C’est sans surprise que le tireur Fabrice Bauluck et la judokate Christiane Legentil ont été désignés jeudi soir à l’hôtel Intercontinental (Balaclava), Sportsman & Sportswoman of the Year 2012. Ces deux sacres ne  souffrent d’aucune contestation car les deux sportifs ont été tout simplement incroyables  lors de l’année précédente. Ils ont tous deux obtenu un chèque de Rs 75,000 à l’occasion de cette 27e cérémonie des oscars. C’est le sport de combat qui a ainsi fait la différence.
La rédaction sportive de Week-End avait en décembre dernier attribué le titre de Sportif de l’Année 2012 à Fabrice Bauluck tandis que Christiane Legentil avait pris la deuxième place. Simple coïncidence? Pas du tout car ces deux athlètes ont tiré leur épingle du jeu, ayant été  clairement au-dessus des autres nominés dans leurs catégories respectives. Fabrice Bauluck, tireur de 25 ans, remporte cette distinction pour la première fois de sa carrière. Nominé en 2007, 2009 et 2011 dans cette catégorie, l’année 2012 s’est ainsi avérée être la bonne pour le natif de Mahebourg, qui avait remporté le Junior Sportsman Of the Year Award à deux reprises, en 2004 et 2006. Pour rappel, Bauluck était monté sur la plus haute marche du podium lors de la Coupe du Monde de la World Association of Kick-Boxing Organizations (WAKO) en Hongrie. Il a également défendu son titre de champion d’Afrique avec brio à Madagascar, s’adjugeant la palme dans la catégorie des -54 kg. Il est à noter qu’il a défendu sa ceinture à trois reprises sur le plan continental, ayant à chaque fois pris la mesure de ses adversaires.
Il succède ainsi au boxeur Richarno Colin, lauréat en 2011. Ce dernier était lui aussi nominé cette année aux côtés du décathlonien Guillaume Thierry et du cycliste Yannick Lincoln, quadruple vainqueur du Tour de Maurice. Fabrice Bauluck aura une année très chargée, lui qui s’attaquera, du 30 septembre au 6 octobre prochain, aux Championnats du Monde de Kick-Boxing à Rio de Janeiro (Brésil). Après avoir échoué à deux reprises en finale en 2009 et 2011, il espère cette fois-ci obtenir la consécration chez les seniors. S’il y parvient, il deviendra alors  le quatrième champion du monde mauricien après Mario Bienvenu (Boxe-française savates), Géraldo Thomasso (Boxe-française savates)et  David Li Yuen Fong (Karaté), et le Mauricien le plus titré sur le plan international. C’est tout le mal qu’on lui souhaite. À titre d’information, James Agathe avait été le dernier Kick-Boxer à être sacré Sportsman Of the Year. C’était en 2010.
Le sport de combat a été à l’honneur également grâce à l’étoile montante du judo mauricien, Christiane Legentil (20 ans). Originaire de Marechal (Rodrigues), la jeune pépite succède à la spécialiste de la petite reine, Aurélie Halbwachs au tableau des palmarès. Performance méritée pour celle qui a fait exploser son talent lors des Jeux Olympiques (JO) de Londres en prenant une honorable septième place. La Mauricienne avait été élue meilleure judokate classée toutes catégories confondues au niveau africain. Cette performance n’avait jamais été réalisée dans le judo mauricien. La Rodriguaise a ainsi fait mieux que Jean-Claude Raphaël, qui avait pris la neuvième place aux JO de Sydney en 2000. Par ailleurs, Christiane Legentil a également obtenu une médaille de bronze aux Championnats du Commonwealth à Cardiff (Pays de Galles) chez les -52 kg. Boursière du Trust Fund For Excellence In Sports (TFES), la judokate n’était pas présente pour l’occasion, étant actuellement en stage en France (Strasbourg) depuis quelques mois déjà. Travaillant sous la houlette d’Antonio Félicité, elle sera à suivre cette année, notamment aux Jeux de la Francophonie et les Championnats d’Afrique. La dernière fois que le judo était à l’honneur, c’était en 2002 où Dolly Moothoo  s’était alors illustrée.
