Belle carrière pour ce politicien d’origine très modeste et belle mort aussi pour n’avoir pas eu à souffrir trop longtemps des affres d’une maladie grave. Jayen Cuttaree est décédé le mercredi 19 décembre d’une insuffisance cardiaque provoquée par d’autres petits problèmes de santé dont il souffrait ces dernières années. Il avait 77 ans.

Du militant des années de braise au candidat pour le secrétariat général de l’OMC

Natif de Rose-Hill, cet enfant né dans une famille très modeste a très tôt pris le pari de réussir son éducation pour pouvoir accéder à un autre palier de l’échelle sociale. Après ses heures de classe et dans son temps libre, il allait cirer le parquet de la fabrique de l’église Notre Dame des Victoires, question d’obtenir ces petits plus que sa famille ne pouvait se permettre. C’est son esprit curieux et sa soif d’apprendre qui l’y avaient conduit, lui qui voulait améliorer sa condition sociale.

À cette époque de l’éducation de la méritocratie, le fils du tailleur de Rose-Hill avait décroché une petite bourse qui lui avait ouvert les portes du collège Royal de Curepipe. Il y côtoiera les Prem Nababsing, Ram Seegobin et Gérard Ahnee. Ses études secondaires brillamment terminées, Jayen Cuttaree va s’embarquer dans un cycle d’études universitaires qui le feront collectionner diplômes et expérience, jusqu’à choisir le barreau, pour lequel il vouait une vraie passion parce que c’était le passeport idéal pour une vraie liberté professionnelle.

Celui qui évoluait dans le giron travailliste et qui avait côtoyé les jeunes du Labour au moment de la campagne pour l’indépendance va, avec le recul et l’éloignement du pays, opter pour la nouveauté en termes d’idées et de personnel politique. Après son retour au pays, il se joint au MMM, dont il devient le candidat en 1982 dans sa ville natale de Rose-Hill, qu’il ne quittera plus jusqu’en 2010 par choix et non par rejet de l’électorat. Il est député de cette circonscription en 1982, 83, 87, 91, 95, 2000, 2005, mais mise sur d’autres responsabilités, la présidence de la République en 2010, alors que son parti le MMM se présente seul aux élections. En 2014, ce sera la vice-présidence avec Navin Ramgoolam qui lui sera promise lorsque le MMM contracte une alliance électorale avec le PTr. Il se mettra en retrait après ces deux tentatives malheureuses.

Aux ministères qu’il a occupés, Jayen Cuttaree a toujours fait preuve d’une grande ouverture pour mieux cerner les enjeux. Il n’était pas rare de le voir échanger avec les vieux briscards du secteur privé avant des allocutions importantes à l’Assemblée nationale ou avant des missions délicates à l’étranger pour discuter, par exemple, de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act). C’est là qu’il développe un intérêt particulier pour le commerce international. Connu désormais des cercles intimes des relations économiques planétaires, c’est le prestigieux New York Times qui annonce sa candidature au poste de secrétaire général de l’Organisation mondiale du commerce en 2004. Il fera une belle campagne avant de se heurter au lobby des Européens qui lui préfèrent Pascal Lamy. C’était en tout cas une belle revanche sur la vie pour le gamin pauvre de Stanley.

Aucune digression

Au Logement, c’est Jayen Cuttaree qui crée la National Housing Development Company, qui devient le bras indispensable de la politique publique en matière de construction résidentielle pour les économiquement faibles. C’est sous son mandat que débute d’ailleurs la politique de construction en hauteur pour pallier le manque de terrains appartenant au gouvernement. À Camp Levieux, à La Tour Kœnig et ailleurs, il permet à des Mauriciens qui n’auraient jamais pu devenir propriétaires d’obtenir un toit.

Toute la douleur de son épouse Sweeta et de son fi ls Vikram

Son parcours politique a été long et constant. Aucune digression, une qualité rare chez les politiciens. Son engagement au MMM ne l’a pourtant jamais détourné de ses amitiés personnelles qui se retrouvaient dans pratiquement tous les partis. Jayen Cuttaree pouvait déjeuner avec un collègue mauve, prendre le thé avec un travailliste, l’apéro avec un dirigeant du PMSD et discuter longuement au téléphone avec un cadre du MSM. Il était en fait un des derniers de la génération des gentlemen politiciens.

On ne peut qu’espérer que sa ville de cœur, Rose-Hill, dont il a été le premier magistrat, saura lui rendre un hommage qui soit à la hauteur de son engagement exceptionnel et prolongé dans la circonscription. Se faire élire sept fois et de manière continue dans la même circonscription n’est pas donné à tout le monde.

À son épouse Swatee, à ses enfants Lillka et Vickram, et à ceux que cette disparition plonge dans la peine et la tristesse, Week-End présente ses sincères condoléances.

Personnalités de tous bords et simples anonymes réunis pour un ultime hommage

Malgré le temps cyclonique d’hier matin, personnalités de tous bords et simples anonymes s’étaient donné rendez-vous en nombre au domicile de Jayen Cuttaree au quartier de Balfour à Beau-Bassin. À l’occasion des funérailles de l’ancien leader-adjoint du MMM décédé dans la soirée de mercredi des suites d’une longue maladie à 77 ans, ils s’étaient rassemblés pour lui rendre un ultime hommage.

Parmi ceux présents, le président de la République p.i., Barlen Vyapooree, le Premier ministre suppléant, Ivan Collendavelloo, le leader du MMM, Paul Bérenger, ainsi que le leader du PTr, Navin Ramgoolam. Présence en nombre de ses anciens camarades de la mouvance militante et dont les itinéraires ont divergé à un moment ou à un autre. Parmi ceux-là, l’ancien colistier de l’ex-député MMM à Stanley /Rose-Hill, Jean-Claude de L’Estrac, et son épouse Solange.

Outre des membres de sa famille de même que des amis, de nombreux militants de base du No. 19 et d’ailleurs avaient également tenu à rendre un dernier hommage à “mamé Jayen”, comme beaucoup d’entre eux surnommaient affectueusement le disparu. L’épouse de la personnalité politique disparue, Swatee, de même que ses enfants, Vickram et Lilika, ainsi que son frère cadet Palmesh étaient visiblement éprouvés par cette disparition. Vidula Nababsing, ancienne députée MMM et épouse de Prem Nababsing, ancien dirigeant de premier plan du MMM lui aussi décédé cette année, était également aux côtés de la famille en ces heures difficiles. 

En raison du temps inclément, la levée du corps, initialement prévue pour 13h30, s’est faite plus tôt, peu avant 11h. Le cortège s’est alors dirigé vers Phoenix où a eu lieu la cérémonie de crémation. Là encore, sur place, malgré le temps exécrable, nombreux sont ceux qui avaient tenu à accompagner Jayen Cutaree pour ce dernier départ. Parmi, Paul Bérenger et ses deux enfants Joanna et Emmanuel.