Madjo est une jeune artiste de 27 ans qui s’est signalée par un premier album puissant, Trapdoor, faisant la part belle à la soul. L’Institut Français de Maurice accueillera son concert le mardi 22 mai à 20 h dans ses locaux à Rose-Hill. Madjo est présentée comme une « artiste sélectionnée pour la compilation 2012 Génération Française, qui offre des sons et des rythmes urbains et révèle des voix hypnotiques et tribales, Brooklyn et Dakar se tenant par la main. Dans un choc des cultures permanent, quelque part entre Indie folk et soul, Madjo bricole, bidouille et détruit pour mieux reconstruire, s’enfuit pour mieux revenir… »
À 27 ans, Madjo n’a pas encore la posture d’une célèbre chanteuse mais elle essaie de véhiculer des musiques, des sons, des images et des histoires et les consigner dans un premier album qui séduit d’emblée pour son mélange habilement dosé de fougue et d’assurance. Le mélange, d’ailleurs, fait partie de son histoire. Le premier album de Madjo est inclassable, à la fois séduisant et expérimental, né de sa rencontre avec le musicien et arrangeur Sébastien Lafargue.
Madjo a hérité du sang africain d’un grand-père sénégalais et de ses racines familiales dont la source, autrement, se situe à Evian. C’est ainsi en souvenir radieux de son enfance sur les hauteurs savoyardes qu’elle a adopté ce nom, Madjo, qui est celui de la maison dans laquelle elle a grandi.
La chanson française l’intéresse moins, la soul authentique l’aide à trouver sa voix et la fréquentation assidue des souterrains les plus actifs de la pop contemporaine – de TV On The Radio à Animal Collective – lui procure des sensations dont sa musique en gestation se troublera avantageusement.
Les billets pour le concert, disponibles à Rs 200, Rs 100 et Rs 50, sont en vente à l’IFM à Rose-Hill et au CCEF à Curepipe.