contre les droits syndicaux dans plusieurs secteurs », fait ressortir Ashok Subron du comité organisateur. Au vu des récents événements, poursuit-il, « il est clair que la GWF et ses dirigeants sont devenus la cible du patronat et certains courants de droite. »
D’où l’importance de la mise sur pied d’une « plateforme d’opposition syndicale, de citoyens et de mouvements de gauche pour réclamer à L’Alliance Lepep de respecter son programme envers les travailleurs. » Il cite en exemple, l’introduction du salaire minimal et les amendements aux lois du travail pour rétablir le droit de grève.
Ce 1er mai sera aussi décisif pour l’intensification du combat dans trois secteurs : le port, l’industrie sucrière et le transport. La Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) pourrait prendre une décision quant à une éventuelle grève dans le port, suivant la mise à pied d’Alain Edouard.
Le Joint Negotiating Panel (JNP) se mobilisera face à « l’offensive du patronat pour empêcher le NRB de revoir les conditions des travailleurs de l’industrie sucrière, et aux tentatives du gouvernement d’amender le Sugar Industry Efficiency Act. » Quant à l’Union of Bus Industry Workers (UBIW), elle déclenchera sa campagne pour un Collective Agreement en vue de la révision des salaires dans cinq compagnies du transport.
Ce rassemblement à Mahébourg veut aussi remettre la lutte syndicale dans le contexte des valeurs fondamentales comme la vie et la nature au centre des décisions de la société, ainsi que la démocratie et le droit à l’information.