Ayesha Lutchigadoo, épouse du trafiquant de drogue présumé Kusraj Lutchigadoo (33 ans) au Central CID

Ayesha Lutchigadoo, épouse du trafiquant de drogue présumé Kusraj Lutchigadoo (33 ans), a été interrogé pendant plus d’une heure hier dans les locaux du Central CID par rapport à l’escapade de son mari au Vacoas Detention Centre (VDC) dans la soirée du 23 avril. Assisté de Me Neelkant Dulloo, elle a plaidé l’ignorance sur ce qui s’est déroulé ce soir-là et précisé qu’il n’a pas rencontré le trentenaire.

« Mo pas conn narnien la dans », a fait comprendre Ayesha Lutchigadoo aux hommes de l’ACP Devanand Reekoye. Elle leur a fourni un alibi sur le lieu où elle se trouvait entre 21 h 15 à 22 h 15 le 23 avril, qui est en cours de vérification par la police. Selon Ayesha Lutchigadoo, son époux ne lui a jamais parlé de son « escapade » lors de ses visites au VDC et elle a appris la nouvelle à travers les médias. Justement à ce sujet, elle n’a pas nié « qu’elle se rend régulièrement » au centre de détention de Vacoas où était incarcéré Kusraj Lutchigadoo, pour lui apporter ses vêtements et de la nourriture. Mais la cliente de Me Neellkant Dulloo a évoqué des « visites dans les règles » avec des policiers qui vérifiaient tout ce qu’elle apportait pour le détenu. Au cours de son interrogatoire, le CCID a voulu obtenir d’elle des précisions sur le 4×4 blanc aux vitres teintés utilisé par son époux lors de son escapade.

Ayesha Lutchigadoo a confirmé que le propriétaire du véhicule était bien son beau-frère Rajoo Lutchigadoo. « Li pas kondir. Ena enn sofer ki travay ar li », dit-elle. Après ces précisions, Ayesha Lutchigadoo a été autorisée à partir à ce stade de l’enquête. À sa sortie du CCID, Me Neelkant Dulloo a déclaré que « Ce naturel pou amenn en lenket a bon port, bizin prend plizir statements de tous ban dimoun ki kapav être impliker directement ou indirectement. Le fait ki madame Lutchigadoo so bonhomme en détention, la police ti envi poz li sertain kestyon en connexion avec so relation ki li ena, et pas plis ki sa. Lenket pe kontinuer. »

Par ailleurs, Jean Clarel Anthoo, 49 ans, l’homme au capuchon qui avait temporairement pris la place de Kusraj Lutchigadoo dans sa cellule le 23 avril, a été traduit au tribunal de Curepipe hier où une accusation provisoire de complot a été retenue contre lui. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle, le quadragénaire a été placé en détention préventive. Les enquêteurs prévoient une confrontation entre lui et le conducteur du 4×4, Oufran Amodh, car ce dernier avait laissé entendre à la police qu’il avait laissé son ami dans le parking du VDC, mais il avait omis de préciser qu’il l’avait convaincu de se rendre à l’intérieur pour remplacer le trafiquant de drogue présumé dans sa cellule.

D’ailleurs, Jean Clarel Anthoo a déclaré aux enquêteurs qu’il avait accepté ce travail « par amitié pour Oufran Amodh ». Le quadragénaire devra également identifier le policier qui l’avait convaincu de faire ce travail. Jean Clarel Anthoo et Oufran Amodh ont participé à un exercice de reconstitution des faits hier au VDC. Désormais, le CCID est sur la piste de la femme qui a pris une photo avec Kusraj Lutchigadoo pour lui fournir un alibi, que la police soupçonne être la belle-sœur du détenu.