La journée a été partagée dans l’ensemble avec les deux premiers au classement, Gujadhur et Rousset, se contentant d’une victoire chacun. C’est Jean-Michel Henry qui s’offrit la plus grosse part du gâteau avec un précieux doublé, signé Papa Joe et Don’t Tell Mama, qui lui permet de sortir de la zone rouge. Shirish Narang n’est plus qu’à un petit succès de cet objectif après la victoire de Halabaloo. L’espoir est aussi permis pour Raj Ramdin qui enregistrait sa cinquième victoire de la saison grâce à Spin A Coin, piloté par Neisius, auteur d’un doublé. L’épreuve principale est revenue à Vincent Allet et Darryl Holland grâce à Streetbouncer, qui déjoua les plans du très joué Valere au terme d’un meilleur finish.
Tout parraissait bien orchestré pour que Valere émule son compagnon de box Vettel, victorieux une semaine plus tôt à l’issue d’un pillar to post dans l’épreuve principale. Lorsqu’on vit Holland ne pas insister sur la partie initiale pour placer Streetbouncer dans le dos du meneur, on pensait que les rumeurs favorables au sujet de Valere allaient se concrétiser, surtout en jetant un coup d’oeil au chronomètre sur les premiers 365 mètres. Istiqraar se montra ardent et quoique son cavalier tenta de le reprendre dans le premier virage, il se rapprocha sur l’arrière-main de Valere qu’il força à durcir l’allure dans la descente. Mais l’espoir était permis chez les Gujadhur vu que la course ne fut pas lancée sur des bases élevées sur les deux premier furlongs. Si Ghunowa sut régler le train jusqu’au bas de la descente, on peut penser qu’il partit trop vite lorsqu’il décida de lancer le sprint à 600 mètres de l’arrivée. Istiqraar abusa de la largeur de la piste dans la dernière courbe, libérant son compagnon d’écurie qui déboîta pour se rapprocher facilement sur le flanc du leader qu’il accocha sérieusement à l’entrée de la ligne droite. Sole Moi qui suivait, fut incommodé et fut dirigé à l’intérieur, gênant Bobby Bear qui frola les barres. David plaida coupable sous le rule 160 A (e) et il écopa d’une amende de Rs 25 000. En tête, Holland et Ghunowa se livraient à un duel. On fut sous l’impression que le Britannique n’eut pas à forcer son talent. Il s’appliqua juste à assurer que sa monture maintienne sa trajectoire en refaisant ses rênes en plusieurs occasions. Ghunowa se démenait comme un beau diable à son intérieur, mais Valere courba l’échine dans les dernières foulées. Une enquête a été ouverte sur la course de Istiqraar. Elle a été ajournée à mardi prochain.
L’épreuve d’ouverture n’a pas livré de surprise. La victoire est revenue à Halabaloo, qui confirma ses bonnes dispositions à l’entraînement et sa supériorité à ce niveau. Il faut toutefois reconnaître qu’il est celui qui hérita du meilleur parcours, suivant sagement en troisième position côté corde avant de faire valoir son joli coup de reins dans l’emballage final. Double Dash fit illusion à l’entrée de la ligne droite, mais il ne fut pas en mesure de prolonger son effort jusqu’au bout après avoir démarré de loin cette fois. On s’attendait à une meilleure prestation de Teamog, qui avait pour lui de porter 8kg de moins que le vainqueur, mais il ne put tirer profit de cet avantage, flanqué de Lancewood sur son flanc gauche.Il fut ainsi contraint d’attendre la ligne droite finale pour placer son accélération. La Foce est celui qui refit le plus de terrain dans la ligne droite, mais il ne put inquiéter son compagnon d’écurie. On espérait voir Ravatak faire l’arrivée, surtout qu’il avait pris un bon départ cette fois. Son cavalier nous surprit lorsqu’il disputa le commandement à Parkwood dans la montée, alors qu’il aurait été plus judicieux s’il s’était contenté de suivre sur l’arrière-main de ce dernier, d’autant que cet élève de Rameshwar Gujadhur a réalisé ses meilleures performances au finish. Une enquête fut d’ailleurs ouverte par les commissaires qui ont reproché à l’apprenti d’avoir inutilement sollicité sa monture dans la montée, disputant ainsi le commandement à Parkwood et créant un coupe-gorge jusqu’au poteau des 1000m, et d’avoir demandé un nouvel effort à sa monture à 500 mètres de l’arrivée. Marday fut sanctionné d’une suspension de huit journées locales et d’une amende de Rs 25 000.
