Il se passera un événement planétaire dans tout juste un mois ; le vendredi 21 décembre 2012. Ce sera la grande déception pour les illuminés qui croient que la fin du monde aura lieu à cette date. Un courant pessimiste répandu dans plusieurs médias et une vision popularisée par de nombreuses pages internet bidons. Certains ont même pensé à leurs dernières volontés. Un réel danger guette toutefois les plus crédules…
Les millénaristes s’en étaient déjà donnés à coeur joie lorsque l’humanité avait basculé dans le 21e siècle. Mais une fois le 1er janvier 2000 franchi sans autre dégât que la gueule de bois, il avait bien fallu trouver autre chose. Les Mayas sont arrivés à point nommé. Selon leur calendrier, le monde actuel s’achèverait le 21 décembre 2012. Ce qui se passera ce jour-là ? Les astronomes mayas n’en ont rien dit, laissant libre cours, onze siècles après leur disparition, à l’imagination débridée des scénaristes et aux fantasmes.
Les prédictions pour le 21 décembre 2012 sont fondées sur plusieurs croyances annonçant de grands changements ou des événements cataclysmiques. Cette date marquerait la fin des 5,125 années d’un cycle du calendrier maya, interprété par certains comme la fin définitive de ce calendrier. Cette transition postule que la date fatidique marquera le début d’une nouvelle ère au cours de laquelle la Terre et ses habitants connaîtront une transformation spirituelle ou physique radicale. Selon d’autres, ce sera la fin du monde ou une catastrophe similaire.
Scénarios.
Parmi les différents scénarios évoqués, on peut citer une collision de la Terre avec un trou noir, un objet géocroiseur ou l’hypothétique planète Nibiru. Des spécialistes de nombreuses disciplines ont rejeté l’idée de tels cataclysmes pour 2012. Les mayanistes professionnels avancent que des prédictions concernant une catastrophe imminente n’ont été trouvées dans aucun codex maya existant et que l’idée de la fin du calendrier en 2012 serait une mauvaise interprétation de l’histoire et de la culture mayas. Les astronomes qualifient ces prédictions de pseudo-science. Pourtant, certains crédules redoutent ce jour et se sont préparés au pire scénario.
Les prédictions pour 2012 ont été le sujet de centaines de livres et de milliers de sites internet. De nombreux ouvrages de fiction font référence au 21 décembre 2012 comme le jour d’un événement catastrophique, dont le livre Le Symbole perdu de Dan Brown. Dans la même veine, le scénario du film de Roland Emmerich, 2012, est fondé sur cette prédiction de fin du monde. Le lancement de ce film a été accompagné d’un marketing viral fondé sur l’édition du site internet d’un institut scientifique fictif (The Institute for Human Continuity), appelant les personnes à se préparer à la fin du monde. Comme cette promotion ne mentionnait pas le film, certains spectateurs furent apeurés. Le film est devenu un gros succès, avec environ 770 millions de dollars de recettes dans le monde.
Catastrophes.
Peine perdue pour ceux qui croient lire dans le bulletin météo les signes annonciateurs du cataclysme final : il n’y a pas de tempêtes ni de tornades d’envergure planétaire prévues pour le mois de décembre 2012. L’anéantissement final ne devrait pas plus venir de l’espace. La probabilité pour qu’un corps céleste de plus d’un kilomètre de diamètre heurte la Terre est de l’ordre d’un tous les cent millions d’années. La dernière fois, c’était il y a 65 millions d’années : une météorite de plusieurs kilomètres de diamètre s’était écrasée dans le Yucatan, creusant le Golfe du Mexique. Mais en décembre prochain, aucun objet de grande taille connu ne croisera dans les parages.
D’autres théories évoquent une improbable planète invisible nommée Nibiru, une inversion du champ magnétique terrestre, ou encore l’alignement des principales planètes du système solaire. Ce dernier argument amuse beaucoup les astronomes car la force d’attraction de Jupiter est inférieure à celle d’une personne qui se tiendrait à un mètre de vous. Pour les grandes marées, il faudra donc se contenter de l’attraction lunaire… pour ne pas changer.
Restent évidemment les séismes, les accidents nucléaires, les épidémies. On n’est plus dans le registre du cataclysme global, mais dans celui de la catastrophe ordinaire. Moins grandiose. Sans doute, mais le soufflé apocalyptique du 21 décembre serait-il déjà en train de retomber ? Les gens ont posé beaucoup de questions, mais plus on se rapproche de la date fatidique, on tendrait à moins en parler. On peut craindre la fin du monde mais également avoir peur du ridicule.
The Last Pictures.
