2017 a été une année particulièrement mouvementée et éprouvante aux plans politique, économique et social. On a encore vu et vécu une année remplie de palabres, de menaces (directes ou indirectes), de tentatives d’intimidation contre la presse et certains journalistes mais surtout de scandales ayant surgi chaque jour, chaque semaine, et ne faisant qu’empirer depuis les élections de décembre 2014.

Alexandre Laridon

L’année a changé, mais il semblerait que les choses ne s’amélioreraient pas pour le gouvernement selon certains proches du pouvoir, qui estiment que même « si 2017 a vu son lot de déboires politiques, cette année (2018) n’augure rien de bon, non plus ! »

Il est clair que toute cette animosité au sein de l’arène politique, qui a une emprise systématique sur la vie du pays, a eu des répercussions sur nos activités économiques puisqu’elle a été une source de distraction pour nos gouvernants avec des démissions (forcées) par ci, des menaces de démissions de certains par là afin de créer une partielle, ou encore ceux qui ont été contraints de rendre leur tablier ont définitivement provoqué une instabilité au niveau des décisions économiques. Il est vrai que, malgré tout ceci, nous sommes parvenus quand même à progresser de 0,1 point de base passant de 3,8% en 2016 à 3,9% de PIB selon les derniers calculs de Statistics Mauritius en date du 22 décembre dernier ; mais sans atteindre jusqu’à présent – après les monts et merveilles de ce qui reste de l’Alliance Lepep –  la barre des 4% que l’institut des statistiques maintient comme estimation pour 2018. Ah, ce fameux miracle économique tant miroité durant la campagne électorale !

Au niveau de l’aspect social, toute l’attention durant l’année écoulée était focalisée sur le nombre d’accidents sur nos routes, avec sa 157e victime vendredi dernier contre 143 à la même période en 2016. Une tendance qui n’a cessé de croître durant toute l’année avec la liste des victimes qui s’allongea de jour en jour malgré les avertissements et les conseils des autorités afin que le citoyen prenne conscience de ses devoirs et de ses responsabilités sur nos routes. Mais il semble que l’attitude du « Je m’en foutisme », l’insouciance et l’irresponsabilité règne toujours sur le bon sens et la responsabilité citoyenne.

Quoi donc souhaiter aux Mauriciens pour cette nouvelle année 2018, me diriez-vous? Eh bien, considérant que nous fêterons cette année les 50 ans de notre indépendance, il est temps d’un vrai réveil de nos citoyens et d’un vrai changement de mentalité. Ce serait également le moment de ramener les Mauriciens vers les valeurs du mauricianisme même si certains pourraient avancer que nous pratiquons avec succès le vivre ensemble. Sauf que nous avons été incapables de construire jusqu’ici une véritable identité mauricienne. Que l’on puisse ouvrir les esprits de chacun et provoquer la réflexion qui nous mènera à se focaliser davantage sur l’essentiel, dans l’intérêt de tout un chacun et dans l’intérêt supérieur du pays dans le partage, le respect et la solidarité. Ce qui s’applique surtout à nos politiciens de tout bord, que ce soit (surtout) du gouvernement mais également du côté de l’opposition. Que notre petite île en sorte grandie.

Hormis cela, que 2018 vous apporte joie de vivre, bonheur, réussite dans ce que vous entreprendrez !