L’appel interjeté par la Française Aurore Gros-Coissy pour contester la condamnation que lui avait infligé la Cour d’assises le 30 janvier pour trafic de drogue devait être entendu aujourd’hui par le Full Bench de la Cour suprême. Aurore Gros-Coissy, qui a toujours clamé son innocence, affirme ne pas avoir eu de procès équitable et maintient qu’elle n’était pas au courant du contenu du colis qu’elle transportait pour la mère de son petit ami mauricien Tinsley Cornell. Elle est défendue par Me Rama Valayden.
Le 30 janvier dernier, le juge Bobby Madhub avait infligé 20 ans de prison à la passeuse française Aurore Gros-Coissy ainsi qu’à Giantee Ramchurn, la mère de son petit ami. Les deux femmes avaient été reconnues coupables de trafic de Subutex devant la Cour d’assises en novembre 2014. Le juge avait conclu qu’Aurore Gros-Coissy savait que la drogue se trouvait dans ses bagages et n’était pas ignorante des procédures à l’aéroport pour avoir voyagé à maintes reprises hors de la France. « Accused N° 1 (NDLR : Aurore Gros-Coissy) is no doubt a person with character, education and sufficient experience in life, and certainly not naive nor struck me as someone that will blindly follow another person, be it an ex-boyfriend », dit le jugement. Le juge avait conclu que la quantité de drogue sécurisée, soit 1 673 tablettes de Subutex, dont la valeur marchande est évaluée à plus d’un million de roupies, et la façon dont la drogue a été dissimulée, « prouvent que l’accusée est une trafiquante ». Concernant Giantee Ramchurn, le juge avait indiqué que le fait qu’elle ait admis qu’une personne devait venir prendre la drogue prouvait qu’elle était une trafiquante. « There was a commencement of execution as far as the offence of possession is concerned », dit l’énoncé du jugement. Giantee Ramchurn, qui devait héberger Aurore Gros-Coissy lors de son séjour à Maurice, avait été interpellée par la police lors d’un exercice de controlled delivery. À noter qu’une équipe de la chaîne de télévision M6 a aussi fait le déplacement à Maurice dans le cadre du procès en appel d’Aurore Gros-Coissy.
Pour rappel, Aurore Gros-Coissy a été arrêtée à l’aéroport SSR le 19 août 2011 en possession de 1 673 cachets de Subutex. La jeune Française avait soutenu qu’elle n’était pas au courant de la présence de Subutex dans ses bagages. Elle aurait été « piégée » par un ami de la famille, Tinsley Cornell, qui aurait dissimulé les cachets dans deux paquets de biscuits destinés à sa mère, chez laquelle elle devait séjourner à Maurice. Lors du procès, elle devait soutenir qu’elle n’avait pas mis les paquets de biscuits dans sa valise. Selon elle, ce n’est qu’à la découverte de la drogue dans ses affaires, à l’aéroport, qu’elle avait déduit que Tinsley Cornell avait dû le faire, celui-ci étant la seule personne à avoir eu accès à ses bagages avant son départ pour Maurice.