Ce n’est cependant pas une vérité absolue. Car plus les jours s’approchent du 21 décembre 2012, plus les fatalistes prennent des initiatives farfelues. Trevor Paglen, un géographe américain, s’est lancé dans un projet fou : envoyer dans le cosmos une centaine de photos de la Terre mettant en scène l’Humanité, pour que des traces de “nous” subsistent quelque part, si la Terre devait disparaître. The Last Pictures est un projet incroyablement effrayant. Il s’agit d’envoyer en orbite autour de la Terre, une centaine de photographies de la planète bleue, des Hommes et de leurs chefs-d’oeuvre. Le but : préserver quelque part des photos souvenir de la Terre et de l’Humanité à destination des extraterrestres, au cas où elle serait détruite à la suite de quelque événement.
L’idée lancée par Trevor Paglen a rencontré un vrai succès. Grâce à une sorte de jeu concours, plus de 10,000 images venues du monde entier lui ont été envoyées à lui et à son équipe, qui ont finalement été forcés de faire des choix. Un choix qui s’est avant tout basé sur des critères esthétiques et énigmatiques. Ces photos seront enregistrées sur un disque en silicone, qui sera lui-même protégé par une coque en aluminium plaqué or. Ce bijou sera placé sur orbite à bord d’un satellite et déambulera dans l’univers jusqu’à ce que quelqu’un ou quelque chose soit attiré par sa brillance. Cet emballage de luxe est l’oeuvre de chercheurs de l’Institut Technologique du Massachusetts. Le départ de ces traces de l’Homme est prévu  depuis la base spatiale de Baïkonur au Kazakhstan.
Dernière volonté.
Alors que la prétendue prophétie maya prévoit la fin du monde pour le 21 décembre 2012, un sondage révèle ce que voudraient faire les Français avant de pousser leur dernier soupir. La première chose citée ? Faire l’amour une dernière fois. Près d’un homme sur deux (47%) voudrait faire des câlins sous la couette avant de pousser son dernier soupir. Quant aux femmes, elles sont 25% à opter pour cette “dernière volonté”. Et ce dernier câlin, les sondés ne voudraient pas forcément le partager avec leur moitié. Ces messieurs sont 39% à vouloir faire l’amour avec une inconnue tandis que ces dames préféreraient une dernière étreinte avec leur chéri (31%). Et s’ils devaient faire l’amour une dernière fois avec une star ? George Clooney ou Leonardo DiCaprio sont désignés par les femmes, tandis que les hommes préféreraient Angelina Jolie et Mila Kunis. La fin du monde suscite bien des fantasmes…
Face à l’imminence annoncée d’un cataclysme, une véritable industrie est apparue pour satisfaire la demande survivaliste. Mais rien ne corrobore les prophéties New Age de l’Américain José Argüelles, selon lesquelles des Mayas galactiques viendraient en 2012 des étoiles pour sauver 144,000 terriens évolués à bord de leurs vaisseaux. Rien non plus chez les astronomes pour créditer les thèses alarmistes du Guatémaltèque Carlos Barrios, fondées sur une interprétation du calendrier de ses ancêtres mayas, qui ferait du 21 décembre le dernier jour de notre vie.
Exploiter la peur.
Aux États-Unis, en Russie, en Espagne ou en France, des sectes ufologistes se préparent au pire. Location de bunkers, vente sur internet de kits de survie.?Certains consultent fébrilement les Survivalist’s How to, manuels des futurs survivants : comment attraper un poulet encore vivant, le plumer, le vider et allumer le feu pour le faire cuire, au cas où on se retrouverait seul dans la nature ??
Ailleurs, la société californienne Vivos s’est attelée à la construction de vingt bunkers pouvant abriter deux cents personnes, chacun avec réserves de nourriture pour une année. La place est vendue 50,000 dollars. D’autres ont aménagé des silos.?En Espagne, El grupo de supervivencia Espana 2012 a prévu deux bunkers, dans la Sierra de Madrid et la Sierra Nevada; en Pologne, la Mission du Pharaon se prépare au Sauvetage de la Terre et de l’Homme 2012. Au sein de la secte italienne Non siamo soli (nous ne sommes pas seuls), Giorgio Bongiovanni prophétise pêle-mêle la venue de l’Antéchrist et des extraterrestres.
L’exploitation de la peur est l’un des procédés les plus efficaces utilisés par les gourous pour attirer leurs proies. Signalons que le monde a connu plusieurs vagues de suicides à la suite de prophéties apocalyptiques. Manipulés par des gourous, des individus ou des microgroupes peuvent brutalement passer à l’acte. Voilà le réel danger du 21 décembre 2012.