Après quelques bonnes tentatives, Ambassador Rex renoua avec le succès à l’issue d’une sage course d’attente de Jeanot Bardottier. Ce dernier dut attendre quelques minutes avant de pouvoir célébrer la victoire, car sa monture incommoda Hunting Time à environ 150 mètres de l’arrivée, suscitant une enquête des commissaires. L’ordre d’arrivée fut toutefois maintenu vu que cet incident n’influença pas cet ordre . Il fut établi qu’Ambassador Rex se déroba lorsque Joorawon sortit sa cravache pour en infliger un coup à Straight Jab. Ce qui fit que la monture de Bardottier pencha sur Hunting Time qui tamponna Epicentre et fut débalancé. Pour revenir au déroulement de la course, on prévoyait que la victoire allait revenir à un finisseur vu la présence de plusieurs chevaux rapides. Compte tenu des circonstances, le véloce Straight Jab opta également pour la course d’attente, mais il fut déboîté dans la descente vu qu’il tirait beaucoup. Du coup, il démarra au poteau des 600m et tenta de prendre de vitesse le favori, Ambassador Rex. Ce dernier se montra toutefois trop fort face à ses adversaires du jour pour s’imposer par un peu plus d’une longueur.
Tous étaient conscients que la distance rallongée allait avantager Spin A Coin, qui n’avait jusque-là jamais été aligné au-delà des 1600m sur notre hippodrome—il n’avait pu participer à la vingt-quatrième journée après que la deuxième course programmée sur 1850m fut annulée suite au retrait de Freezing Point. On avait aussi souligné sa tactique suicidaire à sa dernière sortie qui remontait à trois semaines lorsqu’il imprima inutilement une allure régulière alors qu’il était seul en tête. Cette fois, tous les feux étaient au vert pour Spin A Coin. Outre la distance, il descendait de classe et avait pour lui le fait de s’élancer de la deuxième ligne. Neisius n’insista pas face à Southern Heights et plaça sa monture dans son dos. Harba prit un bon départ de sa première ligne pour se retrouver derrière le futur gagnant, tandis que le très chuchoté Seven Fountains était parmi les derniers. On eut droit à une arrivée disputée avec moins d’une demi-longueur séparant les cinq premiers au poteau final. Seven Fountains fut contraint de contourner le peloton et s’amener en épaisseur complètement, tandis que Harba profita de la corde. Esteco se montra très accrocheur, confirmant qu’il est plus compétitif à ce niveau tout comme Cinchona, qui trouva la cadence sur le tard. Le dernier mot revint toutefois à Spin A Coin qui s’imposa d’une courte tête devant le favori. C’était la huitième de Neisius et la cinquième pour Raj Ramdin, qui n’a plus besoin que de trois victoires pour sortir de la zone rouge.
Doublés pour Mark Neisius et Jean Michel Henry
Certes, Adi Star restait sur deux victoires sur le kilomètre associé à Darryl Holland, mais il montait de classe, contrairement à Papa Joe. Ce dernier ne laissa pas tomber ses nombreux partisans pour prendre la mesure du favori dans les derniers mètres. Malgré le port d’oeillères et sa première ligne, Just B Brave ne put empêcher Adi Star de s’emparer de la position tête et corde dès les premières encablures. Mal placé dans les stalles, Act Of Valor fut condamné à suivre sur le flanc de Just B Brave, permettant à Adi Star de courir bien dans son pas. Dans ces conditions, on pensait que le meneur allait être difficile à remonter en se basant sur sa dernière course où il fit montre de caractère malgré la présence de Man Of His Word à son extérieur. L’élève de Vincent Allet versa toutefois à l’extérieur à mi-ligne droite, offrant l’ouverture à Papa Joe, qui refit du terrain à chaque foulée pour prendre l’avantage dans les derniers mètres.
