Samedi prochain, 27 octobre, sera célébrée la Journée mondiale des Ergothérapeutes (occupational therapists). L’Association of Occcupational Therapists (AOT) de Maurice organise deux activités pour célébrer cette journée : une rencontre entre thérapeutes et, en novembre, une exposition mettant l’accent sur le côté psychiatrique associé aux affections qu’ils soignent.
Mise au point pendant la Seconde Guerre mondiale, l’occupational therapy (OT ou ergothérapie) est une méthode de traitement de certaines affections physiques, mentales, sensorielles ou psychosociales, qui utilise le travail ou tout autre « occupation » en vue de corriger les troubles de ceux qui sont nés avec une déficience physique ou mentale. Selon les statistiques, 12% de la population mondiale est composée de handicapés qui peuvent se débrouiller, et 2% de personnes handicapées qui ont besoin d’aide pour pouvoir vivre. L’OT a été introduite à Maurice au milieu du siècle dernier, dans le sillage de l’épidémie de poliomyélite qui frappa l’île.
Tout d’abord confinée a l’hôpital, l’occupational therapy s’est, au fur et à mesure, développée à Maurice pour gagner d’autres secteurs. C’est ainsi que le ministère de l’Éducation, puis celui de la Sécurité sociale, ont fait appel à des thérapeutes pour travailler dans les écoles, les centres sociaux et les homes pour personnes âgées. Plus de 25 ergothérapeutes travaillent aujourd’hui dans les hôpitaux régionaux et les différents ministères, et un certain nombre est employé dans les cliniques privées. D’autres thérapeutes travaillent encore avec les ONG sur le terrain.
L’Association of Occupational Therapists regroupe une trentaine de membres formés à l’Université de Maurice, après quatre ans d’études, ou à l’étranger. « C’est une profession émergente dans une société où le stress prend des proportions inquiétantes et touche toutes les couches de la population », déclare son vice-président Roshan Neckraj Jhummun. L’AOT compte ainsi célébrer la Journée mondiale par deux activités : une rencontre entre professionnels, et une journée portes ouvertes. La rencontre entre professionnels aura lieu samedi prochain et donnera l’occasion aux membres de l’AOT de partager leurs expériences. En novembre sera organisée une activité publique, au cours de laquelle les différentes filières de l’ergothérapie seront présentées à travers des expositions et des causeries.
Pour coller à l’actualité, l’AOT a choisi de mettre l’accent sur l’aspect psychiatrique de la dépression et ses possibles conséquences. « Le nombre de cas de suicides chez les jeunes, qui est en augmentation, sera un des thèmes abordés au cours de cette journée. »