L’humoriste Vincent Duvergé entrouvre sa veste et annonce qu’il déballe tout. Avec lui, l’humour mauricien entre dans une nouvelle ère. Entre stand-up, sketch, parodie, imitations, il fera défiler quelques personnages et situations inspirés de notre réalité. Un humour irrévérencieux et pas con, le temps de ce spectacle que présentera Titanium Events, le 29 juin au MGI. Sans se spoiler, il nous en parle, tout en expliquant aussi comment le ministre Mentor est devenu le Mentor des humoristes de différentes générations.

Imaginons que tout au long du spectacle, les seuls bruits émis de la salle n’auront été que les grondements de ventres affamés, les ronflements de spectateurs et des ptchiik agacés d’un public resté stoïque. Vincent Duvergé a pensé à ce scénario catastrophe et a réfléchi aux plans A, B, C, etc. qu’il adoptera avant que les traditionnels “rann mo kas” ne fusent de toutes parts. La première option consistera à jouer le spectacle en quatrième vitesse, avant de ras lavi héroïquement, la queue entre les jambes. Il a aussi envisagé de louer les services de rieurs professionnels qui, installés dans les premiers rangs, riront à tout va pour faire croire que c’est du comique. Si là encore, l’affaire est toujours dan dife, le beau blond aux yeux bleus qu’il n’est pas fera appel à quelques solides bouncers pour venir gidi-gidi les spectateurs, qui riront finalement de bon cœur de ses blagues.

 

Se jeter dans l’arène.

Bon, laissons les langues de vipère y aller allégrement avec les pires prévisions, qui n’affecteront en rien l’optimisme de ces dizaines de milliers de followers qui soutiennent Vincent Duvergé dans ses pitreries depuis qu’il s’est lancé sur les réseaux sociaux, il y a quelques années. Des petites vidéos humoristiques d’adolescent concoctées dans la chambre à coucher, le salon familial ou les toilettes de la maison, il passe maintenant à la scène. Une heure quinze minutes de sketches, de blagues, d’imitations, de parodies et d’improvisation sur les planches du MGI. Vincent Duvergé est maintenant un grand garçon qui voit les choses en grand et compte bien le prouver. À 23 ans, l’heure est enfin venue pour qu’il se jette dans l’arène, sous les acclamations d’un public féroce qui a les crocs et qui l’attend, avide de rire.

VINCE DÉBALLE TOUT!

À LA UNE LE MERCREDI 6 JUINL’humoriste Vincent Duvergé entrouvre sa veste et annonce qu’il déballe tout. Avec lui, l’humour mauricien entre dans une nouvelle ère. Entre stand-up, sketch, parodie, imitations, il fera défiler quelques personnages et situations inspirés de notre réalité, le 29 juin au MGI.

Posted by SCOPE – magazine on Saturday, June 2, 2018

Pour y aller à fond en cette période de morosité et de grisaille, il laisse tomber le t-shirt, ouvre la veste bleue, lance un regard aguicheur, se cache un téton indiscret et annonce Vince déballe tout ! Telle est sa promesse à ceux qui seront avec lui à Moka le 29 juin pour un spectacle de strip-tease d’un autre acabit. Un full Monty trépidant, enrobé d’une onctueuse ganache pour faire monter la température, sursauter les cœurs et faire suer d’excitation les plus froids d’entre nous. Gageons, sans la moindre hésitation, que le rire sera bel et bien au rendez-vous lors de ce spectacle qui pourrait bien augurer une nouvelle ère de l’humour à Maurice. Vincent Duvergé incarne brillamment une autre génération d’artistes du rire où le jeu s’appuie sur une certaine finesse, un jeu d’esprit qui évite le gros rire facile reposant habituellement sur le caca-pipi-vomi.

Pran nisa avec soi et les autres.

