Les clameurs d’un Maiden 2014 rempli d’émotions à peine tues et retour aux affaires avec toutefois le prochain week-end de courses (samedi et dimanche prochains) marqué par une reconfiguration au niveau de quelques écuries, en particulier Hurlywood, Allet, Foo Kune et Rameshwar Gujadhur.
C’est surtout au sein des établissements Hurlywood et Allet qu’on note de profonds chamboulements. Hurlywood connaît une grave crise provoquée par le départ du principal propriétaire Vicky Veeramootoo. Ce dernier, qui a émigré du côté de Vincent Allet, emmenant dans un premier contingent pas moins de quinze coursiers, à savoir Ice Axe, Terminator, François Bernardus, Wind Trip, Shahruhk, Captain Tempest, Arabian Empire, Dreams Come True, Axis Of Anarchy, Genuine Leather, Kishimoto, Master Mascus, Ridge Too Far, Streetbouncer et Win A Million, a transféré finalement hier l’ensemble de ses effectifs (au nombre de vingt-deux). The Sneaker, Rudi Rocks, Glory Boy, Pierneef, Crafsman, Hunting Time et Salute The Saint sont allés rejoindre leur nouveau domicile.
Malgré des effectifs complètement décimés, Randhir Pertaud ne veut pas mettre la clé sous le paillasson. Après avoir avisé le Mauritius Turf Club de sa séparation d’avec son Stable Supervisor sud-africaine Candice Dawson, il a mis les bouchées doubles et a accueilli rapidement cinq chevaux de l’écurie Foo Kune, à savoir Esteco, Glitter Star, Joe’s Legacy, Spacebeam et Absalom. Il annonce avoir déjà procédé à cinq nouvelles acquisitions qui se trouvent toutefois en Afrique du Sud, pendant que son jockey malaisien Benedict Woodworth est confirmé à son poste.
Avec seulement cinq unités à l’écurie, la question qui se pose est de savoir si le MTC autorisera cet établissement à continuer à opérer sous une B licence, alors que ses effectifs sont de moins de quinze chevaux. Selon les Directions for the Racing Season 2014, au cas où une écurie voit ses effectifs descendre sous la limite de sa catégorie (15 pour Hurlywood), l’établissement devra dans le mois suivant augmenter ses effectifs jusqu’au nombre requis ou tout simplement revoir sa catégorie à la baisse (moins de 15 coursiers) et s’expliquer auprès des administrateurs du Club pour défendre sa survie.
Du côté de Rameshwar Gujadhur, le jockey australien James Winks, qui devait être en selle dès le double meeting du week-end prochain, fait finalement faux bond, son père étant gravement malade. La nouvelle nous a été confirmée par l’entraîneur lui-même.