Le Fairmont Royal Palm à Marrakech

Pour le premier trimestre de la présente année financière (octobre à décembre 2018) de New Mauritius Hotels (NMH), un chiffre d’affaires quasi-identique à celui de l’an dernier a été réalisé par le groupe, et cela en dépit d’un euro et d’une livre sterling plus faibles. Le groupe a aussi maintenu ses coûts d’exploitation à 2% et a réduit de 8% ses frais financiers. Selon la direction, cela découle notamment de la restructuration de la dette et de la conversion des actions de préférence (“preference shares”). Les profits nets pour le trimestre s’élèvent à Rs 445,9 millions, contre Rs 482,8 millions l’année dernière, soit une baisse de 7,6%.

Au Maroc, le Fairmont Royal Palm Marrakech a enregistré une amélioration notable de sa performance, avec une occupation à 68%, contre 51% l’année dernière. Ce qui est positif étant donné les déboires du groupe ces dernières années dans ce pays d’Afrique du Nord. S’agissant des hôtels à Maurice, ils ont enregistré une baisse de 2% au niveau du nombre de nuitées vendues, ce qui s’est principalement remarqué dans les hôtels cinq étoiles du groupe. Par ailleurs, la baisse de profitabilité de NMH en ce premier trimestre s’explique aussi du fait des travaux de rénovation entrepris dans un certain nombre de chambres et de villas au Paradis Beachcomber. Ces travaux ont été achevés en décembre et ont contribué à freiner la performance de cet hôtel.

Par ailleurs, les travaux de construction ont été entamés dans le cadre du redéveloppement de l’hôtel Sainte Anne, aux Seychelles, en un complexe de 296 clés. La livraison de l’établissement au Club Med est prévue pour octobre 2020. Par ailleurs, un appel a été logé conjointement par trois personnes contre l’Environment Impact Assessment octroyé au groupe pour la construction du Salines Beachcomber Golf Resort & Spa. La question est débattue devant l’Environment and Land use Appeal Tribunal.

Concernant les perspectives, la direction explique que la performance inférieure des hôtels 5 étoiles devrait continuer à affecter les résultats de NMH au second trimestre de son exercice financier (janvier à mars), notamment avec des pressions sur les tarifs, « et ce en tenant compte du fait que les vacances de Pâques auront lieu en avril cette année, et non en mars, comme en 2018 », précise le groupe.

Par contre, les réservations pour le 3e trimestre traduisent une bonne croissance en comparaison avec la même période l’année dernière. De plus, la meilleure performance, enregistrée par le Fairmont Royal Palm Marrakech, devrait se poursuivre. Celui-ci continue en effet sa progression d’année en année.