Avec sa gueule d’ange de gendre parfait, Vincent Duvergé est aussi un irrévérencieux passé maître dans l’art du pran nisa avec soi et les autres. Un brin offusquant, parfois choquant. Mais heureusement que l’Auguste assemblée qu’est le Parlement repousse constamment, pour les admirables que nous sommes, les limites de la politesse et du fer vilin. D’ailleurs, si nous avions sollicité le plus noble et sage d’entre eux à ce sujet, le Mentor aurait sorti une de ses fameuses répliques entrées dans l’histoire, pour dire, avec un soupçon de panache en moins, qu’il épancherait volontiers le contenu de son honorable vessie sur notre personne.
Le célèbre “Mo p**** ar zot” du Mentor a été comme un signal donné à Vincent Duvergé qu’il pouvait lui aussi se soulager avec la même allégresse. Mais nous ne parlons plus de pipi. SAJ devient l’un de ses personnages de prédilection, comme cela avait été le cas pour des humoristes de différentes générations : Christian Théodorine, Sam Ammigan et les autres. “Finalement, il est aussi le Mentor des humoristes.” 

Imitations et parodies.

Des Miss Mauritius, des membres du Parlement, les chasseurs aux accents aigus et quelques autres personnalités connues et moins connues l’accompagnent sur scène. Des imitations et des parodies certes, mais pour que ça marche sans sombrer dans l’impolitesse ou l’agression, l’humoriste s’est fixé des limites pour ne pas être méchant. “Le but de tout cela est de rire de nos différences et de nous rassembler tous autour du rire au lieu de nous en foutre plein la tronche.” Il est aussi convaincu que le public a acquis la maturité nécessaire pour comprendre le sens de son humour, qui s’inspire beaucoup de ce que l’on voit à la télé française. Faut encore savoir si les koler lafis et autres bater bis lui pardonneront ses écarts face à leurs seigneurs et maîtres.

Pour déballer tout, Vincent Duvergé puise dans ses souvenirs et ses rencontres et raconte des anecdotes vécues depuis son adolescence à Maurice et en Australie, où il était parti faire des études en cinématographie. Figurez-vous effectivement que pour en arriver là, Monsieur a fait des études tertiaires et est même allé à l’école. Sur les bancs du Lycée La Bourdonnais, là où d’autres aspiraient à des carrières plus conventionnelles, il s’était finalement décidé : “Je serai clown. Non, comique. Ou plutôt comédien.” Initialement, il ambitionnait de devenir pilote ou enseignant. Envoyé à l’Atelier Pierre Poivre pour qu’il apprenne à canaliser ses prédispositions à koz enn ta, il a pris goût à la scène, s’amusant souvent à faire rire son entourage. Animateur radio à la MBC, après un passage du côté de One Tv, Vincent Duvergé reste à l’antenne pour animer et faire rire. Rien ne pouvait le rendre plus heureux, nous affirme-t-il.

Interaction avec le public.

Après les petites vidéo parodiques de ses débuts, des participations à des spectacles d’humour et plus récemment les Stand-Up Comedy au Backstage, entre autres, Vincent Duvergé pense mieux connaître les sensibilités et les attentes du public. C’est avec la complicité de ce dernier qu’il peaufinera son spectacle : il s’attend à une vraie interaction avec la salle pour étoffer sa soirée. Au fil des sorties, il a appris à s’adapter à l’humeur de la salle pour être le plus complice possible avec le public et se laisser aller au feeling.
D’autres s’y sont essayés, plusieurs se sont brisé les ailes, Vincent Duvergé sera l’un des pionniers dans le domaine. Pour y arriver, il puise de ses anciennes expériences, observe de près son entourage, laisse traîner ses oreilles dans les cafés, et prend tout ce qu’il peut comme petites histoires et anecdotes aux couleurs locales pour construire ce spectacle qu’il prépare depuis trois mois. Pour l’aider, il bénéficie du soutien de Jean-Pierre Catherine, qui est son metteur en scène, et de l’encadrement de Titanium Events qui, après Kevin Razy, Gus le Magicien, The Voice et d’autres spectacles, choisit cette fois d’accompagner un talent émergent mauricien.


Le spectacle
Vince déballe tout ! débutera à 20h le vendredi 29 juin. Ce spectacle sera joué au MGI à Moka. Les billets sont disponibles à travers le réseau Otayo à Rs 300, Rs 400 et Rs 500.


Suivez-nous sur Facebook.