Trois familles habitant la région de Roches-Noires ont été touchées par un cruel et brutal coup du sort hier soir, et se retrouvent malgré elles réunies dans la plus grande douleur. En effet trois amis proches, Kumar Hurry (22 ans), Nitin Chethak (32 ans) et Varun Arrah (19 ans), ont été tués sur le coup sur la route extrêmement dangereuse de Bras-d’Eau vers 20 h. Les trois victimes, en compagnie de quatre autres amis habitant également Roches-Noires, revenaient de la plage à bord d’un 2×4 immatriculé 4520 SP 98 quand ce dernier a terminé sa course dans un ravin après un choc contre un arbre.
Dans le courant de la matinée les responsables de l’enquête policière multipliaient les efforts en vue d’éclaircir la principale zone d’ombre qui plane sur cet accident fatal. En effet, les éléments affectés au poste de police de Flacq n’avaient pas encore établi l’identité du conducteur du véhicule impliqué dans ce grave accident de la route. La seule certitude jusqu’ici est qu’un des passagers du 2×4 a été contrôlé positif à l’alcotest tandis que les trois autres survivants ont refusé de prendre part à cet exercice.
Les informations concordantes recueillies auprès des membres de la famille et de sources policières indiquent que les sept amis avaient décidé de faire une sortie à la plage de Poste-Lafayette dans l’après-midi à l’occasion de la fête religieuse Sankranti. Quatre devaient prendre place à l’intérieur du véhicule et trois dans le caisson.
Dans les lacets de Bras-d’Eau pour regagner le village de Roches-Noires, le drame allait survenir. Il est environ 20 heures quand le véhicule dérape et termine sa course dans un caniveau après avoir initialement percuté un arbre. L’ampleur des dégâts sur le 2×4 témoigne de la violence inouïe de l’impact. Le premier constat des secouristes arrivés sur les lieux est des plus effroyables avec les trois occupants du caisson ne donnant aucun signe de vie. Les sept amis seront transportés de toute urgence par les volontaires au centre hospitalier de Flacq où la mort de Kumar Hurry, Nitin Chethak et Varun Arrah devait être constatée.
Parmi les quatre blessés, Harish Rajsing Fokira, Ajay Doma (31 ans) et Sandeep Kistoo (23 ans) ont été admis à l’hôpital tandis que Anish Rajsing Fokira a été autorisé à rentrer chez lui après les premiers soins. À ce stade de l’enquête en cours au niveau du poste de police de Flacq, on n’écarte pas la possibilité que le conducteur ait pu perdre le contrôle du véhicule à cause des averses qui se sont abattues sur cette route sinueuse hier soir. Avec les auditions des survivants de cette tragédie, les responsables de la police devront être en mesure d’établir les circonstances exactes dans lesquelles ces trois jeunes ont perdu la vie.
Les familles des victimes, qui habitent toutes dans un rayon de moins de 100 mètres à Roches-Noires, sont désemparées et parviennent difficilement à réconcilier les événements des dernières heures. Chez les Hurry, Suresh (62 ans), le père du défunt Kumar, ne parvient pas à trouver les mots pour annoncer cette terrible nouvelle à son épouse. « Mo garson so mama handicapé. Ziska ler pann dir li bien ki fine arrivé. Li pe rode so garson koté. Li pa pou kapav accepter ki fine arriver », déclare ce père meurtri et accablé par la mort de son fils, qui exerçait le métier de peintre.
Plus loin, chez la famille de Nitin Chethak, on se souviendra longtemps encore de la dernière fois où celui-ci a été vu, quelques minutes avant de se rendre à cette sortie à la plage. « Tou bann kamarad ki ti pou sorti yer ti pe guet linformasyon vers 3h lor television. Zis sa moman-la ti pe passe sa aksidan fatal ki finn arive Réduit pendan week-end. Enn sertain moman, kouma dir li fine gagne enn premonition, Nitin so ti frer nek dir li pa pou al are zot », racontent les membres de cette famille au Mauricien, alors qu’ils mettaient la dernière main aux préparatifs des funérailles prévues aujourd’hui. De leur côté, les proches parents de Varun Arrah sont complètement effondrés. Le jeune homme avait perdu son père il y a tout juste un an. « Enn sel garson ti ena pou so mama. Aster li oussi fine allé. Li mari difisil seki pe arrivé… » témoignent les proches.