Le diocèse de Maurice a accueilli en la cathédrale Saint James mercredi les représentants et les membres de différentes églises chrétiennes de l’île pour une cérémonie d’action de grâces dans le cadre du bicentenaire de la Société biblique de Maurice. Un geste tout à fait dans l’ordre des choses vu que c’est l’Église d’Angleterre qui, au lendemain de la conquête de l’Isle de France par les Anglais et leurs alliés (fin 1810), a pris les devants pour créer une branche de la British and Foreign Bible Society.
Cette société mauricienne, annexe de la Société biblique britannique et étrangère à Maurice, portait alors le nom de « The Bible Society of the Islands of Mauritius, Bourbon and Dependencies ». Fait historique que n’a pas manqué de souligner dans son homélie Mgr Ian Ernest, Évêque de Maurice et Archevêque de la Province de l’océan Indien.
« En 1812, sous l’initiative du Rév. Henry Shepherd alors aumônier à la nouvelle colonie britannique, la Société biblique fut créée. Le Rév. Shepherd était convaincu que la Bible devrait être à la portée de tout chrétien. Je suis donc très heureux que ce service d’action de grâces se tienne en la Cathédrale St James car il nous permet d’aller aux sources mêmes des origines de la Société biblique. Le Diocèse anglican a été d’un soutien constant et inébranlable à la cause de la diffusion de la Parole de Dieu. Il y eut un temps mort entre 1825 et 1852, mais avec les trois premières églises anglicanes établies en 1850, la Société biblique regagna des forces et fut à son tour d’un support évident au travail de la Society for the Propagation of the Gospel, qui contribua ainsi à la création même du Diocèse anglican en 1854. Depuis, il y a toujours eu une collaboration étroite entre notre diocèse et la Bible Society. Je voudrais aussi faire ressortir que l’Évêque Hugh Otter Barry, durant son épiscopat, a oeuvré pour que la Parole de Dieu soit diffusée dans toutes les régions de notre île et de son ministère missionnaire, la Société biblique est devenue un instrument indispensable à notre démarche de rendre accessible à tout Mauricien la Parole de Dieu. »