Lambert Leclézio, voltigeur né
Chez les Juniors, une autre judokate a fait parler d’elle. Il s’agit de Sarah Sylva. Vice-Championne Junior du Commonwealth chez les -56 kg, c’est sans surprise qu’elle a été lauréate tout comme le vice-champion d’Afrique du contre-la-montre (clm) individuel, Sébastien Tyack, sacré en masculin. Le titre de Most Promising Sportsman of the Year a été décerné au voltigeur Lambert Leclézio. Le jeune spécialiste de ce sport équestre avait notamment pris une impressionnante 6e place au Championnat d’Europe Open en Slovaquie. La palme est revenue à la badiste Rheeya Dookhee en féminin; elle  avait décroché la médaille d’or en double mixte, le bronze en simple aux Championnats d’Afrique des moins de 15 ans et l’argent dans la compétition par équipes. Pour le coach of the Year ‘Sports individuels’, c’est sans surprise que la victoire est revenue à Judex Jeannot (Kick-Boxing). C’est la deuxième fois que le technicien connaît la consécration, la dernière étant en 2004. Il succède à Judex Bazile, plébiscité lors des trois précédentes éditions. En ce qu’il s’agit du titre de Coach of the Year ‘Sports Collectifs’, le panel committee a attribué le titre à Dharmen Gundowry.
Ce dernier, entraîneur de la formation masculine de Faucon Flacq Camp Ithier Volley-Ball Club, a conduit son équipe vers un quatrième titre de champion de Maurice d’affilée. L’équipe flacquoise a aussi remporté l’AMVB Cup et une bonne deuxième place lors de la Coupe des Clubs Champions de la zone 7 (Madagascar). La sélection masculine de badminton s’est vue décerner le titre de l’équipe de l’année après avoir décroché le bronze dans la compétition par équipes des Championnats d’Afrique. Et pour finir, le Team of the Year ‘Sports Collectifs’ est revenue aux beach-volleyeuses Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo. Gagnante de la Continental Cup, elles avaient par la suite participé aux JO de Londres. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, a tenu à faire ressortir que même si son ministère a contribué à ces réussites, le crédit revient en tout premier lieu aux sportifs et aux responsables fédéraux.
« Entre 2009 et 2012, nous avons remporté 356 médailles dans les compétitions majeures dont 29 sur le plan mondial et 169 sur le plan africain. Nous avons réalisé nos meilleures performances dans les Jeux de la Francophonie et les Jeux d’Afrique. Nous avons glané 4 titres en Coupe du Monde et 26 titres de champion d’Afrique. Au niveau des jeunes, nous sommes les meilleurs de la région. Même si le bilan aurait dû être plus qualitatif, il n’en demeure pas moins vrai que 2012 restera positive à plusieurs niveaux. Une fois de plus, nos sportifs ont représenté avec courage et honneur le quadricolore, avec, à la clé, 42 médailles dans les compétitions internationales dont un titre en Coupe du Monde et 6 titres de Champion d’Afrique. Maurice a terminé sur la plus haute marche du podium lors des Jeux de la CJSOI et aux JO de Londres, le judo mauricien a terminé en tête des bilans au niveau des pays africains. Merci donc à mes amis sportifs qui ont fait vibrer le peuple mauricien et qui ont fait notre fierté. De par les jalons posés ainsi qu’un travail sérieux, rigoureux, collectif et cohérent, je suis confiant que nous allons vivre beaucoup d’autres grands moments mais les maîtres-mots doivent rester travail, travail et travail », souligne Ritoo.
Le président du Mauritius Sport Council (MSC), Kris Appadoo en a profité pour faire part des réalisations de l’institution qu’il préside. « 2012 a été une année très chargée. Je tiens à remercier tous ceux qui ont travaillé d’arrache-pied, nuit et jour afin d’atteindre notre objectif. Nous avons poursuivi notre action pour la promotion et la vulgarisation du sport parmi la nation mauricienne. À titre d’exemple, Le Keep Fit Programme a reçu un accueil plus que favorable dans certaines régions de l’île »,indique Kris Appadoo.