Sir Anerood Jugnauth (chef de file du MSM), qui a donné à 14h30 aujourd’hui au Labourdonnais Hotel sa première conférence de presse en tant que leader du Remake 2000 en compagnie de Paul Bérenger (leader du MMM), a démontré hier qu’il n’avait rien perdu de son franc-parler. Il affirme : « Bizin changement, bizin avoye zotte manzer ». C’est, selon lui, le sentiment qui anime actuellement la population. Pour sa part, Paul Bérenger a consacré son intervention au discours-programme 2012-2015 et a annoncé que les députés de l’Opposition ne participeront pas aux débats parlementaires prévus le 8 mai prochain.
L’ex-président de la République s’est attaqué de manière frontale au Premier ministre Navin Ramgoolam, estimant que si ce dernier était au pouvoir en 1982 le pays aurait fait banqueroute et aurait confirmé la prévision du professeur Meade selon laquelle Maurice s’acheminait vers la catastrophe. Par ailleurs, il a démenti le point que le gouvernement actuel avait hérité d’une situation économique catastrophique en 2005. En fait, a mis en avant Aneerood Jugnauth, « la population s’est appauvrie depuis 2005 ». Et d’affirmer que la classe moyenne disparaît alors que le nombre de petit planteurs de canne a sensiblement diminué. SAJ a estimé que le régime travailliste avec le Premier ministre Navin Ramgoolam est parvenu à la fin d’un cycle. Le pays connaît aujourd’hui une vraie crise de leadership, a-t-il souligné. « So majorité tenir lor enn difil », a-t-il poursuivi évoquant même un gouvernement illégitime car, selon lui, c’est grâce au MSM que ce régime a accédé au pouvoir. « C’est un gouvernement qui n’inspire plus confiance ni au pays ni à l’étranger », a insisté SAJ, avant d’expliquer que la population dispose aujourd’hui d’un choix entre le tandem Navin Ramgoolam-Xavier Duval et Aneerood Jugnauth-Paul Bérenger. Pour lui, le choix est évident.
Dans un autre volet de son discours, SAJ a considéré que les meetings du 1er mai seront cruciaux et pourraient marquer le début de la fin du régime actuel. « Si le meeting de l’alliance MSM-MMM est une réussite, la situation sera de plus en plus intenable pour les ministres et députés du gouvernement qui au fil des semaines rencontreront de plus en plus de difficulté pour opérer dans leurs circonscriptions. »
Concernant l’affaire Medpoint, Sir Aneerood Jugnauth a avancé qu’il a été démontré que Pravind Jugnauth ne peut être accusé de conflit d’intérêts car il n’était pas présent au Cabinet au moment où l’affaire Medpoint a été débattu. Il a invoqué dans ce contexte que le ministre Jeetah et le Dr Malhotra auraient voulu conclure un accord « one-to-one » concernant l’achat de la clinique et que ce sont les officiers du gouvernement qui y ont objecté.
Qui plus est, l’ex-président de la République a émis des critiques contre le ministre Jeetah quant au contrat de hedging conclu par la STC. « Si Jeetah était ministre dans mon cabinet je l’aurais expulsé à coups de pied », a-t-il dit. Et de s’interroger sur les relations entre le ministre Jeetah et le Premier ministre pour que ce dernier « le tolère à ce point ».
Paul Bérenger, leader du MMM, a consacré son intervention au discours-programme 2012-2015 et a annoncé que les députés de l’opposition ne participeront pas aux débats parlementaires prévus le 8 mai prochain. « Nous ferons notre travail d’opposition avec des PNQ et des PQ… Dans le cadre du programme gouvernemental 2010-2015 présenté en 2010, il y a eu des débats en longueur au point où nous avons décidé de mettre un terme à notre participation », a-t-il fait ressortir.