Emeric Blondel du restaurant Aux Deux Frères de Port-Mathurin, Rodrigues, fait partie des dix chefs mauriciens qui participeront à la deuxième édition de Goût de France/Good France, événement mondial pour célébrer la gastronomie française, qui se tiendra le 21 mars prochain. L’ambassadeur de France à Maurice, Laurent Garnier, a animé une conférence de presse sur l’événement, à l’Institut Français de Maurice (IFM) à Rose-Hill hier aux côtés de huit des dix chefs sélectionnés.
Cette année, indique Laurent Garnier, deux nouveaux restaurants participeront à l’événement. Il s’agit d’Aux Deux Frères et du Pescatore, de Trou-aux-Biches, qui seront représentés par les chefs Emeric Blondel et Pramod Gobin respectivement. Les autres participants sont : Vincent Rodier de Beach Rouge de Lux*Belle-Mare, Nizam Peeroo de Brasserie Chic de l’hôtel Le Labourdonnais, Ravi Kanhye du Château Bel Ombre, Rakesh Manoruth du Château Mon Désir de l’hôtel Maritim Balaclava, Jacqueline Dalais de La Clef des Champs à Floréal, Vassoo Mootoosamy du restaurant Courtyard, à Port-Louis, Alexis Voisin du Deer Hunter de l’hôtel Constance Belle-Mare plage à Poste-de-Flacq et Dominique Oudin du restaurant Imperial Beach du Mauritius Imperial Resort and Spa de Sofitel, à Flic-en-Flac. Le Chef Yves Dumont proposera un repas gastronomique qui sera servi aux convives de la Résidence de France à Maurice. Laurent Garnier indique que 5 % des bénéfices de la soirée, dans tous les restaurants, devraient être reversés à des associations.
À ce jour, les menus du 21 sont déjà prêts et peuvent être consultés sur le site www.goodfrance.com. Certains restaurants proposeront des repas purement français alors que d’autres, tout en respectant le concept du repas à la française, travailleront des produits du terroir. Les chefs Voisin et Pavaday privilégieront « la tradition mauricienne » alors que Jacqueline Dalais proposera un repas de Poitou-Charentes en France, d’où elle fait d’ailleurs venir un chef pour l’occasion. La Clef des Champs poursuivra avec une semaine gastronomique. Au Château Bel Ombre, Ravi Kanhye privilégiera « les produits des îles » travaillés à la française en proposant sept plats. Le dessert sera aussi « un océan sucré », dit-il. Au Lux* de Belle-Mare, « ce sera 100 % mauricien », affirme Vincent Rodier. Dominique Oudin quant à lui mettra l’accent sur « le bien manger » en travaillant des légumes, des grains et des germes bio et en proposant un repas préparé avec un minimum de matière grasse et de sucre. À la brasserie Chic, outre la soirée du 21, le festival culinaire français se poursuivra pendant une semaine. Les chefs utiliseront aussi des épices dans leurs préparations, « mais avec parcimonie ». L’ambassadeur de France rappelle que la cuisine française du Moyen Âge était très épicée.
Le public mauricien est invité à faire le déplacement en grand nombre pour découvrir les créations suivant la séquence de l’art culinaire française tel qu’il a été codifié par l’illustre chef Auguste Escoffier, soit en proposant au minimum une entrée, un ou deux plats principaux (un poisson et une viande), un fromage et un dessert. Le concept vise aussi l’utilisation de bons produits locaux et de saison, un choix attentif des mets qui composent le repas, son association avec des vins, l’esthétisme de la table et le service et la convivialité autour du repas à travers l’art de la conversation. Goût de France a été lancé en 2015 par le chef Alain Ducasse et le ministère français des Affaires étrangères. Il s’inspire des Dîners d’Epicure, initiés en 1912 par Auguste Escoffier où un même menu est proposé le même jour dans plusieurs villes du monde et fait suite à l’inscription du « repas gastronomique français » sur la liste du patrimoine immatériel de l’Unesco, en 2010.
Selon les témoignages des participants, en 2015, les restaurants d’hôtels ont accueilli surtout des touristes, souvent leurs propres clients et moins de Mauriciens. Laurent Garnier encourage donc les Mauriciens à ne pas hésiter à se rendre dans les restaurants d’hôtels également.