Jean Michel Henry était déjà assuré du renouvellement de sa licence d’entraîneur la saison prochaine ayant ramené sa huitième victoire de la saison grâce à Papa Joe. Il améliora son score et fut le seul entraîneur à réussir le doublé lors de cette journée, à l’issue de l’épreuve de clôture remportée par la jument Don’t Tell Mama. Cette dernière était la mieux présentée dans le rond et elle était confiée à Nishal Teeha, qui confirma sa réputation d’as du départ en prenant de vitesse en quelques foulées Port Albert et Torero, pourtant sollicités à son intérieur. Une fois qu’il eut trouvé la position tête et corde, Teeha reprit sa monture. Hoolash déboîta Torero, qui le contourna dans le premier tournant pour prendre le relais. Torero paya sa débauche d’énergie et se fit rattraper dans la ligne droite finale par Don’t Tell Mama, qui repoussa l’assaut de Port Albert en dépit que Teeha eut perdu sa cravache à environ 75 mètres de l’arrivée.
Quatre à la suite pour Max Rapax
On prévoyait hier d’assister à un festival de Derreck David, qui était associé à trois favoris et deux autres bonnes chances sur le papier. Le Sud-Africain se contenta finalement de l’essentiel avec Max Rapax, qui dut toutefois puiser dans ses réserves pour venir à bout de ses adversaires. Le handicap de sa huitième ligne, il le surmonta grâce à sa maniabilité pour se retrouver à l’extérieur de Parker, qui, en se rabattant à la corde derrière Unbridled Joy, gêna Blaze Of Noon, qui dut être repris par Joorawon. Ghunowa plaida coupable pour sa négligence et il écopa d’une suspension d’une journée assortie d’une amende de Rs 25 000. Par la suite, Ghunowa sollicita sa monture dans la courbe afin de pouvoir suivre le rythme. Parker se montra alors plus entreprenant et améliora sa position pour disputer le commandement à Unbridled Joy dans la descente. Cela eut pour effet de durcir le rythme à l’avantage du favori et des autres finisseurs. Parker ruina, lui, les chances du cheval de Chisty lorsqu’il se rabattit à la corde au bas de la descente. Une enquête concernant cet incident se tiendra mardi matin. Max Rapax se rapprocha dans la dernière courbe et eut vite fait de mettre le nez à la fenêtre dans la ligne droite, annonçant une facile victoire. La favori versa à l’intérieur, mais David le remit sur la bonne trajectoire après avoir changé sa cravache de main. Max Rapax baissa pied sur la fin. Castle se rapprocha à son extérieur, tandis que Bay Of Bengal dut être dirigé à son intérieur afin d’obtenir le passage. N’était ce changement de trajectoire, le représentant de Vincent Allet aurait pu prétendre à la victoire. Max Rapax en profita, lui, pour aligner sa quatrième victoire consécutive et sa cinquième de la saison.
Certains annonçaient un duel entre Elite Class et Cherish The Charm, deux modèles de régularité, dans The Camille L. Nairac Cup disputée sur 1500m. Le parcours du jour paraissait toutefois un peu court pour le représentant de Gilbert Rousset qui fut d’ailleurs délaissé au niveau des paris contrairement à la monture de Joorawon, qui avait enregistré ses deux dernières victoires sur cette distance et qui avait pour lui de s’élancer de la deuxième ligne. Strum tira, lui, profit de son premier couloir pour tenter le pillar to post. Brave Leader essaya de lui disputer le commandement, mais n’étant pas aussi véloce, il n’insista pas longtemps. Elite Class eut une course de rêve dans le dos du meneur, qui imprima une allure régulière. Dans la dernière courbe, l’issue ne faisait plus de doute concernant les prétendants à la victoire. Cherish The Charm et les autres étaient déjà mis sous pression, tandis que Strum et Elite Class n’avaient pas encore été sollicités par leurs cavaliers respectifs. Strum se montra accrocheur sous la conduite de Bardottier, mais il ne put longtemps résister au finish du favori qui confirma sa supériorité sur la fin. Le vétérinaire du club rapporta que Lion’s Print avait saigné. C’était le deuxième cheval à contracter un problème pulmonaire lors de ce rendez-vous après Zambezi Torrent, qui était en action dans l’épreuve phare.