La dernière fois où l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) a occupé la première place de ce classement remonte à très longtemps, 2005 pour être exacte. Elle était alors la seule fédération à avoir réalisé un six à la suite (2000 à 2005). C’était à l’époque des Stephan Buckland, Eric Milazar, Jonathan Chimier et autres Arnaud Casquette. Après la retraite de cette génération dorée, cette fédération n’a pas pour autant dégringolé, puisqu’elle a tout le temps été deuxième sauf en 2011 où elle a terminé troisième et en 2012 où elle a été quatrième.
 Cette année encore, après 2013, l’AMA a terminé à la deuxième place. La voir bientôt reprendre son dû ne sera guère une surprise. Car au fil des années, l’AMA a su se montrer constante. Elle est d’ailleurs la seule fédération à afficher une telle régularité. Avec la montée en puissance des jeunes, il va sans dire que l’AMA se prépare désormais à des jours meilleurs.
Cette bonne santé fédérale repose surtout sur la bonne entente qui prévaut entre les membres du comité directeur et les entraîneurs. Il existe aussi une solidarité exemplaire et une bonne planification, voire une vision étalée sur plusieurs années et non sur quelques mois comme le font bon nombre de fédérations.
Cette année, l’AMA a pu compter sur ses athlètes à plusieurs niveaux. La lanceuse Jessica Rosun a décroché une médaille de bronze au javelot (48m04) lors des championnats d’Afrique tenus au Maroc et a confirmé sa bonne forme après la bronze acquise lors des Jeux due la Francophonie de 2013 à Nice en France. Le décathlonien Guillaume Thierry s’est également mis en évidence lors des championnats d’Afrique du Maroc avec une belle médaille d’argent.
 Le sprinteur Jonathan Permal a lui été convaincant au 200m. Même s’il n’a pas remporté de médaille importante, il a  quand même réalisé de très bons chronos, en descendant même sous les 21 secondes à deux reprises au 200m (20 :98, puis à 20 :85). Celui-ci s’entraîne désormais à Maurice avec le centre international d’athlétisme après trois saisons au centre de haut niveau de la fédération internationale à Kingston en Jamaïque. Son objectif demeure les Championnats du monde de Pékin en Chine, l’année prochaine, puis les Jeux olympiques de Rio en 2016 au Brésil.
 Pour ce qui est de l’organisation de ses activités, l’AMA a reçu la note très bien. Hormis le fait de respecter ses engagements en ce qui concerne la tenue de ses compétitions à divers niveaux, elle demeure l’une des rares fédérations à afficher une ponctualité sans reproche sur la scène locale.