Le jubilé d’argent du l’actuel vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier Duval, s’est déroulé dans une ambiance festive sur le terrain de l’Ecole Hôtelière Sir Gaëtan Duval, hier soir. De nombreux partisans venus des quatre coins de l’île y ont été conviés.
S’adressant à l’assistance, Xavier Duval a rappelé les combats historiques du PMSD sous l’impulsion de Sir Gaëtan Duval, notamment l’abolition de la peine de mort et a rappelé ses débuts dans la politique. “15 ans dans l’opposition et 10 ans dans le gourvernement. Sa relation la inn possib avek konfians kine rekonet competence, réalité ek honneté. A ce jour, ena quatre députés dont deux minis ek deux PPS”, dit-il. Et il aurait pu avoir ajouter 5 circonscriptions différentes en six élections !
Xavier Duval fait ressortir que la lutte initiée par le PMSD se poursuivra : “Tou dimoune egal. Personn pas pu fer nu porte couler castéisme ek racisme. Ou bizin ena respect pu ou mem. Kan ou get ou dan la glace, ou bizin fier de seki ou ete, ki ou pe fer.”
D’où une des raisons pourquoi le Festival Créole a été introduit. Xavier Duval rappelle qu’il faut reconnaître à juste titre nos artistes locaux : “Chak dimoune ena so plas dan Moris, saken bizin amen so bloc. Nu bizin fier nu ciltire, nu bizin fier richesse nu ciltire dan Moris”
Le leader du PMSD a ensuite fait un compte-rendu des ministères dont il s’eææst occupé, surtout celui de l’Intégration Sociale. Il a rappelé sa contribution pour nettoyer Caro Calyptis et comment les habitants de cette région stigmatisée ont été connectés à l’eau potable et à l’électricité. “Bidget deryer la porte. Li vre ki caray la so mais mo pas pu larg li tan ki la cuisine pas fer, vent pas rampli ek ki nu pas gagne satisfaction”, a-t-il laissé entendre.
Soutenant que île Maurice n’est qu’à un quart de son potentiel, le vice-Premier ministre a souhaité que le pays assume son potentiel en le traduisant en réalité. “Nu bizin ki dan 20 ans tou zenfan dan sa pays la so lavenir assuré. Mo mission sacrée mais me mo lekip osi travay pou electorat. Nu pu kontigne travay pu pays pu nu batir lavenir”, conclut-il.